En 2020, quatre étudiants sur dix se sont sentis plus souvent déprimés qu'en temps normal

      -      English  -  Deutsch  -  Français   -  Italiano
(Image Depositphotos)

(Image Depositphotos)

Situation financière et santé psychique des étudiants durant la pandémie de COVID-19 en 2020 En 2020, quatre étudiants sur dix se sont sentis plus souvent déprimés qu'en temps normal

24.11.2022 - La pandémie de COVID-19 et ses restrictions ont altéré la santé psychique d’un grand nombre d’étudiantes et d’étudiants des hautes écoles en 2020. Entre 30% et 49% de ces personnes ont rapporté, plus qu’en temps normal, des symptômes liés à la dépression et l’anxiété ou un sentiment de solitude. En revanche, la pandémie n’a pas affecté la situation financière de la majorité. Elle a toutefois aggravé celle des groupes les plus vulnérables. Les étudiants issus de la migration et ceux en Musique, arts de la scène et autres arts sont notamment les plus concernés. Tels sont les résultats du rapport thématique de l’enquête auprès des diplômés des hautes écoles, menée par l’Office fédéral de la statistique (OFS).

La publication identifie dans quelle mesure la pandémie de COVID-19 et les restrictions associées ont affecté la situation financière et la santé psychique des étudiants qui ont obtenu leur diplôme en 2020. Les résultats montrent que la moitié (49%) relate avoir éprouvé (bien) plus souvent qu’en temps normal un sentiment de nervosité, d’anxiété ou de tension durant la pandémie; 42% un sentiment de solitude; 39% ont été plus souvent tristes, déprimés ou désespérés; 38% disent avoir manqué d’intérêt ou de plaisir à faire les choses et 30% indiquent ne pas avoir été capables d’arrêter de s’inquiéter ou de contrôler leurs inquiétudes.

Santé psychique: femmes et jeunes étudiants plus touchés

43% des étudiants les plus jeunes (jusqu’à 25 ans) déclarent avoir été plus souvent ou bien plus souvent tristes, déprimés ou désespérés durant la pandémie qu’en temps normal. Cette proportion n’est pas aussi importante chez les plus âgés (entre 35% et 26%). Cet effet de l’âge a aussi été constaté au sein de la population résidante permanente. On relève également des différences en fonction du sexe. Les femmes déclarent en effet plus fréquemment que les hommes avoir été tristes, déprimées ou désespérées (44% contre 33%).

Soutien psychologique rare pour cause de pandémie

Seuls 2,9% des étudiants indiquent s’être adressés à un service de soutien psychologique ou de conseil en raison de la pandémie en 2020, alors qu’ils sont entre 30% et 49% à indiquer avoir souffert de troubles psychiques pour cette raison. D’autre part, 9,1% de ces personnes ont consulté en 2020 un service de soutien psychologique pour des raisons sans lien avec la pandémie.

Une minorité d’étudiants indiquent avoir rencontré, plus qu’en temps normal, des difficultés financières en 2020 à cause de la pandémie: 15% rapportent des ressources financières insuffisantes, 6% des factures en retard, 6% un solde négatif sur leur compte et 7% des restrictions concernant des biens de première nécessité.

Difficultés financières: l’influence du contexte migratoire

Être issu de la migration est un facteur de risque: 17% des étudiants de la 2e génération, 19% de ceux de la 1re génération scolarisés en Suisse et 23% de ceux de la 1re génération scolarisés à l’étranger déclarent un manque de ressources financières en 2020 à cause de la pandémie. Cette proportion s’élève au contraire à 11% chez les étudiants qui ne sont pas issus de la migration.

Seuls 2,5% des étudiants ont reçu une aide financière en lien avec la pandémie de leur haute école en 2020. Les proportions des autres aides exceptionnelles reçues oscillent entre environ 0,5% - pour les bourses et les prêts d’études, les aides financières ou matérielles d’amis, de camarades d’études ou d’associations - et 4,9% pour les aides financières ou matérielles de la famille ou du/de la partenaire.

Musique, arts de la scène et autres arts plus touchés

Les étudiants des hautes écoles spécialisées (HES) du domaine Musique, arts de la scène et autres arts ont vu en 2020 leur situation financière se dégrader fortement à cause de la pandémie. Un étudiant sur deux (51%) déclare un manque de ressources pour faire face aux dépenses et un sur cinq (20%) des restrictions concernant des biens de première nécessité, contre respectivement 15% et 7% pour l’ensemble des étudiants. 19,6% d’entre eux ont par ailleurs reçu une aide financière exceptionnelle de leur haute école. Du côté de la santé psychique, 53% d’entre eux rapportaient avoir été, plus qu’en temps normal, tristes, déprimés ou désespérés (39% pour l’ensemble des étudiants).

Vous trouverez des informations complémentaires dans le document PDF ci-dessous.

En 2020, quatre étudiants sur dix se sont sentis plus souvent déprimés qu’en temps normal
(PDF, 5 pages, 250 kB)


Ce site utilise des cookies et des outils d'analyse pour améliorer la convivialité du site. Plus d'informations. |