Le président de la Confédération participe au sommet du Conseil de l'Europe et s'entretient avec le gouvernement islandais

- EN- DE- FR - IT
Le président de la Confédération participe au sommet du Conseil de l'Europe et s'entretient avec le gouvernement islandais

Berne, 12.05.2023 - Pour la quatrième fois depuis la création du Conseil de l'Europe il y a 74 ans, les chefs d'État ou de gouvernement des pays membres se réuniront la semaine prochaine pour un sommet. La délégation suisse à Reykjavík sera emmenée par le président de la Confédération Alain Berset. En amont du sommet, celui-ci s'entretiendra le mardi 16 mai 2023 avec la première ministre islandaise Katrín Jakobsdóttir, avant tout de coopération en matière de climat, mais aussi de questions internationales actuelles.

Le sommet de Reykjavík devrait donner un nouvel élan au Conseil de l’Europe à un moment où les défis à relever sont importants. En réaction à la guerre d’agression russe contre l’Ukraine, les 46 pays membres veulent renforcer les valeurs de l’organisation que sont les droits de l’homme, la démocratie et l’État de droit. Exiger que les crimes de guerre commis en Ukraine ne restent pas impunis en fait partie. Le sommet doit également permettre de consolider les acquis du Conseil de l’Europe, en particulier le système de la Convention européenne des droits de l’homme.

La Suisse a adhéré au Conseil de l’Europe il y a 60 ans. Le président de la Confédération exposera les priorités de la Suisse lors du sommet. Le Conseil de l’Europe doit bénéficier d’un soutien politique pour son travail dans le domaine des droits de l’homme et jouer un rôle plus important dans le développement de l’expertise sur des sujets tels que le changement climatique ou l’intelligence artificielle. Il importe aussi de collaborer plus étroitement avec d’autres organisations internationales, dont celles de Genève. Une priorité pour la Suisse consiste également à maintenir l’orientation paneuropéenne et à augmenter la visibilité de l’Assemblée parlementaire et du Congrès pour les communes et les régions. Plusieurs déclarations doivent être adoptées à l’issue du sommet. La secrétaire d’État Livia Leu représentera la Suisse lors des discussions thématiques du mercredi 17 mai.

Projets à caractère pionnier
En amont du sommet, le président de la Confédération rencontrera la première ministre islandaise Jakobsdóttir. Outre les défis du continent et les objectifs du Conseil de l’Europe, cet échange bilatéral permettra d’aborder la collaboration entre la Suisse et l’Islande dans le cadre de l’Association européenne de libre-échange (AELE) et sur les questions climatiques.

Le président de la Confédération se rendra à Hellisheiði, dans le sud-ouest de l’Islande, pour deux visites de projets qui lient l’Islande et la Suisse. Ceux-ci visent à extraire le CO2 de l’air et à le stocker de façon permanente dans le sous-sol : il s’agit d’une part de l’installation Orca de l’entreprise suisse Climeworks, qui permet d’extraire le CO2 directement dans l’air, et, d’autre part, du projet de démonstration DemoUpCarma, dirigé par l’EPF de Zurich, dans le cadre duquel le CO2 est transporté d’une station d’épuration des eaux usées suisse vers l’Islande pour y être stocké de façon permanente. La Confédération participe à hauteur d’environ 50 pour cent au projet DemoUpCarma.

Tant la technologie de l’installation Orca que le transport transfrontalier de CO2 en vue de son stockage comptent parmi les premiers projets de ce type au monde. Pour que la Suisse atteigne son objectif de zéro net d’ici 2050, elle doit notamment compenser les émissions de gaz à effet de serre restantes, qui sont difficilement évitables, à l’aide de telles technologies.