L’EPFL propose de nouveaux cours en management et finance

    -     English

verra l’offre de cours du Collège de Management et Technologie (CDM) de l’EPFL s’étoffer avec une série de nouveaux cours en management et finance pour les étudiants de niveau Bachelor. Objectif : faire des futurs ingénieurs et futures ingénieures de l’EPFL de vrais « couteaux suisses »

Septembre 2020 verra l’offre de cours du Collège de Management et Technologie (CDM) de l’EPFL s’étoffer avec une série de nouveaux cours en management et finance pour les étudiants de niveau Bachelor. Objectif : faire des futurs ingénieurs et futures ingénieures de l’EPFL de vrais « couteaux suisses ».

Aux outils « Ingénierie », « Technologie » et « Logistique » déjà existants dans le cursus SHS des étudiants en Bachelor, viendront donc s’ajouter « Economie », « Entreprenariat », « Finance » et « Politique : en face des crises », pour ne citer que ceux-là. A l’heure de la crise du Covid-19, on ne saurait être plus à propos. Et pourtant, la volonté de la Vice-Présidence pour l’Education de l’EPFL de proposer ce nouveau cursus remonte à l’été 2019, pour mise en chantier quelques semaines plus tard. Visionnaire, la VPE ?

« Les Bachelors doivent choisir chaque semestre deux crédits SHS pour leur cursus, et le CDM leur propose un nouvel ensemble de cours relatifs au Management. Nous avions en effet constaté une très forte demande pour une alternative de type « management » aux cours SHS « classiques » de type sociologie ou culture générale, or cette offre n’existait pas, explique Dominique Foray, Directeur du CDM. Nous avions également constaté que les étudiants Bachelor, une fois arrivés en Master, se précipitaient sur le cursus Entreprenariat et Management de la Technologie. Il était donc pertinent de proposer ces cours plus tôt dans le curriculum, qui peuvent aussi être une passerelle vers d’autres formations. Nous voulons leur donner envie de poursuivre dans cette voie, ce qu’ils pourront ensuite faire grâce à nos Masters de finance et management. »

Les étudiants et étudiantes du cycle Bachelor pourront ainsi choisir entre 8 cours de 2 crédits chacun, tous étant indépendants, et même naviguer entre CDM et SHS entre les années Ba3 et Ba4, par exemple, car ces modules offrent une grande flexibilité. Pour les élèves les plus pragmatiques, cela leur permet aussi de s’orienter vers les cours les plus adéquats au métier qu’ils et elles aspirent à exercer plus tard.

Car cette offre a bien pour but de préparer au mieux les étudiants à la vie professionnelle, un apprentissage parfois négligé des bancs universitaires et qui les oblige à découvrir cette nouvelle vie « sur le tas », une fois dans le monde du travail. En effet, « il avait été constaté par le passé que si les ingénieurs fraîchement diplômés étaient reconnus pour être à la pointe de leurs domaines techniques, il leur était cependant difficile d’accéder aux plus hauts niveaux de management en entreprise, faute de formation appropriée. Une lacune qui est désormais comblée », se réjouit Dominique Foray, « car nous estimons que tous les étudiants doivent avoir des connaissances de base en économie, management et finance. »

L’EPFL est connue pour être un campus très entrepreneurial, aussi parmi ces élèves se trouvent également certainement de futurs créateurs d’entreprises, à qui ces connaissances seront d’autant plus utiles. En plus de jongler avec des chiffres dans leur discipline, ils sauront ainsi jongler avec ceux d’un business plan pour réussir leur éventuelle future entreprise. « Une technologie, pour s’imposer, doit être préparée d’un point de vue économique, ce que les étudiants ont souvent tendance à oublier. L’innovation n’existe pas si elle n’a pas été adoptée par la société, or ceci implique beaucoup d’économie, de management et de finance en amont », soutient Dominique Foray. 

Fondamentale interdisciplinarité

En faisant l’interface entre management et sciences, le cursus Management et Finance au sein du CDM offre une hybridation des savoirs et des compétences. L’interdisciplinarité y trouve logiquement sa place. « Certains professeurs de finance en Business School n’ont jamais vu d’ingénieurs. Nous, nous voulons travailler avec des professeurs de finance qui voient les possibilités offertes par des technologies financières nouvelles basées sur l’informatique et qui ont envie de développer des travaux, par exemple. L’interdisciplinarité est donc vitale pour s’imposer en tant que faculté », poursuit-il.

Une formation particulièrement d’actualité

Le cursus aborde des sujets comme Economie de l’innovation, ou Technologie, économie et politique : en face des crises. Or, la crise actuelle du coronavirus a mis en lumière les problèmes économiques et les opportunités commerciales qui impactent la recherche sur les vaccins, par exemple. De fait, les entreprises s’orientent plutôt vers la recherche sur les médicaments, laissant le marché du vaccin à seulement quelques acteurs. « Tout ceci fait partie de l’économie de l’innovation, que le cursus aborde. La technologie, l’économie et la politique s’appliquent aussi à de nombreux domaines tels que le changement climatique. Donc ce cursus est d’autant plus pertinent pour nos étudiants », conclut Dominique Foray.

L’offre est amenée à évoluer pour proposer à terme un parcours complet avec plus de choix dans son format final : innovation, policy, entreprenariat, sciences du management, théorie des jeux, microfinance, finance durable, économie de l’environnement.

Le nombre de places par cours est limité à 80 personnes et elles seront attribuées sur le principe du premier arrivé, premier servi.

Les futurs ingénieurs auront désormais tous les outils de leur réussite en main.