’Nous cherchons des projets dans la ’Vallée de la mort’’

      -      English  -  Deutsch  -  Français
Physicien de formation et manager de longue date, Hubert Keiber évalue les deman

Physicien de formation et manager de longue date, Hubert Keiber évalue les demandes de subventions qui lui sont soumises. Image: Empa

Hubert Keiber, président du conseil de la Fondation Werner Siemens, décrit les raisons pour lesquelles le comité a décidé de verser des subventions à hauteur de 15 millions de francs à l’Empa.

Quelle a été votre première pensée lorsque vous avez entendu parler du projet CarboQuant ?

Le projet m’est parvenu par l’intermédiaire de notre conseil scientifique, qui me l’a recommandé - ou plutôt au conseil de la fondation - comme digne d’être soutenu. Et lorsque la demande est arrivée sur mon bureau, je me suis dit - avant même de l’avoir lue - "OK, le graphène, il y a eu un prix Nobel pour ça ; mais qu’est-ce qu’on veut faire de nouveau, les thèmes sont déjà largement connus et traités. Quel est l’intérêt de ce projet ?" Ce qui est passionnant dans le projet, c’est qu’il s’agit de la géométrie de ces nouveaux matériaux à base de graphène, que l’on peut "ajuster" les propriétés électriques et magnétiques du graphène par le biais de sa géométrie - et cela va bien au-delà de ce que l’on connaissait jusqu’à présent. C’est la forme qui détermine la fonction, et non la chimie - c’est donc une toute nouvelle façon de penser. Cela m’a vraiment impressionné. C’est pourquoi nous avons invité Roman Fasel, Oliver et Pierangelo Gröning à nous présenter le projet plus en détail.

À quoi faites-vous attention en premier lieu lorsque vous évaluez un projet ?

Nous nous intéressons avant tout aux protagonistes, à l’équipe, et nous nous demandons s’ils sont réellement capables de réaliser le projet, si nous leur faisons vraiment confiance - Comment agissent-ils lors de la présentation, est-ce un "one-man-show", l’un parle-t-il tout le temps pendant que les autres restent assis à écouter, ou travaillent-ils ensemble - Si ce sont plutôt des combattants solitaires, cela nous pose déjà un problème. Nous recherchons des projets hautement interdisciplinaires, ce qui est plutôt difficile pour une personne seule. Cela signifie que le jeu d’équipe est très important pour nous. Comment fonctionnent-ils en équipe, y a-t-il une bonne alchimie entre eux - Si ce n’est pas le cas, nous refuserions dans un cas extrême un projet scientifiquement excellent - et nous l’avons déjà fait.

Avec l’équipe CarboQuant, l’alchimie semble avoir fonctionné.

C’était une présentation comme nous l’imaginions. Ce n’était pas comme si l’un d’entre eux avait le pouvoir de décision et que les autres devaient appliquer ce que disait le chef. Ils se sont littéralement passé la balle. Il y avait trois têtes, et chacun avait son propre avis - et c’est exactement ce qu’il faut pour un projet aussi ambitieux. Il faut qu’il y ait des discussions, des frictions, pour aller de l’avant. C’est ce qui nous a convaincus.

Hubert Keiber est titulaire d’un doctorat en physique et a occupé de 1983 à 2015 un poste de direction chez Siemens Suisse, ainsi que dans des filiales de Siemens en Russie et en Chine. En tant que président de la fondation Werner-Siemens, il préside le conseil de fondation composé de trois membres.

Conformément à l’objectif de la fondation, la Werner Siemens-Stiftung soutient des projets de recherche exceptionnels et innovants dans le but de pouvoir utiliser ultérieurement les innovations qui en résultent à des fins industrielles. Vous soutenez par exemple un scalpel laser robotisé pour des interventions mini-invasives ou des médicaments antiviraux. Quel est le lien entre CarboQuant et la physique quantique ?

