Le rapport d’activité 2020 est paru

    -     English  -  Deutsch

Entre recherche, enseignement et conseil au sujet de l’eau, l’Eawag s’investit pour un avenir durable - en Suisse et dans le monde entier, comme l’illustrent les projets variés et passionnants que nous vous présentons dans ce rapport d’activité.

Notre nouveau rapport d’activité présente ce que l’institut de recherche de l’eau Eawag a vécu et réalisé au cours de cette année 2020 riche en défis de toutes sortes. Aussi surprenant que cela puisse paraître, la recherche sur l’eau de l’Eawag s’est également révélée précieuse pour les difficultés présentées par la pandémie de Covid-19.

  • En collaboration avec des collègues de l’EPFL et de partenaires sur le terrain, nos chercheurs ont mis au point une méthode permettant de déceler le Sars-CoV-2 dans les eaux usées (p. 32).
  • Nos travaux de recherche sur les bactéries légionelles dans les installations sanitaires, à l’origine de maladies, ont aidé à remettre les bâtiments en service en toute sécurité après le confinement (p. 8).
  • Enfin, l’Eawag a permis à Martin Ackermann, chef du département Microbiologie de l’environnement et professeur à l’ETH Zurich, de devenir responsable de la Swiss National Covid-19 Science Task Force (p. 44).

Quand on se penche sur l’origine du virus Sars-Cov-2, on découvre l’influence que les systèmes alimentaires exercent sur les biotopes, les services écosystémiques et la biodiversité. Ce sont précisément ces thèmes sur lesquels les chercheurs de l’Eawag travaillent depuis de nombreuses années en Suisse - et 2020 n’a pas fait exception.

  • Nos travaux de recherche aident à comprendre comment les produits phytosanitaires polluent les écosystèmes aquatiques et les eaux souterraines et proposent des mesures d’amélioration (p. 20).
  • De nouvelles méthodes nous permettent de dresser un pronostic de la biodiversité et par conséquent de l’état des écosystèmes fluviaux (p. 12).
  • L’initiative sur la biodiversité «bleue-verte», créée en collaboration avec le WSL, nous permet de relier les connaissances sur les écosystèmes aquatiques et terrestres afin d’endiguer la disparition des espèces (p. 8).

Avec ce projet et bien d’autres, les chercheurs de l’Eawag ont fourni un travail considérable pendant toute l’année 2020 pour un avenir durable en Suisse et dans le monde - et continueront à s’investir en ce sens à l’avenir.