Détection précoce des maladies liées à l’âge grâce à des capteurs à domicile

      -      English  -  Deutsch  -  Français   -  Italiano
Exemple d’appartement avec les différents capteurs utilisés dans l’é

Exemple d’appartement avec les différents capteurs utilisés dans l’étude. Certaines pièces sont équipées de détecteurs de mouvement, tandis que l’entrée et le réfrigérateur sont équipés de capteurs de température et qu’un capteur de lit se trouve sous le matelas. NeuroTec/Nature Scientific Reports, Licence Creative Commons

Des chercheurs de l’Université de Berne et de l’Hôpital de l’Île ont pu montrer comment des capteurs enregistrant des schémas de mouvements peuvent aider à détecter précocement des problèmes de santé chez les personnes âgées, comme la dépression liée à l’âge, le risque de chute ou les troubles cognitifs. Cela pourrait contribuer à l’avenir à permettre aux seniors de mener plus longtemps une vie autonome à domicile et à soulager le système de santé.

L’apparition de changements spécifiques dans notre schéma de mouvement peut être le signe de divers problèmes de santé : une diminution de la force avec risque de chute, des troubles cognitifs légers, une dépression, des problèmes de sommeil, des problèmes respiratoires, des troubles du rythme cardiaque et une faiblesse croissante du muscle cardiaque, ainsi qu’une aggravation de l’infection COVID-19. Chez les personnes âgées, la détection systématique de ces changements pourrait contribuer au dépistage précoce de maladies chroniques telles que la démence, la maladie de Parkinson ou les maladies cardiaques. Ces problèmes de santé liés à l’âge ne sont souvent découverts que tardivement et leur évolution est mal enregistrée.

Cela pourrait changer à l’avenir grâce à un monitoring de la santé à grande échelle basé sur des capteurs, comme le montre une équipe de recherche interdisciplinaire dirigée par Tobias Nef du ARTORG Center for Biomedical Engineering Research, et le professeur émérite de cardiologie Hugo Saner de l’Université de Berne et de l’Hôpital de l’Île, Hôpital universitaire de Berne. Les chercheurs ont combiné une multitude de modèles de mouvements et de comportements quotidiens, mesurés à l’aide de capteurs chez les personnes âgées, pour obtenir une image globale. Nous avons créé, à l’aide de capteurs sans contact installés à domicile, une vaste collection de mesures numériques qui couvrent de larges pans de la vie quotidienne, du comportement et de la physiologie, afin d’identifier précocement les risques pour la santé des personnes âgées", explique le Dr Narayan Schütz, auteur principal de l’étude et post-doctorant. Cela profite aussi bien au dépistage précoce qu’au traitement personnalisé et à la recherche de nouvelles approches thérapeutiques et de nouveaux médicaments. L’étude a été publiée dans la revue spécialisée npj Digital Medicine.

Un système fiable et accepté par les seniors

Les chercheurs ont d’abord recueilli 1’268 mesures de santé à l’aide de capteurs sans interaction spécialement conçus pour les personnes âgées. Le système utilisé se compose de simples détecteurs de mouvement sans contact dans chaque pièce, d’un capteur de lit sous le matelas et de capteurs de porte sur la porte d’entrée et le réfrigérateur. Relié à une station de base, il analyse les signaux de mouvement détectés et peut également informer les proches ou une centrale d’alarme en cas de problème. Les chercheurs ont ensuite analysé les données ainsi collectées à l’aide de l’apprentissage automatique.

Nous avons pu montrer qu’une telle approche systémique - contrairement à l’utilisation courante de quelques valeurs de mesure de la santé - permet de détecter étonnamment bien les problèmes de santé liés à l’âge, comme les troubles cognitifs, le risque de chute ou la fragilité", explique Tobias Nef, professeur de gérontechnologie et de rééducation au centre ARTORG et co-auteur final de l’étude. Comparé aux appareils portables, ce monitoring à domicile basé sur des capteurs est bien accepté par les seniors : Comme le groupe de recherche interdisciplinaire dirigé par Tobias Nef et Hugo Saner a pu le démontrer au cours d’une collaboration scientifique de plus de dix ans entre les sciences informatiques, l’étude du comportement et la médecine, les personnes âgées testées en Suisse trouvaient souvent pénible l’utilisation quotidienne d’appareils mobiles, et certaines ne pouvaient même pas les manipuler en raison de problèmes de dextérité ou cognitifs. Les personnes de plus de 80 ans, en particulier, préféraient clairement un système sans interaction tel que celui utilisé dans l’étude.

Comme le souligne Narayan Schütz, la protection des données est assurée : De plus, pour protéger la vie privée, les capteurs utilisés ne font pas d’enregistrement vidéo ou audio et l’installation est totalement volontaire - deux aspects appréciés par les participants âgés à l’étude.

Un grand potentiel

L’analyse et la combinaison de la grande quantité de données offrent également le potentiel de déterminer d’éventuels nouveaux biomarqueurs numériques liés à l’âge : Nous avons par exemple trouvé des indices selon lesquels le risque de chute pourrait également dépendre de certains paramètres du sommeil", explique Tobias Nef.

Le professeur Hugo Saner, qui était responsable des données cliniques et co-auteur final de l’étude, classe la pertinence des résultats sur le plan clinique : Un tel système marque une étape importante dans le dépistage précoce des seniors vivant seuls jusqu’à un âge avancé. Nous pensons qu’il peut contribuer de manière significative à ce que les personnes âgées puissent vivre chez elles le plus longtemps possible, en retardant ou, dans le meilleur des cas, en évitant les admissions à l’hôpital et dans les institutions de soins.Selon les chercheurs, un meilleur dépistage précoce et un traitement personnalisé des maladies typiques de la vieillesse permettraient non seulement aux personnes âgées d’être en meilleure santé, mais aussi de réduire les coûts de la santé.


Ce site utilise des cookies et des outils d'analyse pour améliorer la convivialité du site. Plus d'informations. |