Tout d’abord, nous avons déjà refusé des projets dans le domaine des ordinateurs quantiques par le passé. Dans ce domaine, on fait aujourd’hui encore beaucoup de recherche fondamentale pure - et ce n’est explicitement pas notre sujet. Mais nous n’encourageons pas non plus les projets selon la devise "plus vite, plus loin, plus haut", c’est-à-dire lorsqu’il s’agit "seulement" d’optimiser quelque chose d’existant. Nous recherchons des projets qui se trouvent dans la "vallée de la mort" : La recherche fondamentale du sujet concerné a été faite - dans ce cas concret : le graphène existe. Et maintenant, quelqu’un a une idée de ce que l’on pourrait en faire, par exemple construire un prototype - pour cela, il ne reçoit en général pas encore de "venture capital", mais aussi plus de soutien pour la recherche fondamentale, par exemple du Fonds national. De nombreux projets dans ce "domaine intermédiaire" n’aboutissent jamais, car ils n’ont pas de financement. C’est précisément là que nous intervenons - et CarboQuant s’y intègre parfaitement. Ces structures de graphène très spéciales, dont les propriétés électroniques et magnétiques peuvent être réglées par leur géométrie, leur forme, pourraient permettre à l’avenir de créer des puces informatiques sur une base totalement différente de celle des ordinateurs quantiques actuels. Les ordinateurs quantiques ne sont toutefois qu’UNE possibilité d’application pour ces structures de graphène ; l’ordinateur quantique est pour ainsi dire l’objectif lointain. Je suis persuadé que les connaissances et les étapes de développement en cours de route peuvent également conduire à des innovations technologiques dans de tout autres domaines.

Lesquels, par exemple ?

Par exemple, des composants et des éléments de commutation microélectroniques. Le fait que je puisse régler différentes propriétés de matériaux par le biais de la géométrie du graphène a été décisif pour nous - car cette approche totalement nouvelle permet de développer des semi-conducteurs d’un autre type, c’est-à-dire non basés sur le silicium, pour la microélectronique de demain.

15 millions de francs sont une somme exceptionnellement élevée pour l’Empa pour un seul projet - également pour la Fondation Werner Siemens ?

Non, c’est exactement la manière dont nous soutenons les projets. Pour cela, nous ne soutenons "que" trois ou quatre projets par an, mais avec des montants de l’ordre de cinq à 15 millions de francs, en général sur dix ans.

Comme chaque franc d’encouragement ne peut être dépensé qu’une seule fois, cette approche d’encouragement comporte certains risques. Pourquoi poursuivez-vous précisément cette philosophie d’encouragement ?

Cela tient à l’organisation de notre fondation - notre personnel est très réduit et nous n’avons donc qu’une capacité limitée pour expertiser les projets. Si nous devions traiter et soutenir de nombreux petits projets, nous aurions besoin d’une toute autre organisation. Notre philosophie ou notre codex est : petit mais efficace - et j’entends par là les "frais généraux". Nous ne voulons si possible pas dépenser d’argent pour des "frais généraux", l’argent doit aller aux projets.

Nous demandons une fois par an un rapport sur l’avancement du projet - et nous en parlons ensuite nous-mêmes dans notre rapport annuel. C’est tout ce que les chercheurs ont à faire. Une fois que nous avons décidé de financer un projet, nous prenons le risque que cela ne fonctionne pas. Il se peut d’une part que le projet meure parce que l’idée de base n’est en principe pas réalisable - nous n’avons pas encore vécu cette situation, mais elle est envisageable et peut se produire. Mais ce qui serait plus fatal, c’est que l’équipe ne soit pas en mesure de mettre en oeuvre le projet malgré de bonnes idées. Car dans ce cas, nous aurions fait une erreur. Justement : "High risk - high gain".

Les ordinateurs quantiques font régulièrement la une de la presse - le plus souvent en lien avec des géants de la technologie comme IBM, Microsoft ou Google. Pourquoi miser sur un petit acteur comme l’Empa dans cette "course" ?

Parce que l’équipe veut penser et concevoir les ordinateurs quantiques de manière totalement nouvelle, y compris du point de vue des matériaux. Aujourd’hui, vous avez besoin de 4 degrés Kelvin, c’est-à-dire de températures proches du zéro absolu, pour faire fonctionner un ordinateur quantique avec, disons, 8 Qbits - et CarboQuant pourrait permettre de faire fonctionner de tels ordinateurs avec des puces qui ressemblent à des puces normales, à des températures nettement plus élevées, éventuellement même à température ambiante. Autre point : dans le domaine des ordinateurs quantiques, comme vous l’avez dit à juste titre, l’Europe n’est pas vraiment au premier plan. Avec CarboQuant, nous pourrions apporter une contribution à ce domaine de recherche important ici en Europe.



Ce site utilise des cookies et des outils d'analyse pour améliorer la convivialité du site. Plus d'informations. |