Stratégie et management des énergies - Des clefs pour une transition durable (2022)

 
University of Geneva

LocationGeneva, Lake Geneva region, Switzerland
CategoryEnvironment
Economics / Business
typeCAS
Deadline15 December 2021

Pour rester informé-e !

Pour être informé-e de l’ouverture des inscriptions de la prochaine édition (2023), inscrivez-vous à notre  mailing-liste d’information .

Gérer la transition énergétique: une exigence sociétale et un levier de performances pour les entreprises

Développer la capacité d’engager son entreprise dans l’excellence énergétique, facteur de durabilité et de compétitivité:

Responsable des bâtiments/infrastructures dans les entreprises, les administrations publiques et les organisations internationales, chargé-e de fonctions techniques (électricien-ne, thermicien-ne, spécialiste du froid), responsable de production, chargé-e de projet, responsable ou chargé-e des questions énergétiques et/ou environnementales: entreprises, administrations publiques, régies immobilières, entreprises de Facility Management, bureaux d’ingénieurs/euses ou ESCOs (sociétés de services énergétiques), ONG, associations de défense de l’environnement, etc., chercheur/euse et enseignant-e

Connaître les conditions-cadres légales, techniques et économiques sur lesquelles s’appuie la gestion de l’énergie en entreprise ainsi que la gestion des émissions de gaz à effet de serre (bilan GES, fiscalité et compensation)

Savoir identifier les enjeux énergétiques de son entreprise en lien avec l’évolution des conditions cadre pour définir une stratégie énergétique cohérente avec la stratégie d’entreprise

Connaître les principes et avantages d’un système de management de l’énergie (SME) et savoir adapter sa mise en oeuvre aux spécificités et à l’organisation de son entreprise

La mise en place et la mise en oeuvre du système de management de l’énergie défini par la norme ISO 50001 constitue le fil conducteur de l’acquisition des compétences.

Prof. Martin PATEL, Faculté des sciences et Institut des sciences de l’environnement (ISE), Université de Genève et Dr Olivier EPELLY, consultant indépendant et responsable des activités de conseil en stratégie énergétique du bureau d’ingénieur-conseil Amstein + Walthert Genève SA, ancien directeur général de l’Office cantonal de l’énergie (OCEN)

Les politiques mises en œuvre au plan international pour limiter le réchauffement climatique vont inexorablement conduire à une évolution radicale des conditions cadres. L’ensemble des secteurs d’activité sera impacté par cette évolution car notre société est aujourd'hui essentiellement approvisionnée en énergies fossiles dont l’usage sera de plus en plus restreint.
Toutes les entreprises subiront une double contrainte : réduire leur consommation d’énergie d’une part et recourir principalement à des énergies non fossiles d’autre part.
Des investissements plus ou moins importants sont à prévoir selon le type d’activité de chaque entreprise, la responsabilité des entreprises s’étendant également en amont avec la prise en compte de l’empreinte carbone des fournisseurs.
Ainsi l’Association suisse des banquiers (ASB), en coopération avec le Boston Consulting Group (BCG), a évalué en 2021* qu’il faudra en moyenne investir 12,9 milliards par an jusqu’en 2050 pour que la Suisse atteigne la neutralité carbone.
La mise en œuvre de tels financements obligera les entreprises à revoir leur feuille de route en termes d’investissement mais également en termes de décisions.
En effet, les décisions d’investissement seront révisées en fonction de l’opportunité qu’elles présentent ou non de réduire la consommation d’énergie et de recourir à des solutions neutres au plan carbone. Les décisions d’assumer des surcoûts potentiellement importants et qui le plus fréquemment ne pourront pas être amortis à court terme relèveront de plus en plus de la direction d’entreprise et de moins en moins des départements opérationnels seulement.
Dans ce contexte, les entreprises devront s’équiper de processus décisionnels et opérationnels adaptés à cette nouvelle donne. Différentes stratégies vont émerger et nombre d’entreprises qui sont déjà engagées dans des systèmes de management de la qualité (ISO 9001) et de l’environnement (ISO 14001) vont naturellement mettre en place un système de management de l’énergie (ISO 50001) compte tenu des synergies que présentent ces référentiels de gestion. Les autres entreprises qui ne souhaitent pas nécessairement aller vers une certification ISO 50001 ont tout intérêt à intégrer à leur organisation les processus nécessaires afin de manager l’énergie au niveau des investissements et au niveau opérationnel, voire au niveau commercial étant donné l’importance toujours plus grande que prend la question climatique.
Pour répondre à ces nouveaux enjeux de compétitivité, le CAS en management de l’énergie passe en revue, au travers d’études de cas et du référentiel de la norme ISO 50001, l’ensemble du processus de transition énergétique auquel sont appelées toutes les entreprises depuis l’analyse de leur contexte d’entreprise jusqu’à la mise en œuvre d’un plan d’action en passant par la définition d’une stratégie et d'une politique énergétique. Il s'adresse aussi bien aux managers qu’aux responsables techniques.
*?url=https%3A%2F%2Fwww.swissinfo.ch%2Ffre%2Ftoute-l-actu-en-bref%2Finvestissements-de-387-milliards-pour-le-z%E9ro-carbone-en-suisse%2F46879896&module=edu&id=1526" target="_blank" rel="nofollow">https://www.swissinfo.ch/fre/toute-l-actu-en-bref/investissements-de-387-milliards-pour-le-zéro-carbone-en-suisse/46879896

