L’argent liquide est nettement moins utilisé

- EN- DE- FR - IT
L’argent liquide est nettement moins utilisé
Pour la première fois depuis la pandémie de coronavirus, la population suisse utilise nettement moins souvent l’argent liquide. En revanche, les paiements mobiles sont en constante augmentation et sont presque aussi utilisés que les espèces. En outre, la carte de débit continue de consolider son avance en tant que moyen de paiement le plus apprécié, révèle le Swiss Payment Monitor de la ZHAW et de l’Université de Saint-Gall.

Pour la première fois depuis l’apparition de la pandémie de coronavirus en 2020, la part des paiements en espèces recule nettement en Suisse (-3,2 points de pourcentage). L’argent liquide reste toutefois en deuxième position des moyens de paiement avec un quart du nombre de transactions - mais cela juste devant les paiements effectués avec des appareils mobiles tels que les téléphones portables, les tablettes ou les montres intelligentes (23,3 %). Les paiements les plus fréquents sont toujours effectués par carte de débit (29,3 %), qui a pu consolider sa position de leader. C’est ce que montre le Swiss Payment Monitor, réalisé pour la dixième fois par la ZHAW School of Management and Law et le Center for Financial Services Innovation de l’Université de Saint-Gall. Pour cette enquête, quelque 1700 personnes représentatives de toute la Suisse ont été interrogées en octobre et novembre 2023.

En ce qui concerne les paiements sur place, la carte de débit en tant que produit de règlement consolide nettement sa position de leader, tant en termes de chiffre d’affaires avec une part de 41,2 % (+3,5 points de pourcentage) qu’en termes de nombre de transactions avec 37 % (+2,1 points de pourcentage). La carte de crédit arrive en deuxième position dans les transactions dites de présence avec une part de chiffre d’affaires de 29,1 % (-3,2 points de pourcentage) et en troisième position en termes de nombre de transactions avec 21,6 % (-0,4 point de pourcentage). Les paiements effectués avec des portefeuilles électroniques comme Apple Pay, Samsung Pay ou Google Pay, pour lesquels une carte de débit ou de crédit est déposée, sont pris en compte. "Entre-temps, environ un paiement par carte de crédit sur trois et 13 % de tous les paiements par carte de débit sont effectués par téléphone portable avec des cartes de paiement déposées, par exemple via Apple Pay, Samsung Pay ou Google Pay", explique Marcel Stadelmann, expert en moyens de paiement à la ZHAW.

Avec une part de 29,2 % (-2,9 points de pourcentage), le paiement en espèces reste le deuxième moyen de paiement le plus utilisé sur place. Après une forte croissance entre novembre 2022 et mai 2023, les paiements jumelés liés à un compte bancaire - c’est-à-dire les paiements mobiles au sens propre du terme - ne progressent plus que légèrement pour atteindre une part de 7,2 % (+0,3 point de pourcentage) dans le commerce de proximité.

La majorité de la population suisse estime que l’accès à l’argent liquide dans leur vie quotidienne est plutôt bon (53%) à très bon (32%). Seuls 15 pour cent le jugent globalement plutôt mauvais (13 pour cent) à très mauvais (2 pour cent). Près de la moitié des personnes interrogées estiment toutefois que l’accès à l’argent liquide s’est au moins un peu (36 pour cent) ou même beaucoup (10 pour cent) détérioré au cours des dernières années. "La perception subjective de la population suisse coïncide avec des mesures objectives de l’accès à l’argent liquide", explique Tobias Trütsch, économiste des paiements à l’Université de Saint-Gall.

L’opinion sur une éventuelle suppression de l’argent liquide évolue constamment : la part des personnes qui ne se prononcent ni pour ni contre une suppression diminue continuellement. En revanche, la part de la population qui s’oppose clairement à la suppression de l’argent liquide a augmenté pour atteindre 44,3 %. Les personnes interrogées plus âgées sont davantage opposées à la suppression de l’argent liquide. En revanche, on constate une augmentation plus nette du rejet dans les classes d’âge plus jeunes. "Il est intéressant de constater que de plus en plus de personnes interrogées se prononcent contre la suppression de l’argent liquide, mais que celui-ci est en même temps de moins en moins utilisé pour les paiements", observe Tobias Trütsch.

L’introduction d’une obligation d’accepter l’argent liquide en Suisse est saluée par une majorité de 61%. Un peu moins d’une personne interrogée sur cinq s’y oppose. En revanche, 41 % des personnes interrogées sont favorables à l’obligation d’accepter les moyens de paiement autres que l’argent liquide et 37 % y sont opposées. "Il ressort des réponses concernant les motifs que les partisans accordent la plus grande importance à la liberté de choix individuelle du moyen de paiement du point de vue des consommateurs", explique Marcel Stadelmann.

Le Swiss Payment Monitor

Le Swiss Payment Monitor est publié tous les six mois afin de refléter en temps réel les évolutions du comportement de paiement de la population suisse. Il a été publié pour la première fois en 2018 et se base d’une part sur des données représentatives d’une enquête en ligne et d’une enquête par journal et d’autre part sur des données publiques de la Banque nationale suisse. De la mi-octobre à la mi-novembre 2023, environ 1700 personnes âgées de 18 ans et plus des trois régions du pays ont été interrogées de manière représentative sur leurs habitudes de paiement et leurs attitudes vis-à-vis des nouveaux moyens de paiement. Le Swiss Payment Monitor est publié par le Swiss Payment Research Center de la ZHAW School of Management and Law et le Swiss Payment Behaviour Lab de l’Université de Saint-Gall. L’étude est financée par les deux instituts de recherche, la Swiss Payment Association (organisation sectorielle de tous les grands émetteurs suisses de cartes de crédit des organisations internationales de cartes) ainsi que par les partenaires industriels Nexi et Worldline.

www.swisspaymentmonitor.ch

www.swisspaymentbehaviour.ch