En dépit de certains succès, le paysage reste sous pression

- EN- DE- FR - IT
Copyright: OFEV
Copyright: OFEV
La population apprécie le paysage qui l’entoure, mais ce dernier continue de subir des pressions. Sans mesures supplémentaires, la qualité paysagère visée par le Conseil fédéral dans la Conception « Paysage suisse » (CPS) ne pourra être atteinte. Voilà les principaux constats du programme de monitoring Observation du paysage suisse. Les derniers résultats de ce programme sont publiés par l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) et l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL).

En Suisse, les habitants sont satisfaits du paysage dans leur commune de résidence. Revêtant une dimension identitaire, le paysage est apprécié, notamment comme espace de détente. Il convient toutefois de nuancer cette perception générale : les habitants des communes rurales apprécient davantage le paysage qui les entoure que les personnes vivant dans les agglomérations. De plus, le paysage de la commune de résidence est perçu comme plus beau par les personnes propriétaires de leur logement que par les locataires. Ces constats font partie du rapport sur l’évolution du paysage publié par l’OFEV et le WSL.

Davantage d’émissions lumineuses, moins de verdure dans les villes

Le programme de monitoring montre aussi que les paysages suisses évoluent. Le mitage et le morcellement continuent de progresser, tout comme l’imperméabilisation des sols, à un rythme toutefois moins élevé ces dernières années. Ces changements suscitent des avis critiques au sein de la population, comme le montre le rapport. En revanche, les personnes interrogées considèrent la renaturation de rivières et de ruisseaux comme des évolutions positives.

La pression accrue due à l’utilisation du paysage par la population et l’économie se répercute aussi dans d’autres domaines. Les zones d’obscurité nocturne rétrécissent comme peau de chagrin en raison des émissions lumineuses, corollaires de l’extension des zones urbanisées. Ces dernières se rapprochent toujours plus de la forêt, voire la jouxtent directement, et les espaces verts diminuent dans le milieu bâti.

Malgré certaines évolutions positives - pour la première fois, la surface d’habitat et d’infrastructure croît un peu moins rapidement que la population - le paysage continue de subir des pressions constantes. Sans mesures pour préserver et améliorer la qualité paysagère, les objectifs fixés par le Conseil fédéral dans la Conception « Paysage suisse » ne pourront être atteints. C’est pourquoi la qualité paysagère doit être mieux prise en considération lors de la planification et de l’utilisation du territoire afin de préserver les caractéristiques des paysages suisses ainsi que les précieuses prestations que ceux-ci fournissent à la population et à l’économie.

Observation du paysage suisse (OPS)

Afin de documenter l’état et l’évolution du paysage, le WSL mène le programme de monitoring OPS, sur mandat de l’OFEV, depuis 2007. Instrument unique en Europe, ce programme ne vise pas uniquement à analyser le paysage et ses modifications, mais aussi la perception qu’en a la population. L’OFEV intègre l’observation du paysage dans les rapports qu’il élabore régulièrement sur l’état de l’environnement.