Peu de gens réparent leur téléphone ou l’achètent d’occasion

- EN- DE- FR - IT
Image : myScience
Image : myScience
La plupart des gens achètent un nouveau téléphone portable tous les trois ans, même si l’ancien fonctionne encore ou pourrait être réparé. C’est ce que montre une étude de la ZHAW. De plus, moins d’une personne sur dix vivant en Suisse a acheté son appareil d’occasion ou l’a fait réparer.

La production d’appareils numériques nécessite beaucoup d’énergie et de précieuses matières premières. La plupart des gens achètent cependant un nouveau téléphone portable tous les trois ans, alors que l’ancien fonctionne encore ou pourrait être réparé. Seuls 7 pour cent de la population suisse ont en outre acheté leur appareil d’occasion ou l’ont fait réparer. 86 pour cent l’ont acheté neuf. C’est ce que montre l’étude de la ZHAW "Lifesaving - extending service life", réalisée dans le cadre d’un projet de recherche sur la prolongation de la durée de vie des appareils mobiles du Fonds national suisse. Pour ce faire, une équipe de recherche interdisciplinaire de la ZHAW a mené fin 2020 une enquête représentative auprès d’environ 1400 personnes, dont 1386 possédaient un smartphone. L’enquête a porté sur le niveau de connaissances des utilisateurs, leur comportement et leur motivation. Le rapport présente en outre des mesures susceptibles de réduire l’empreinte écologique des smartphones.

Beaucoup remplacent leur appareil sans raison impérieuse. Seuls 30 pour cent des personnes interrogées ont déclaré que leur ancien appareil n’était plus réparable. En revanche, environ un quart ont indiqué qu’ils voulaient un meilleur modèle (26 pour cent) ou qu’ils ne voulaient pas réparer l’ancien appareil défectueux (23 pour cent). 20 pour cent n’ont plus pu utiliser des fonctions importantes à cause des mises à jour logicielles. "Le problème réside dans notre mentalité de consommateurs", explique Gregor Waller, directeur de l’étude de la ZHAW. Une plus grande transparence concernant l’impact environnemental pourrait améliorer ce comportement, estime le codirecteur du groupe spécialisé en psychologie des médias. "Les vendeurs devraient être tenus d’indiquer les émissions de CO2 d’un nouvel achat à côté du prix, de préférence couplées à une comparaison avec un appareil d’occasion". Lors de la décision d’achat, les caractéristiques techniques de l’appareil sont le critère le plus important (52%) - surtout chez les jeunes - suivi du prix et de la marque. Si les progrès techniques des modèles récents étaient encore marquants il y a quelques années, cette évolution s’est toutefois nettement ralentie ces derniers temps.

Comme de nombreuses personnes se débarrassent prématurément de leurs téléphones portables, il serait judicieux de les céder à d’autres, si nécessaire après une remise en état ou une réparation. Ce modèle commercial est par exemple entretenu par l’entreprise Revendo, mais des fournisseurs comme Swisscom, Sunrise ou Digitec proposent désormais des appareils d’occasion dans leur assortiment. Ceux-ci sont en outre disponibles sur des plateformes en ligne comme Ricardo ou Tutti. Pourtant, parmi les personnes interrogées, seules 7 % ont fait l’expérience d’un appareil de seconde main. La grande majorité d’entre elles (93 %) en ont été satisfaites. Les motivations pour l’achat d’un appareil d’occasion sont le prix avantageux (87 pour cent) et la protection de l’environnement (82 pour cent).


Parmi ceux qui ont opté pour un appareil neuf, deux tiers (64%) craignent qu’un appareil d’occasion dure moins longtemps et soit d’une qualité inférieure (61%). Les points de vente devraient être incités à proposer également des contrats d’abonnement avec des téléphones d’occasion, estime Gregor Waller. Des garanties plus longues et un support logiciel d’au moins cinq ans augmenteraient également leur attractivité. Il voit d’autres options comme des incitations financières telles qu’une taxe sur les nouveaux achats ou des réductions sur les appareils d’occasion. Le cas échéant, il faudrait aussi que la politique donne des directives.

