Nouveau master en développement territorial collaboratif à la HSLU

- EN- DE- FR - IT
Les processus de planification en milieu urbain comme en milieu rural sont de pl
Les processus de planification en milieu urbain comme en milieu rural sont de plus en plus complexes. Image : Michelle Wermelinger

La nouvelle filière de master "Développement territorial collaboratif" débutera à l’automne 2024 à la Haute école de Lucerne. Il est centré sur une culture de la planification orientée vers l’avenir, grâce à laquelle des étudiants issus de différentes disciplines conçoivent des processus complexes de transformation du territoire.

Le changement climatique et la crise énergétique, l’urbanisation croissante, l’évolution démographique, le changement de comportement en matière de mobilité et les nouvelles technologies numériques façonnent le monde dans lequel nous vivons. Les processus de planification dans les zones urbaines et rurales deviennent donc de plus en plus complexes et ne peuvent plus être traités uniquement par des spécialistes de l’aménagement du territoire, des architectes et des architectes paysagistes. Qu’il s’agisse de mesures climatiques d’urgence pour des quartiers ou de stratégies pour faire face à la pénurie de logements dans des cantons entiers, de nouvelles formes de collaboration sont nécessaires - et on recherche des spécialistes capables d’accompagner ces processus de changement. Le développement territorial de demain a plus que jamais besoin d’équipes interdisciplinaires et transdisciplinaires pour trouver des solutions adéquates aux défis actuels", explique Tabea Michaelis, codirectrice de la filière. C’est pourquoi la Haute école de Lucerne propose le nouveau Master of Arts en développement territorial collaboratif, codirigé par Michaelis et Amelie Mayer. Lors de sa séance du 11 mai 2023, le conseil de concordat de la Haute école de Lucerne a approuvé l’introduction de ce cursus pour septembre 2024.

Préparation à un large champ d’activités

La filière s’adresse aux personnes qui ont obtenu leur diplôme de bachelor directement et à celles qui ont quelques années d’expérience pratique dans des domaines tels que l’aménagement du territoire, l’urbanisme, l’architecture, l’architecture paysagère, les sciences environnementales, économiques et sociales, l’informatique ou le design. Ensemble, les étudiants du master acquièrent des compétences opérationnelles polyvalentes pour faire face à l’évolution des exigences et à la raréfaction des ressources : ils apprennent à intégrer différents groupes d’intérêts dans les projets de développement et à servir d’intermédiaires entre eux. Outre l’utilisation des instruments traditionnels de l’aménagement du territoire, de l’architecture et de l’urbanisme, ils approfondissent les méthodes qualitatives et performatives afin d’appréhender et de développer un espace à partir de ses possibilités spécifiques.

Nous ne considérons pas le développement territorial comme un produit, mais comme un processus. Celui-ci doit créer des espaces adaptés au climat, ouverts et appropriables, et créer ainsi une base pour l’échange et l’intégration’, explique la codirectrice des études. Pour planifier ces espaces, il faut une compréhension globale de la culture du bâtiment, qui part de l’existant et qui tient compte des conditions politiques et juridiques ainsi que de la viabilité économique", explique-t-elle. Les étudiants travaillent sur des projets proches de la pratique avec des donneurs d’ordre potentiels. Ils y développent des solutions d’avenir pour l’espace construit et vécu. hslu.ch/kolab

Un master pour la pratique du développement territorial

Pendant cinq ans, des experts de différentes disciplines de la HSLU ont mené des recherches sur les défis du développement territorial dans le cadre du cluster thématique interdisciplinaire (ITC) ’Espace et société’ avec des partenaires issus de la pratique. Une condition essentielle : le développement de notre environnement bâti n’est possible que si les spécialistes sont capables de penser, de planifier et de travailler ensemble au-delà de leur propre domaine de spécialité - une aptitude qui s’apprend. C’est pourquoi le master en développement territorial collaboratif a été créé.

La structure des études s’oriente vers un déroulement itératif des projets et offre des moments de réflexion réguliers lors de colloques. Les étudiants mettent en pratique leurs connaissances dans des projets interdisciplinaires et transdisciplinaires avec des mandants potentiels, acquièrent ainsi de l’expérience dans la gestion de la "disruption et du coping" et apprennent à faire face à l’imprévisible. Il est possible d’étudier à temps plein ou à temps partiel. Une formation individuelle correspondant à l’orientation personnelle des étudiants interdisciplinaires est encouragée par le biais d’une offre d’approfondissement large et interdépartementale.