24 heures sur la plateforme ESI (vidéo)

    -     English
Comment rendre exploitable le courant excédentaire qui ne peut pas être injecté dans le réseau électrique? Une journée d’hiver fictive sur la plateforme Energy System Integration à l’Institut Paul Scherrer PSI.

D’en haut à gauche vers en haut à droite: Tant que l’offre et la demande dans le réseau électrique induisent un excédent d’électricité, ce courant excédentaire est utilisé dans l’électrolyseur pour décomposer l’eau en hydrogène et en oxygène. En cas de croissance importante des installations photovoltaïques, cet excédent d’offre survient d’ordinaire aux environs de midi. L’hydrogène et l’oxygène sont stockés dans des réservoirs (le niveau indiqué monte). Plus tard (typiquement en début de soirée ou tôt le matin), il est de nouveau possible d’utiliser ces réserves pour produire du courant à la demande par l’entremise de piles à combustible et de couvrir les besoins (locaux) en électricité sans charger le réseau électrique.
Du milieu vers le bas à droite: Combiner de l’hydrogène et du dioxyde de carbone permet de produire du méthane. La production de méthane n’intervient toutefois que lorsque les capacités de stockage sont épuisées pour l’hydrogène (dans la vidéo entre midi et 18 heures). Le méthane peut être stocké et redistribué. Il peut aussi être exploité dans des véhicules au gaz ou comme vecteur énergétique dans l’industrie.
En bas à gauche: Les gaz à partir de la biomasse se prêtent aussi à la production de méthane.
Texte: Paul Scherrer Institut/Martina Gröschl

Ce site utilise des cookies et des outils d'analyse pour améliorer la convivialité du site. Plus d'informations. |