L’EPFL reconnue pour son expertise nucléaire

    -     English
Andreas Mortensen et Andreas Pautz de l'EPFL avec Mikahil Chudakov, directeu

Andreas Mortensen et Andreas Pautz de l'EPFL avec Mikahil Chudakov, directeur général adjoint de l'AIEA (à droite). Vienne, le 12 juin 2019. © S. Krikorian / IAEA. © 2019 S. Krikorian / IAEA

L’Agence internationale de l’énergie atomique AIEA a désigné l’EPFL comme l’un de ses centres collaborateurs mondiaux.

Le 12 juin 2019, l’EPFL a été officiellement désignée comme centre collaborateur de l’Agence internationale de l’énergie atomique dans les domaines des données open source et du développement de codes pour les applications nucléaires. L’AIEA est la principale organisation mondiale et intergouvernementale pour la coopération scientifique et technique dans le domaine du nucléaire. Elle oeuvre pour une utilisation sûre, sécuritaire et pacifique de la science et de la technologie nucléaires, contribuant à la paix et à la sécurité internationale ainsi qu’aux objectifs des Nations Unies en matière de développement durable. L’AIEA a reçu le prix Nobel de la paix en 2005 pour son travail.

L’AIEA récompense l’EPFL pour son rôle de pionnière dans la création d’un réseau international d’industries et d’instituts de recherche qui développeront une plate-forme de simulation avancée et open-source spécialisée dans l’analyse des réacteurs nucléaires. "Ce sera une occasion unique de travailler sur un changement de paradigme majeur dans le secteur nucléaire en faveur d’une politique de R&D ouverte, collaborative et efficace", souligne Carlo Fiorina, initiateur principal de ce domaine et chercheur au Laboratoire de physique des réacteurs et de comportement des systèmes de l’EPFL, dirigé par le professeur Andreas Pautz.

La nécessité d’une nouvelle stratégie de développement dans le secteur nucléaire provient des exigences toujours plus strictes en matière de sécurité, mais aussi des multiples activités de recherche menées dans le monde entier et consacrées au développement de nouvelles technologies nucléaires pour développer une énergie sans CO2, à la production de de radioisotopes médicaux, à l’incinération des déchets nucléaires existants, ainsi qu’à désailinisation de l’eau de mer et à la production d’hydrogène.

L’objectif du Centre collaborateur de l’EPFL sera d’aller au-delà des stratégies de développement traditionnelles, qui reposent sur des logiciels et des données relativement anciens et souvent propriétaires. Le coeur des activités du centre sera basé sur la promotion des travaux de recherche et de développement favorisant les concepts d’open-source et de développement partagé. Cela stimulera les activités de R&D et contribuera à une exploitation sûre des centrales nucléaires en augmentant les synergies, en limitant les inefficacités et en favorisant le réseautage et la contribution à une standardisation.

En plus de diriger cet effort international, l’EPFL produira de nouvelles données de validation open source de haute qualité avec son réacteur CROCUS. "C’est une opportunité passionnante d’utiliser nos installations uniques pour avoir un impact réel dans le secteur du nucléaire ", se réjouit Pavel Frajtag, responsable du réacteur CROCUS à l’EPFL. 

Les logiciels libres et les données expérimentales produits pendant le projet seront distribués aux États membres de l’AIEA. Cela renforcera l’innovation et la promotion de la culture de sécurité de l’AIEA, notamment dans les pays en voie de développement qui ont pour objectif d’inclure les technologies nucléaires dans leurs stratégies de développement, pour la santé publique et la limitation du CO2. "Être désigné comme centre collaborateur de l’AIEA est un grand honneur et une reconnaissance de la réputation de l’EPFL, des normes élevées de sécurité nucléaire établies dans notre pays et de l’excellence de la recherche nucléaire en Suisse", estime Andreas Pautz. "Cela placera le réacteur CROCUS parmi les installations nucléaires exceptionnelles et ouvrira la voie à une collaboration mondiale."

Lors de la cérémonie d’inauguration du 12 juin, le Directeur général adjoint de l’AIEA et Chef du département de l’énergie nucléaire, Mikhail Chudakov, ont remis au professeur Andreas Mortensen, vice-président de la recherche à l’EPFL, le document officiel de nomination. Des représentants du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) et de l’Office fédéral de l’énergie (OFEN) ont également assisté à la cérémonie désignant l’EPFL comme centre collaborateur.