Recherche sur la mobilité pendulaire à la Suurstoffi à Risch-Rotkreuz

- EN- DE- FR - IT

Combien de CO2 les habitants de la Suurstoffi économisent-ils en faisant la navette grâce au home-office et au coworking? Les habitants de la Suurstoffi qui travaillent consomment en moyenne 742 kg de CO2 par an pour se rendre au travail. Ils se situent ainsi dans la moyenne suisse - pouvons-nous réduire cette valeur à l’avenir?

Dans les secteurs de l’industrie et du bâtiment, de grandes quantités de dioxyde de carbone (CO2) nuisibles au climat ont pu être économisées ces dernières années en Suisse. Selon le journal de durabilité 2023 de Zug Estates AG, des économies ont également été réalisées sur le site de Suurstoffi : par exemple, l’énergie pour le chauffage et le refroidissement de Suurstoffi est générée par des accumulateurs souterrains et la chaleur des bâtiments, et l’électricité est fournie par les installations solaires. Le secteur des transports est responsable chaque année d’un tiers des 13 millions de tonnes d’émissions de CO2 en Suisse. Les déplacements domicile-travail génèrent près de quatre millions de tonnes d’émissions de CO2. En Suisse, chaque employé émet en moyenne 761 kg de CO2 par an pour se rendre au travail. La tendance est que le secteur des transports produit toujours autant de CO2 au fil des ans. Il n’est donc pas encore sur la voie de la réduction espérée et reste un défi en Suisse comme à la Suurstoffi.

Le centre de compétence pour la mobilité de la Haute école de gestion de Lucerne a étudié, en collaboration avec d’autres instituts de recherche dans le cadre du programme de promotion SWEET - ’SWiss Energy research for the Energy Transition’ de l’Office fédéral de l’énergie (OFEN), le consortium SWICE -(Sustainable Wellbeing for the Individual and the Collectivity in the Energy transition), dirigé par l’EPFL de Lausanne, à combien s’élèvent les émissions moyennes de CO2 pour le trajet domicile-travail des habitants de Suurstoffi. Pour savoir combien d’émissions de CO2 les habitants génèrent aujourd’hui sur leur trajet domicile-travail, nous avons mené une enquête à l’automne 2022 à Suurstoffi. Cette enquête a également été développée en collaboration avec la commune de Risch-Rotkreuz.

Pour calculer les émissions de CO2 dues au trajet domicile-travail, nous avons notamment combiné les données relatives au nombre de jours de travail chez l’employeur sur place, la distance du trajet pendulaire et le moyen de transport. Il en résulte une émission moyenne de CO2 d’environ 740 kg par personne et par an pour le trajet domicile-travail. Cela correspond à peu près à la moyenne suisse. Les résultats de l’enquête montrent que c’est surtout le travail en home-office qui est apprécié par les habitants de Suurstoffi : environ 60% d’entre eux travaillent régulièrement depuis leur domicile. Les jours de travail à domicile les plus appréciés sont le lundi et le vendredi. D’autres facteurs d’influence importants pour les émissions de CO2 sont le choix du moyen de transport, l’emplacement du lieu de travail régulier (en milieu rural ou urbain), et les raisons du choix du lieu de résidence (par exemple la proximité des transports publics ou de l’autoroute), ainsi que l’attitude envers la voiture et les transports publics. Par exemple, les personnes qui travaillent plus souvent à la maison, qui travaillent en ville, qui font la navette en transports publics et qui trouvent les transports publics pratiques, ont en moyenne moins d’émissions de CO2 pour se rendre au travail que les habitants qui font la navette en voiture sur de longues distances. Les calculs montrent cette corrélation. Celui qui travaille par exemple un jour de plus dans un bureau à domicile peut ainsi économiser en moyenne 120 kg de CO2 par an pour le trajet domicile-travail. Cela correspond à peu près à la consommation de CO2 d’une voiture pour 300 km de trajet. Un habitant du site de Suurstoffi qui travaille 50% de sa semaine en home-office consomme donc au total environ 500 kg de CO2 par an pour se rendre au travail.

Dans le projet, nous voulons maintenant étudier le potentiel des interventions à Suurstoffi pour promouvoir la mobilité durable. Les résultats de l’enquête montrent que des changements dans le comportement au travail peuvent contribuer de manière significative à la réduction des émissions de CO2. Une mesure permettant de réduire les émissions de CO2 est le travail à domicile dans un home-office ou dans un espace de coworking à proximité. Ces autres lieux de travail contribuent à éviter les pics de trafic et à éviter que tous les travailleurs utilisent les infrastructures de transport en même temps. Une autre possibilité est que les résidents se regroupent pour faire la navette en voiture et forment un covoiturage. En outre, la recherche montre qu’il est important d’être conscient de ses propres schémas de mobilité pour les trajets de travail et de loisirs. Une application de mobilité à la Suurstoffi pourrait permettre de prendre conscience de cette réalité.