Inverser le vieillissement dans le système sanguin et immunitaire

- EN- DE- FR - IT
L’Urolithine-A se forme de manière naturelle dans l’intestin lorsque
L’Urolithine-A se forme de manière naturelle dans l’intestin lorsque les bactéries de la flore intestinale digèrent une molécule de la famille des ellagitanins présente naturellement dans les grenades, les noix et certaines baies. © Canva

Avec l’avancée en âge, notre corps est confronté à de nombreux défis, notamment le déclin de la fonction du système immunitaire et une vulnérabilité accrue à divers problèmes de santé. Une étude menée au sein du Département d’oncologie UNIL-CHUV a récemment mis en lumière ces défis. Elle dévoile une solution potentielle qui pourrait avoir des implications considérables pour les individus vieillissants.

Le processus de vieillissement s’accompagne souvent d’un déclin du bon fonctionnement du système hématopoïétique, impliqué dans la création de nouvelles cellules sanguines et le système immunitaire, en charge de combattre les agressions. Au fil des années, nos ainés sont donc plus vulnérables aux infections, aux troubles sanguins et même au développement de tumeurs.

L’étude dirigée par Nicola Vannini , chercheur à l’Université de Lausanne (UNIL) et membre de la branche Lausannoise du Ludwig Institute, s’est concentrée sur un acteur clé du système sanguin: les cellules souches hématopoïétiques (CSH). Ces cellules sont responsables de la génération de divers types de cellules sanguines, jouant un rôle crucial dans le maintien d’un système immunitaire sain. Avec l’âge, les CSH connaissent un déclin de leur capacité à régénérer le sang et montrent une préférence pour un type spécifique de lignée cellulaire, contribuant ainsi à la dysfonction du système immunitaire.

Cependant, les chercheurs ont découvert une solution remarquable. En introduisant un composé appelé Urolithine-A, qui cible les mitochondries - les centrales énergétiques des cellules - ils ont pu inverser le déclin de la fonction des CSH. Des anomalies mitochondriales ont été identifiées comme un facteur contributif au vieillissement des CSH. L’Urolithine-A agissait comme un modulateur mitochondrial, restaurant efficacement la fonction mitochondriale au sein des CSH.

La découverte la plus étonnante, publiée dans la revue Nature Aging, était que cette intervention non seulement a rajeuni la capacité de reconstitution sanguine des CSH âgées, mais a également amélioré la fonction du système immunitaire chez les souris âgées. Lorsque l’Urolithine-A était incorporé en tant que complément alimentaire, il revitalisait non seulement les compartiments lymphoïdes du système immunitaire, mais améliorait aussi les performances globales des CSH. Cela se traduisait par une meilleure réponse immunitaire contre les infections virales, démontrant le potentiel de l’Urolithine-A à lutter contre le déclin du système immunitaire lié à l’âge.

En somme, cette avancée innovante indique qu’en stimulant le recyclage des mitochondries à l’aide de l’Urolithine-A, il est possible d’inverser le processus de vieillissement dans les systèmes hématopoïétique et immunitaire. Ces découvertes sont d’une importance considérable pour le développement d’interventions visant à traiter les problèmes de santé liés à l’âge chez les personnes âgées.