Sport et dopage

28 January 2011

Ce matin s’ouvre à l’Université de Neuchâtel un colloque intitulé «le dopage dans le sport : état des lieux et nouvelles perspectives», organisé par le Centre International d’Etude du Sport (CIES) à l’occasion de ses 15 ans d’activité. De nombreux experts internationaux - tels que Jean-François Lamour, Martial Saugy ou Denis Oswald - ont répondu présents.

Le dopage représente un des plus grands défis auxquels la société et le sport doivent faire face. A l’occasion de son 15e anniversaire, le CIES, qui a fait du dopage l’un de ses domaines de recherche privilégiés, propose un ambitieux colloque où, à travers des thématiques originales et des approches multidisciplinaires, un état des lieux et des perspectives d’avenir de ce fléau seront tracés.

De nombreux experts de réputation internationale donneront à cette manifestation un relief particulier. Ainsi Jean-François Lamour, ancien ministre des sports français et champion olympique, Martial Saugy, directeur du Laboratoire Suisse d’Analyse du Dopage (LAD) et Denis Oswald, professeur à l’Université de Neuchâtel, président de la Fédération internationale des sociétés d’aviron et membre de la Commission exécutive du CIO, seront présents.

Le Centre International d’Etude du Sport (CIES), institution scientifique créée en 1995 d’un partenariat entre la Fédération Internationale de Football Association (FIFA), l’Université de Neuchâtel, la Ville et le Canton de Neuchâtel, a pour mission de développer, dans une perspective de type pluridisciplinaire (juridique, sociologique, géographique, économique et historique), des activités de recherche, de formation et de consulting au service de la communauté sportive. Le CIES a pour vocation de servir de passerelle entre les mondes de la recherche, de l’enseignement et de la communauté sportive.

Les activités principales du CIES sont notamment l’enseignement dispensé dans le cadre de la Chaire de droit du sport de l’Université de Neuchâtel, l’organisation du FIFA Master (MAS en management, droit et humanité du sport), le Réseau universitaire international comprenant 14 universités dans le monde, mais également la recherche scientifique dans le domaine du sport et l’Observatoire des footballeurs professionnels.

Le communiqué au format pdf

Bref CV des intervenants :

Jean-François Lamour (ancien ministre français des sports, champion olympique)
Né le 2 février 1956 à Paris, Jean-François Lamour est un homme politique français et champion olympique d’escrime en 1984 à Los Angeles et en 1988 à Séoul. Il fut ministre des sports de 2002 à 2004 et ministre de la jeunesse, des sports et de la vie associative de 2004 à 2007. Depuis 2007, il est député de Paris et depuis 2008 président du groupe UMP au Conseil de Paris.

Denis Oswald (directeur du CIES et professeur à l’Université de Neuchâtel)
Né le 9 mai 1947 à Neuchâtel, Denis Oswald est avocat, professeur de droit du sport à l’Université de Neuchâtel et directeur du CIES. Il est membre de la commission exécutive du CIO et président de l’Association des Fédérations Internationales des Sports Olympiques d’été (ASOIF) depuis 2000. Denis Oswald a participé trois fois aux Jeux Olympiques en aviron: Mexico 1968 (médaille de bronze), Munich 1972 et Montréal 1976.

Martial Saugy (directeur du Laboratoire suisse d’analyse du dopage)
Titulaire d’un doctorat en biologie, Martial Saugy est depuis 2003 le directeur du Laboratoire suisse d’Analyse du Dopage (LAD) à Lausanne. Il est également chef de la section de recherche et maître d’enseignement et de recherche de l’Institut de médecine légale de la Faculté de biologie et de médecine de l’Université de Lausanne.

Patrick Laure est tout à la fois sociologue et médecin de santé publique et également chercheur au Laboratoire lorrain des sciences sociales de l’Université de Metz. Il a beaucoup publié sur le thème du dopage sportif et, plus largement, sur la question de la consommation de substances à des fins de performance, y compris d’ailleurs hors du monde du sport. Entre autres nombreuses recherches, études et ouvrages, Patrick Laure a publié en 2004 un ouvrage intitulé Histoire du dopage et des conduites dopantes.

