Un biomédecin devient le nouveau vice-président de l’ETH pour la recherche

- EN- DE- FR - IT
C’est avec un esprit ouvert que Christian Wolfrum entend désormais mettre
C’est avec un esprit ouvert que Christian Wolfrum entend désormais mettre à profit sa riche expérience de chercheur, de directeur des études et de délégué médical dans son nouveau rôle de vice-président pour la recherche.

Le Conseil des EPF a nommé Christian Wolfrum vice-président de la recherche de l’ETH Zurich à compter du 1er janvier 2023. Tant en tant que professeur de biologie nutritionnelle translationnelle qu’en tant que directeur des études et délégué à la médecine, Wolfrum a activement contribué à l’enseignement et à la recherche médicale à l’ETH.

L’intérêt de Christian Wolfrum pour les sciences naturelles a commencé très tôt à l’école. Sa préférence va d’abord à la chimie. Ce n’est pas tant l’enseignement régulier qui a éveillé sa curiosité, mais plutôt sa participation aux Olympiades de chimie. La théorie du chaos, très en vogue dans les années 1980, avec ses réactions chimiques chaotiques et oscillantes, a particulièrement contribué à son enthousiasme pour cette matière. Comme son école ne disposait pas des réactifs nécessaires pour reproduire les expériences, lui et ses amis se sont adressés à une entreprise chimique et pharmaceutique allemande et ont rapidement obtenu des substances d’une valeur que les élèves n’auraient jamais espérée. C’est ainsi qu’ils ont réalisé les expériences : "Ce faisant, j’ai compris ce qui rend la science passionnante et comment les expériences conduisent à de nouvelles connaissances".

Aujourd’hui, Christian Wolfrum travaille dans le domaine de la biomédecine, un domaine de recherche interdisciplinaire qui combine la médecine expérimentale avec des méthodes de biologie moléculaire et de biologie cellulaire. Depuis 2008, il enseigne et fait de la recherche dans ce domaine en tant que professeur à l’ETH Zurich. Il dirige le laboratoire de biologie nutritionnelle translationnelle et agit en tant que directeur des études de la filière en sciences et technologies de la santé et du bachelor en médecine humaine, qu’il a contribué à mettre en place.

Un ½il pour les bases des maladies

En outre, il est depuis 2020 le délégué à la médecine de la direction de l’école. "En tant que tel, il a contribué activement au renforcement de la collaboration dans l’enseignement, la recherche et la translation en médecine et s’est engagé à promouvoir et à regrouper les différentes initiatives en matière de santé", a déclaré Joël Mesot, président de l’ETH, en rendant hommage au futur vice-président pour la recherche : "Je me réjouis de l’élection externe par le Conseil des EPF et suis convaincu que Christian Wolfrum a les compétences, l’expérience et l’engagement nécessaires pour diriger le domaine de la recherche à l’ETH Zurich. De plus, il complète idéalement le comité de direction de notre école supérieure sur le plan technique. "

Christian Wolfrum a reçu sa formation scientifique de base jusqu’à son doctorat en biochimie à l’université de Münster. La biochimie, telle qu’il la rencontrait, était alors une science purement fondamentale, dont le contenu était plus proche de la chimie que de la biologie, et qui décrivait les processus physiques et chimiques qui permettent aux organismes de vivre.

Les processus physiques en font partie, par exemple la manière dont l’énergie est stockée par l’absorption de nourriture et peut être utilisée plus tard pour d’autres processus. De plus, de nombreuses maladies peuvent être attribuées à des perturbations des processus biochimiques. Lorsque Wolfrum s’est rendu compte que ce sont les bases des maladies qui l’intéressaient le plus, il a rejoint l’université Rockefeller de New York en tant que post-doctorant : "C’est là que j’ai acquis mes connaissances physiologiques et biologiques et que je me suis penché sur les maladies métaboliques comme l’obésité et le diabète de type 2 et sur les processus moléculaires qui sont mal régulés dans ce cas".

Unerecherche en lien avec l’être humain

À l’EPF de Zurich, l’étude des bases moléculaires de la formation des cellules adipeuses et de l’apparition des maladies métaboliques a définitivement pris le pas sur l’intérêt de Wolfrum. Aujourd’hui encore, il se concentre sur l’étude de l’obésité et des maladies qui en résultent, telles que le diabète ou la stéatose hépatique : parmi ses travaux de recherche les plus influents figure la découverte que les cellules adipeuses dites brunes et blanches peuvent se transformer l’une en l’autre (voir dans ETH Life).

"Mon ambition est que mes découvertes puissent être transposées dans de nouvelles thérapies".

