Le pionnier de l’informatique Niklaus Wirth est décédé

- DE- FR - IT
Niklaus Wirth était un très grand de la communauté de recherche de l’EPFZ
Niklaus Wirth était un très grand de la communauté de recherche de l’EPFZ et un pionnier dans le développement de langages de programmation. L’informatique en Suisse lui doit également beaucoup. (Image : Niklaus Wirth)
Le pionnier de l’informatique Niklaus Wirth est décédé le 1er janvier 2024 à presque 90 ans. Professeur d’informatique à l’ETH pendant de nombreuses années, il est devenu mondialement célèbre en développant le langage de programmation Pascal à partir de 1970. En 1984, il a été le seul informaticien germanophone à ce jour à recevoir le Turing Award, considéré comme le prix Nobel d’informatique.

Il a remporté le Turing Award, a été un pionnier de l’informatique et a inventé des langages de programmation influents : Les réalisations de Niklaus Wirth dans le domaine de l’informatique sont nombreuses. Le plus connu est sans doute le langage de programmation Pascal qu’il a développé. Son impact ne se limite toutefois pas à Pascal. Grâce à son travail et à sa passion, Niklaus Wirth a apporté des contributions fondamentales au développement de l’informatique dans le monde entier. Jusqu’à aujourd’hui, ses réalisations ont eu un impact décisif sur la science informatique et sur des générations de programmeurs. Selon sa famille, Niklaus Wirth s’est éteint paisiblement le 1er janvier 2024.

Niklaus Wirth a joué un rôle central dans l’établissement de l’informatique en Suisse. Il a réussi à faire venir en Suisse des innovations informatiques des États-Unis, pays alors à la pointe du développement informatique, et à aider l’informatique à percer dans notre pays en tant que domaine de recherche et champ professionnel à part entière, comme le rappelle Joël Mesot, président de l’ETH : "Avec la disparition de Niklaus Wirth, l’ETH Zurich perd l’un de ses plus grands, qui a non seulement fait œuvre de pionnier dans le développement de langages de programmation, mais qui compte également parmi les pères fondateurs de l’informatique en Suisse et à l’ETH". Niklaus Wirth a été professeur à l’ETH Zurich de 1968 à 1999. C’est grâce à lui et à la ténacité de ses compagnons de route que l’ETH a obtenu en 1981 un département autonome d’informatique et la filière d’études qui va avec.

Une passion précoce pour la technique

Né le 15 février 1934 à Winterthour, l’enthousiasme de Niklaus Wirth pour la technique s’est manifesté dès son enfance, durant laquelle il s’est intéressé de près à la construction aéronautique et a construit ses premiers appareils radio et amplificateurs. Sa passion l’a conduit à l’EPF de Zurich alors qu’il était étudiant. Il a suivi des études d’électrotechnique, qu’il a terminées par un diplôme d’ingénieur en électricité. Wirth a obtenu son master en 1960 à l’université de Laval au Canada. C’est à l’Université de Californie à Berkeley qu’il est entré pour la première fois en contact avec les ordinateurs, les langages de programmation et les compilateurs. C’est là qu’il a fait ses débuts dans le domaine des logiciels et qu’il a obtenu son doctorat à Berkeley en 1963, sous la direction de Harry Huskey, sur la généralisation du langage de programmation Algol 60.

Après avoir été professeur assistant à l’université de Stanford et à l’université de Zurich, il est retourné en 1968 à l’ETH Zurich en tant que professeur de sciences informatiques, où il a enseigné et fait de la recherche jusqu’en 1999. De 1976 à 1977 et de 1984 à 1985, il a effectué des séjours d’études au Palo Alto Research Center (PARC) de Xerox.

Pendant 31 ans, Niklaus Wirth a développé de nouveaux langages de programmation à l’EPF de Zurich, comme Euler, PL360, Algol W, Pascal, Modula, Modula 2, Oberon et LoLa. Il a également construit les premiers ordinateurs personnels (PC) de Suisse et a formé une première génération d’informaticiens suisses. Enfin, il a écrit plusieurs ouvrages de référence traduits dans le monde entier. Il a reçu de nombreuses distinctions, dont le prestigieux ACM Turing Award, qu’il a été le premier et le seul informaticien germanophone à remporter en 1984. En 1988, il a reçu le IEEE Computer Pioneer Award. Il a donné son nom à la loi de Wirth, selon laquelle le logiciel ralentit plus vite que le matériel n’accélère.

Pascal - et la recherche d’un langage puissant et simple

1984 a été une année particulière pour Niklaus Wirth, pour l’informatique et pour la diffusion de l’ordinateur personnel : Apple a lancé le Macintosh PC, IBM a présenté son IBM Personal Computer/AT et Niklaus Wirth a remporté le Turing Award - la plus haute récompense en informatique, comparable à un prix Nobel en sciences naturelles ou à la médaille Fields en mathématiques. Wirth a reçu ce prix pour le développement de plusieurs langages de programmation, dont Euler, Algol W, Modula et surtout Pascal.