Dorian Martinez est psychologue, engagé de longue date dans le domaine de la psychologie du sport. Mais il est aussi, depuis quelques années, le coordinateur d’un service français très intéressant créé en 1998 sous l’égide de ministère de la Jeunesse et des Sports, qui s’appelle Ecoute dopage. Outre cette activité, Dorian Martinez est également engagé dans une association qui se nomme Vivre-Sport qui s’engage en faveur d’un sport propre.

Patrick Mignon est sociologue. Il est chercheur au Laboratoire de sociologie de l’Institut national des sports et de l’éducation physique (INSEP) de Paris ; chargé de conférences à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), il est l’une des grandes figures de la sociologie du sport en France et en Europe. Ses nombreux travaux vont de la drogue au hooliganisme, en passant par l’histoire du football, l’évolution des pratiques sportives, les politiques sportives ou encore les performances sportives. Il a beaucoup publié également sur le dopage, et en particulier un ouvrage que l’on peut considérer comme un classique, intitulé Le dopage : état des lieux sociologiques, paru en 2002.

Denis Muller est théologien, professeur d’éthique fondamentale et appliquée aux Universités de Lausanne et Genève. Ses travaux philosophiques et théologiques sont bien connus et embrassent un très vaste domaine philosophique. Ce domaine est si large qu’il englobe le football, un sport auquel Denis Muller voue une passion sans bornes et auquel il s’intéresse aussi en tant qu’éthicien et homme de foi. Il a publié sur ce sujet un ouvrage paru en 2008, qui porte le titre Le football, ses dieux et se démons.

Fabien Ohl est également une figure bien connue et très active de la sociologie du sport francophone et internationale ; professeur ordinaire à l’Université de Lausanne, directeur de l’Institut des sciences du sport dans cette même université, Fabien Ohl mène depuis plusieurs années des travaux qui concernent beaucoup de domaines du sport : le marketing, les carrières sportives... Il travaille également sur le thème du dopage, en particulier chez les jeunes sportifs. Il a récemment publié, en 2008, en collaboration avec Christophe Brissonneau et Olivier Aubel, un ouvrage intitulé L’épreuve du dopage : sociologie du cyclisme professionnel.

Francesco Panese est professeur aux Facultés des sciences sociales et politiques et de médecine de l’Université de Lausanne, mais aussi directeur du Musée de la main dans cette même ville. S’il n’est pas un sociologue du sport, ses intérêts et ses travaux dans le domaine de la médecine et du corps en font tout de même un voisin ou un proche cousin.

Dominique Sprumont est professeur aux Universités de Fribourg et de Neuchâtel, où il est titulaire de la chaire de droit de la santé. Depuis 1994, il est directeur-adjoint de l’Institut de droit de la santé (IDS) à Neuchâtel. Il est également membre de la Commission centrale d’éthique de l’Académie Suisse des Sciences Médicales (ASSM).

Blaise Marclay travaille actuellement auprès de la Direction générale des douanes à Berne comme expert dans le domaine de l’entraide judiciaire internationale et il occupe également un poste clé en matière de lutte contre les trafics de produits dopants. Avant cela, il a mené des enquêtes pénales durant huit ans comme inspecteur antifraudes. C’est là qu’il a acquis une solide expérience dans la lutte contre la contrebande organisée et les trafics illicites. Depuis plus de 10 ans il s’est également spécialisé dans le monde de l’antidopage. Il est l’interlocuteur des douanes dans l’actuel projet du LAD qui vise une approche forensique de la lutte antidopage et représente la Suisse auprès d’Interpol au sein d’un groupe d’expert en charge de lutter contre les trafics internationaux de produits dopants. Sur le plan sportif, Blaise Marclay a obtenu la médaille de bronze lors des championnats suisses de marathon en 2001, distance sur laquelle il possède un record personnel de 2h29.

Daniel-René Pasche, travaille comme chef d’une brigade d’enquête pour la police de sûreté vaudoise. Il coordonne également les activités cantonales de la police vaudoise en matière de lutte contre le dopage. Auparavant, il a été gendarme durant une dizaine d’années avant de se spécialiser dans l’investigation judiciaire. Depuis 2010, il représente son corps de police auprès d’Interpol, au sein du même groupe d’experts antidopage que son collègue douanier. Sportivement, il s’occupe de la formation de jeunes cyclistes lausannois tant sur piste que sur route.

 
Logo Careerjet
Bookmark and Share