"Personne ne s’attendait à cela", dit Wolfrum, car cela ne correspondait pas à la doctrine. Alors que les cellules adipeuses blanches stockent de l’énergie, les cellules adipeuses brunes servent à brûler de l’énergie. Si les cellules adipeuses blanches pouvaient être transformées en cellules brunes par des médicaments, les personnes en surpoids pourraient perdre du poids en brûlant plus de graisse dans leur corps. De nombreux résultats ultérieurs se sont basés sur cette découverte et, ensemble, ils constituent aujourd’hui une base qui pourrait donner naissance à un traitement contre l’obésité. La recherche de Wolfrum se caractérise par le fait qu’il ne perd pas de vue l’application de ses résultats, c’est-à-dire le lien avec les personnes : "Mon ambition est que mes découvertes puissent être transposées dans de nouvelles thérapies".

Tout au long de sa carrière, Christian Wolfrum a travaillé dans des domaines de recherche où différentes disciplines se chevauchent et où la collaboration interdisciplinaire est aussi évidente que nécessaire. Les technologies de laboratoire et d’informatique se sont tellement développées depuis le début du millénaire que le progrès des connaissances biomédicales n’est possible que grâce à la division du travail : "Notre recherche ne fonctionne que si les scientifiques, les médecins et les bioinformaticiens travaillent ensemble - dans toute la chaîne, du premier résultat de laboratoire jusqu’à la traduction en clinique".

Des bouleversements scientifiques rapides

La carrière de chercheur de Wolfrum coïncide avec une phase historique au cours de laquelle la biomédecine et ses méthodes de recherche ont connu des changements fondamentaux. Le décryptage du génome humain en 2001 a marqué le début de l’essor de la bio-informatique et des gigantesques collectes de données. Les "données à haut débit", produites en grande quantité et rapidement, jouent depuis lors un rôle important dans le domaine biomédical.

Elles sont directement liées aux technologies "omiques" (génomique, protéomique, métabolomique et transcriptomique) - des méthodes qui permettent de déterminer les modifications des protéines, des métabolites ou de l’expression des gènes dans certaines conditions, par exemple dans un groupe de personnes en surpoids par rapport à un groupe de personnes de poids normal.

A l’ETH Zurich, des chercheurs issus de différentes sciences de la vie ont développé très tôt de telles approches "omiques" intégrales. "Le fait que nous puissions aujourd’hui identifier les causes d’une maladie à l’aide de milliers de gènes ou de molécules, et non plus seulement par le biais d’un seul gène ou d’une seule molécule, nous permet de distinguer les patients par groupes de caractéristiques de manière beaucoup plus précise et d’adapter les thérapies en conséquence. Cela augmente les chances de succès d’un traitement".

Le changement de regard de la maladie à la santé

Christian Wolfrum a vécu de près le changement de paradigme de la recherche médicale à l’ETH, qui s’est accompagné en 2012 de la création du département des sciences et technologies de la santé et de la filière du même nom. Aujourd’hui, l’enseignement et la recherche en médecine ne se consacrent plus uniquement aux causes des maladies, mais tout autant au maintien et à l’amélioration de la santé.

Dans cette orientation, la science se focalise sur les personnes, leur corps, leur individualité et les styles de vie qui changent (avec l’âge). Le concept de l’ETH a fait ses preuves dès le début. "Notre cursus a rencontré un grand succès auprès des étudiants qui s’intéressent à la biologie ayant un rapport avec l’être humain", se souvient Wolfrum, qui dirige cette formation en tant que directeur des études.

En tant que professeur et directeur d’études, Wolfrum avait déjà appris à connaître différentes perspectives de collaboration entre la recherche fondamentale et la clinique. Le poste de délégué à la médecine lui a donné un aperçu supplémentaire de la manière dont les conditions-cadres institutionnelles et le développement de la recherche s’influencent mutuellement - par exemple, ce qui est nécessaire sur le plan institutionnel pour que la Suisse puisse à la fois mener une recherche de pointe internationale en médecine et garantir les soins de santé régionaux.

En tant que scientifique étudiant un sujet tel que l’obésité, qui interpelle directement la population, Christian Wolfrum a une vision claire du dialogue avec la société : "Lorsque la communication scientifique concerne des sujets tels que l’alimentation et la santé, par exemple, qui ont une influence directe sur le comportement de la population, il faut distinguer les corrélations de la stricte causalité".

Si l’on met par exemple en corrélation la consommation de chocolat par habitant avec le nombre de lauréats du prix Nobel dans un pays, la Suisse arrive en première position. Il est toutefois faux de conclure que la Suisse a autant de prix Nobel parce que ses habitants mangent le plus de chocolat.

Wolfrum veut désormais mettre à profit toute sa richesse d’expérience en tant que chercheur, directeur d’études et délégué dans sa vice-présidence, avec un esprit ouvert.

Florian Meyer