Chaque module fait l’objet d’une évaluation: travail de groupe ou évaluation individuelle. Le travail de fin d’étude est individuel. Il est centré sur une thématique professionnelle choisie par le/la participant-e et validée par la direction du programme. Une participation active et régulière est requise à toutes les activités de la formation.

L’enseignement est orienté par la mise en œuvre d’actions de performance énergétique dans le contexte des processus décisionnels en entreprise. Il est illustré par des études de cas réels. L’appropriation des acquis de formation est renforcée par des travaux en groupe et un travail individuel de fin d’étude, ainsi que par la mobilisation des participant-es sous différentes formes. Les participant-es sont en effet appelé-es à partager leurs connaissances, expériences et projets en les confrontant à l’enseignement ainsi qu’à restituer et critiquer le contenu des lectures faites entre les cours. Des visites de sites et d’entreprises complètent l’enseignement.

Le Certificat de formation continue (CAS) en stratégie et management des énergies / Certificate of Advanced Studies (CAS) in in Energy Strategy and Management est délivré par la Faculté des sciences et l’Institut des sciences de l’environnement de l’Université de Genève aux participant-es ayant satisfait aux conditions de contrôle des connaissances des modules et du travail de fin d'études.

Maîtrise universitaire, baccalauréat universitaire, master ou bachelor d’une Haute École spécialisée, ou titre jugé équivalent, et expérience professionnelle de 3 ans au minimum en lien avec la formation

Les dossiers de candidature sont évalués par le Comité directeur qui se réserve le droit d’accepter, sur dossier, la candidature de personnes n’ayant pas le titre universitaire

CHF 1’800.- pour le module 1 suivi isolément (priorité est cependant donnée aux participant-es au programme complet dans la limite des places disponisbles)

Une facture est envoyée avec la lettre de confirmation d’admission.
Le paiement des frais d’inscription est un préalable à la participation au CAS ou au module.
Des modalités de paiement échelonné peuvent être définies au cas par cas sur demande écrite.

Soutiens financiers des cantons aux candidat-e-s se formant dans le domaine de l’énergie

Se renseigner sur le aides financières octroyées aux candidat-es directement auprès des cantons:

Les termes utilisés pour désigner des personnes sont pris au sens générique; ils ont à la fois la valeur d’un masculin et d’un féminin.

In your contacts, please refer to myScience.ch
and reference edu.myScience.ch/id1526