Fideris : nouveau plan de protection et d’utilisation des eaux pour exploiter la force hydraulique

  -  Deutsch  -  Français   -  Italiano
Le Conseil fédéral a approuvé le 30 septembre 2022 le plan de protection et d’utilisation des eaux déposé par le canton des Grisons en vue de l’exploitation de la force hydraulique du ÜBergbach ». L’objectif est d’harmoniser protection et utilisation des eaux et de permettre à la future centrale hydroélectrique de Fideris d’exploiter davantage le ÜBergbach ». En contrepartie, le « Malanserbach », particulièrement précieux sur le plan écologique, sera exclu de toute exploitation et protégé pendant la durée de la concession (80 ans).

L’entreprise SN Energie AG et la commune de Fideris mettent sur pied un projet de centrale hydroélectrique à Fideris qui planifie la construction d’une nouvelle centrale avec un captage sur le ÜBergbach ». La production annuelle moyenne attendue est de 13,1 GWh/a, ce qui permettrait d’alimenter en énergie environ 3300 ménages. Il est prévu de capter le ÜBergbach » : inexploité jusqu’à présent et déjà fortement aménagé, il présente un potentiel écologique limité. Le canton des Grisons a donc déposé un plan de protection et d’utilisation des eaux concernant la future centrale de Fideris.

Dans le même bassin versant que le ÜBergbach » se trouve le « Malanserbach », qui, à des fins de compensation, sera exclu de toute exploitation pendant les 80 années que durera la concession. Le « Malanserbach » est un cours d’eau de grande valeur sur les plans écologiques et paysager, notamment la chute d’eau visible depuis l’autre côté de la vallée. Le plan de protection et d’utilisation des eaux permet, d’une part, de donner vie au projet de centrale hydroélectrique de Fideris et, d’autre part, d’assurer l’intégrité du « Malanserbach » pour les 80 années à venir. Aussi offre-t-il des possibilités de réaliser une plus-value sous l’angle tant de la sécurité de l’approvisionnement en électricité que de l’écologie.

La loi fédérale sur la protection des eaux stipule que, lors de prélèvements dans un cours d’eau à des fins de production d’électricité, il doit subsister des débits résiduels convenables en aval afin de garantir le maintien des fonctions naturelles du cours d’eau (p. ex. milieux naturels pour la flore et la faune, structuration du paysage ou alimentation des eaux souterraines). Dans certains cas exceptionnels, les cantons peuvent définir des débits résiduels inférieurs aux prescriptions ; des mesures de compensation adéquates sont toutefois nécessaires.