L’œuvre la plus célèbre de Niklaus Wirth est le langage de programmation Pascal. Son principal avantage est sa simplicité et son élégance. Pascal repose sur les principes clairs de la programmation structurelle formulés par l’informaticien Edsger W. Dijkstra, sur une base mathématique définie par l’informaticien Tony Hoare et sur la mise en œuvre architecturale des idées d’Algol-W par Niklaus Wirth. Ce langage efficace associait de bonnes pratiques de programmation à la programmation structurée et à la structuration des données. C’est pourquoi il est rapidement devenu un langage d’enseignement populaire. Plusieurs générations d’étudiants dans les universités du monde entier - y compris à l’ETH Zurich - ont fait leurs premières expériences de programmation avec Pascal.

Niklaus Wirth n’a jamais été de ceux qui se reposent sur leurs lauriers, bien au contraire. Pascal est peut-être sa réalisation la plus connue, mais son œuvre va bien au-delà : du langage Modula-2 qui lui a succédé, en passant par le système Oberon, jusqu’à la station de travail "Lilith", un précurseur des futurs ordinateurs personnels. Développer et améliorer ses langages de programmation était le projet de toute une vie pour Wirth. Ce qui a commencé avec Euler a finalement abouti à Oberon, un langage basé sur le concept d’orientation objet et la hiérarchie des types, qui devait être aussi puissant que possible tout en étant aussi simple que possible. Niklaus Wirth voulait inventer quelque chose pour le grand public, tout à fait dans l’esprit du principe : économe et compréhensible.

Oberon n’est pas resté qu’un langage. Il a donné naissance à tout un système et, à la fin, le livre "Project Oberon" a été publié en conséquence, dans lequel le logiciel, le langage et le matériel sont décrits sur quelque 500 pages - la fierté de son travail : "J’ai poursuivi toute ma vie l’objectif de développer un langage aussi puissant que possible, mais aussi simple que possible. Oberon est le dernier maillon de cette chaîne de développement", a déclaré Niklaus Wirth.

Lilith - et l’engagement pour l’informatique en Suisse

Aujourd’hui, la Suisse joue un rôle important dans l’informatique au niveau mondial et apporte de nombreuses contributions fondamentales à ses fondements et à ses applications. Jusque dans les années 1970, la situation était différente : Alors qu’aux États-Unis, les premières stations de travail étaient déjà développées et que l’informatique était répandue en tant que branche d’études, la Suisse était à la traîne en matière de formation et d’application. La Lilith de Wirth, qui n’a éveillé l’intérêt de l’industrie que des années plus tard, en est un exemple.

Lilith était l’une des premières stations de travail informatiques au monde dotées d’un écran graphique à haute résolution et d’une souris, ainsi qu’un précurseur des ordinateurs personnels que l’on trouve aujourd’hui. Niklaus Wirth l’avait développée en 1980 à l’EPFZ comme plateforme pour de nombreux projets de logiciels dans la recherche. Dès 1982, les chercheurs ont tenté de commercialiser le système, mais sans succès. Le développement industriel de l’ordinateur personnel a eu lieu aux États-Unis. Lilith a cependant influencé toute une génération d’informaticiens. Après Lilith, Niklaus Wirth a développé en 1986 un autre système informatique, Ceres, avec le système d’exploitation et le langage de programmation Oberon. Les ordinateurs Ceres ont servi à la formation des étudiants en informatique à l’EPF de Zurich jusqu’en 2003 environ.

Le chemin pour établir l’informatique à l’EPF et en Suisse n’a pas été linéaire non plus : Niklaus Wirth et ses compagnons de route ont d’abord dû surmonter quelques obstacles. Dès le début des années 70, ils ont lancé une initiative visant à faire de l’informatique une filière d’études à part entière. Cette tentative a toutefois échoué, tout comme une deuxième tentative. Mais lorsque le manque d’informaticiens en Suisse est devenu évident, l’ETH Zurich a définitivement introduit l’informatique en tant que département et études en 1981. Grâce à l’engagement de Niklaus Wirth et de ses camarades, la première pierre de l’essor de l’informatique en Suisse était posée.

Aperçu personnel de la vie du pionnier de l’informatique

En 2021, à l’occasion du 40e anniversaire du département d’informatique de l’EPF, Niklaus Wirth a donné un aperçu personnel de son histoire et de ce qui l’a motivé dans sa vie et sa carrière de chercheur dans une série de vidéos.
Pauline Lüthi, Florian Meyer