Les réparations sont également rares pour les appareils mobiles. Parmi les personnes interrogées, seules 7 % ont déjà fait réparer leur téléphone, bien que la plupart soient conscientes que cela serait meilleur pour l’environnement (91 %) et moins coûteux (53 %). Parmi les défauts, les plus fréquents étaient l’écran (42 pour cent) et la batterie (32 pour cent). Ces deux éléments peuvent toutefois être facilement réparés ou remplacés. L’obstacle semble être l’effort à fournir : 39 pour cent considèrent qu’une réparation est très compliquée. Afin d’encourager les réparations, les chercheurs de la ZHAW recommandent de mieux informer sur les avantages environnementaux et les économies de coûts, et d’obliger les vendeurs à proposer un service facilement accessible.

Les vrais trésors reposent dans les tiroirs

Les habitudes de mise au rebut constituent un autre problème. Près de la moitié (48 %) conserve son ancien appareil à la maison. Si les appareils étaient remis dans le circuit et traités, un certain nombre d’entre eux pourraient être réutilisés ou les matières premières récupérées. Deux tiers (66 %) des personnes interrogées ont déclaré vouloir conserver l’appareil pour le remplacer en cas d’urgence. La moitié d’entre eux ont toutefois cité des données personnelles comme raison de les garder. Apparemment, beaucoup ne savent pas encore que sur les appareils récents (Apple à partir d’iOS 8, Android à partir de la version 10), les données sont enregistrées de manière cryptée par défaut et ne sont donc plus accessibles après la réinitialisation. Selon Gregor Waller, chercheur à la ZHAW, il faudrait communiquer davantage sur ce point. Il faudrait en outre des incitations pour que davantage d’appareils soient rendus - soit avec une petite rémunération, soit avec un rabais sur le nouvel achat.

Selon l’étude de la ZHAW, on sait également peu de choses sur la manière de traiter le téléphone pour qu’il dure plus longtemps. Le niveau de charge des batteries lithium-ion ne devrait pas descendre en dessous de 20 pour cent et ne devrait pas dépasser 80 pour cent. Le mieux est de le charger avec un câble de chargement lent à une température comprise entre 15 et 35 degrés Celsius. En général, l’appareil ne devrait pas surchauffer. Un film de protection sur l’écran ainsi qu’une coque sur le téléphone permettent d’éviter les dommages. "Les fabricants devraient fournir gratuitement ces ustensiles simples avec les appareils", demande le directeur de l’étude Gregor Waller.

Comment faire durer son smartphone plus longtemps

Chaque appareil électronique contient plus de 60 éléments chimiques différents - dont des métaux rares comme l’or, l’indium ou le palladium. L’extraction de ces matériaux a de graves conséquences sur l’environnement et la santé humaine. Les émissions de CO2 lors de la fabrication sont également bien plus importantes que ce que l’on pourrait penser pour un si petit appareil : 50 à 90 pour cent des émissions nocives pour le climat sur l’ensemble du cycle de vie sont dues aux phases hors utilisation, principalement à la production du matériel. Si nous utilisions nos appareils plus longtemps que la moyenne de trois ans, les dommages environnementaux pourraient être réduits. Les principaux points faibles des smartphones sont la batterie et l’écran. Sur la plupart des appareils récents, les deux peuvent être remplacés.

Voici quelques conseils pour prolonger leur durée de vie :

  • Un film de protection sur l’écran ainsi qu’une coque sur le téléphone permettent d’éviter les dommages.


  • Éviter la surchauffe.

  • La plage de charge optimale des batteries lithium-ion est de 50 pour cent. Par conséquent : si possible, ne pas laisser tomber la batterie en dessous de 20 pour cent et ne pas la charger à plus de 80 pour cent - de préférence à une température comprise entre 15 et 35 degrés Celsius.

  • N’utiliser les chargeurs rapides qu’en cas de nécessité.




Prolonger la durée de vie des appareils mobiles

Trois départements de la ZHAW ont collaboré à la rédaction du rapport "Lifesaving - extending service life" : Le groupe spécialisé en psychologie des médias, l’Institut pour l’innovation et l’entrepreneuriat et l’Institut pour l’environnement et les ressources naturelles. Il fait partie du projet de recherche sur l’allongement de la durée de vie des appareils mobiles "Livesaving - A multiperspective approach for extendig the service life of mobile internet-enabled devices", mené par la ZHAW en collaboration avec l’Institut d’informatique de l’Université de Zurich. Le projet est soutenu par le Programme national de recherche "Economie durable : ménageant les ressources, orientée vers l’avenir, innovatrice" (PNR 73) du Fonds national suisse (FNS). Le PNR 73 a pour but d’élaborer des connaissances scientifiques sur une économie durable, un plus grand bien-être et une compétitivité accrue de la place économique suisse.