Un pont entre formation supérieure et monde du travail

    -     English
Les étudiantes et étudiants participeront à des sessions individuelles de recrut

Les étudiantes et étudiants participeront à des sessions individuelles de recrutement n’excédant pas dix minutes avec les entreprises membres du GEM. (UNIGE)

Le Master en Business  Analytics de l’UNIGE mêle formation académique et immersion en entreprise. Le 14 février, ses étudiants auront dix minutes pour convaincre leurs futurs employeurs.

La transformation numérique des organisations et la prolifération des données qui l’accompagne ont fait du Business Analytics un domaine clé pour détecter et suivre les comportements et les attentes des clients, tout comme les tendances futures du marché. Pour répondre à cette demande croissante, la Faculté d’économie et de management (GSEM) de l’Université de Genève (UNIGE) propose un Master en Business Analytics (MaBAn) dont le Groupement des Entreprises Multinationales (GEM) est le partenaire exclusif depuis la dernière rentrée académique. Ce programme, unique en Suisse, est composé d’une première année académique et d’une seconde en immersion en entreprise, jetant ainsi de nouveaux ponts entre l’enseignement supérieur et les besoins du monde professionnel. Pour trouver un stage de deuxième année, ses étudiantes et étudiants participeront le 14 février à un speed recruitment meeting, au cours duquel ils auront 10 minutes pour convaincre les représentants des entreprises participantes, toutes membres du GEM.

«Le Business Analytics est à l’intersection entre la Data Science, la statistique et le management. Il consiste à utiliser les données pour éclairer la prise de décision stratégique sous incertitude et optimiser les processus métier», explique Diego Kuonen, professeur à la GSEM et directeur du MaBAn. Premier programme à porter le titre « Business Analytics » en Europe, le MaBAn vise à soutenir et préparer les étudiants à des postes liés à l’analyse des données et au management dans le contexte actuel de transformation numérique. L’économie manque en effet de talents en analytique. En 2016, le McKinsey Global Institute a estimé que d’ici à 2026, l’économie américaine absorberait de 2 à 4 millions de «business translators» qui feront le lien entre le talent analytique et l’application pratique. Le MaBAn est donc pensé pour former les prochains leaders de l’analyse de données en entreprises.

Speed recruitment meeting

Le speed recruitment meeting, organisé le 14 février prochain à Uni Mail, permettra d’aider les étudiantes et étudiants du MaBAn à trouver un stage de deuxième année. Dans un premier temps, les représentants des entreprises du GEM présenteront leur société et les opportunités de stage qu’elles offrent. Les étudiantes et étudiants participeront ensuite à de courtes sessions individuelles de recrutement avec chaque entreprise, n’excédant pas dix minutes. Le GEM renforce ainsi son implication en matière de formation et d’emploi et permet à ses entreprises membres de contribuer à former les futurs professionnels de la transformation numérique des organisations.

Faciliter la transition vers la vie active

Catherine Noël, responsable de la commission ressources humaines du GEM souligne que «la facilitation de la transition vers la pratique professionnelle offerte par ce programme a été décisive dans le cadre de la participation du GEM, elle correspond à une volonté forte des entreprises participantes». Inspirés de la formation duale, ces masters interdisciplinaires rapprochent la formation universitaire et les besoins de l’économie, en permettant à l’étudiant de 5e année de terminer ses études dans un environnement professionnalisant. «Le GEM est fier de contribuer ainsi à former les jeunes aux métiers de demain et à leur ouvrir les portes du monde professionnel.»

11 février 2019