La HSLU contribue à la réalisation des objectifs climatiques dans le cadre du programme d’encouragement SWEET de la Confédération.

  -  Deutsch  -  Français   -  Italiano
 (Image: Pixabay CC0)

(Image: Pixabay CC0)

Les travaux de deux autres sous-projets du programme d’encouragement SWEET de l’Office fédéral de l’énergie OFEN ont débuté à la Haute école de Lucerne. Des chercheurs des départements Économie, Technique & Architecture et Travail social développent, sous le thème principal Vivre et travailler, des solutions qui doivent faire avancer la stratégie énergétique 2050.

La Hochschule Luzern - Wirtschaft fait partie du consortium SWICE (Sustainable Wellbeing for the individual and the Collectivity in the Energy transition), dirigé par l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL). Dans le cadre du package de travail New Work, Mobility and Energy, l’équipe de recherche dirigée par Timo Ohnmacht examine, dans le cadre d’une étude à long terme de sept ans, comment il est possible d’atteindre un mode de vie durable et efficace tout en améliorant la qualité de vie dans les zones et les agglomérations. Le sous-projet de la HSLU représente 1,6 million de francs sur un budget total du consortium de 22 millions de francs.

Car-sharing, coworking et gamification

Dans le cadre de ce lot de travaux, trois mesures visant à contribuer aux économies d’énergie dans la vie quotidienne des résidents et des employés seront développées et étudiées : La première mesure concerne de nouvelles formes de travail (coworking, modèles d’espace et d’horaires flexibles), la deuxième mesure porte sur la conception de nouveaux services de mobilité (service de navette, ride-ailing, car-sharing et bike-sharing en combinaison avec les transports publics).La troisième mesure consiste à utiliser des applications de gamification sur les téléphones portables des habitants et des employés, afin de leur faire comprendre l’influence de la mobilité sur le climat et de les inciter à économiser de l’énergie.

Laboratoire réel avec différents partenaires de terrain

Le cadre du projet suit l’approche d’un laboratoire réel. Dans ce cas, le projet est mené à la Suurstoffi (commune de Risch-Rotkreuz) et au Bösch Areal (commune de Hünenberg) en collaboration avec des entreprises locales, des associations, les communes, les habitants, les employés et d’autres partenaires de soutien. Outre les approches participatives, des études empiriques sur le terrain sont menées sous la forme d’enquêtes par panel afin de suivre l’effet des mesures sur la consommation d’énergie.

Dans ce package de travail, la Haute école de Lucerne - Gestion collabore avec l’Association des employés suisses, l’Office fédéral du développement territorial ARE, les réseaux Community Office et Coworking Switzerland, Intep - Integrale Planung GmbH, Interface Politikstudien, KEEAS Raumkonzepte AG, Planar AG fü füLe projet a été mené en collaboration avec les associations suivantes : Développement territorial, Roche Pharma SA, Chemins de fer fédéraux CFF, Société suisse des ingénieurs et des architectes SIA, Swisscom, Université de Lausanne, Zug Estates, Zürcher Hochschule für Angewandte Wissenschaften (ZHAW) ainsi que les deux communes de Risch-Rotkreuz et Hünenberg.

Les départements Technique & Architecture et Travail social de la Haute école de Lucerne font partie du consortium LANTERN (Living lAbs iNTerfaces for the Energy tRansitioN) dirigé par la Haute Ecole Spécialisée de Suisse Occidentale HES-SO à Sion.

Le travail se concentre sur le concept de Living Labs. Dans des conditions réelles, dans des quartiers, des bâtiments et des institutions, les chercheurs étudient les moyens de vivre et de travailler en économisant l’énergie. Ce projet interdisciplinaire et intradisciplinaire cherche des voies intégrant la technique, dans lesquelles les thèmes de l’efficacité et de la suffisance sont appliqués.

Sous la direction de Yousra Sidqi, de l’Institut d’électrotechnique, et de Ludger Fischer, de l’Institut de génie mécanique et énergétique, l’équipe de recherche de la HSLU élabore, dans le cadre du consortium LANTERN, le package de travail set-up and scale up, dans lequel six Living Labs suisses et au moins six projets pilotes et de démonstration sont coordonnés. Entre autres, l’équipe de recherche reconfigure les Living Labs de Lucerne avec la collaboration de nombreuses organisations telles que Energy Lab et le Musée des transports.

Le département Travail social est responsable du package de travail Energy Communities and Cooperatives at District Level, sous la direction d’Ulrike Sturm et de Christopher Young.

L’ensemble du projet LANTERN représente un volume de recherche de 33 millions de francs. Quinze institutions universitaires et 50 partenaires industriels y participent. Les paquets de travail dont la HSLU est responsable représentent un volume de projet de 4,2 millions de francs. La durée du projet est de huit ans. Les travaux sont intégrés dans le Réseau européen de laboratoires vivants (ENOLL).

Les deux consortiums réunis autour de LANTERN et SWICE ont pu s’imposer dans le cadre d’une procédure hautement compétitive et collaboreront pendant la durée du projet. La participation extrêmement significative des trois départements de la HSLU dans ce thème de recherche souligne la reconnaissance au niveau suisse des travaux de recherche de la HSLU dans le domaine de l’énergie.


Ce site utilise des cookies et des outils d'analyse pour améliorer la convivialité du site. Plus d'informations. |