Des fruits et de l’énergie solaire dans les champs

- EN- DE- FR - IT
Modules PV sur un champ de framboisiers (Image : Bioschmid)
Modules PV sur un champ de framboisiers (Image : Bioschmid)
Des modules photovoltaïques en haut, des framboisiers en bas: à l’avenir, les surfaces agricoles pourraient avoir un double usage et servir tant à la production végétale qu’à la production d’électricité. La Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires HAFL et le département Technique et informatique TI de la Haute école spécialisée bernoise BFH vont de l’avant avec l’agrivoltaïsme, un système susceptible de soutenir la transition énergétique: ils fondent le forum AgriSolar.

Sur un champ d’essai à Gelfingen dans le canton de Lucerne, les fragiles framboisiers poussent sous des modules solaires qui laissent passer la lumière mais les protègent de la chaleur et de la grêle. Une solution d’avenir qui compte de nombreux gagnants. En effet, ’combiner agriculture et production d’électricité sur une même surface recèle un potentiel considérable’, déclare Dominik Füglistaller, agroécologue à la BFH-HAFL.

La Stratégie énergétique 2050 prévoit de développer le photovoltaïque en Suisse afin de passer des 5 GW actuels à 50 GW. Jusqu’à présent, on se focalisait sur les toits et les façades des bâtiments. Or à l’avenir, des installations photovoltaïques pourraient aussi être construites au-dessus des cultures de fruits et de légumes, explique Dominik Füglistaller. C’est ce que l’on appelle l’agrivoltaïsme, l’agri-photovoltaïsme ou encore agri-PV, une pratique en plein développement dans nos pays voisins.

La compétence unique en son genre de la Suisse

C’est pourquoi la BFH-HAFL et la BFH-TI vont de l’avant en créant le forum AgriSolar. Ce nouveau centre de compétences associe pour la première fois l’expertise en photovoltaïque et en agroécologie à l’échelle nationale. ’La BFH-HAFL et la BFH-TI souhaitent poursuivre le suivi scientifique de ces installations et soutenir les agricultrices et agriculteurs, planificateurs et installateurs dans leur mise en oeuvre’, explique Christof Bucher, responsable du laboratoire en systèmes photovoltaïques.

Le point clé: l’agronome Dominik Füglistaller le spécialiste en photovoltaïque Christof Bucher examinent les avantages de diverses installations pour différentes cultures. En effet, ’on a le droit de construire une installation photovoltaïque sur des terres agricoles uniquement si on peut démontrer ses avantages pour la production’, précise D. Füglistaller. Outre la production contre les intempéries, l’augmentation des rendements et la réduction des produits phytosanitaires, l’agroécologue compte également la biodiversité au nombre des avantages. Les panneaux solaires peuvent par exemple offrir une protection à des plantes d’ombre bénéfiques, ce qu’il étudie justement dans un champ à Wyttenbach.

Pour Christof Bucher non plus, il ne fait aucun doute: ’Le potentiel de l’agrivoltaïsme en Suisse est énorme. L’agriculteur d’aujourd’hui pourrait être le producteur d’énergie de demain.’ Actuellement, le forum AgriSolar accompagne notamment deux projets d’installations dans le canton de Berne.