Un début d’année solide pour BASF : EBITDA avant effets exceptionnels au premier trimestre 2024 légèrement supérieur au consensus des analystes

- DE- FR
  • EBITDA avant effets exceptionnels à 2,7 milliards d’euros (-5,3 % par rapport au premier trimestre 2023 ; +5,7 % par rapport au consensus des analyses)
  • Flux de trésorerie des activités d’exploitation en nette hausse à -0,5 milliard d’euros (Premier trimestre 2023 : -1,0 milliard d’euros)
  • Environ 5 000 actionnaires sont attendus à l’Assemblée générale de BASF qui se tiendra au Congress Center Rosengarten


BASF a enregistré un début d’année solide en 2024. L’entreprise a présenté aujourd’hui ses chiffres pour le premier trimestre 2024 à l’occasion de l’Assemblée générale qui se tient à Mannheim, au Congress Center Rosengarten. BASF prévoit pour cette année une participation équivalente à celle de l’année dernière. Environ 5 000 actionnaires ou représentants d’actionnaires sont attendus.

Le chiffre d’affaires s’est élevé à 17,6 milliards d’euros au premier trimestre 2024, en recul de 2,4 milliards d’euros par rapport au même trimestre de l’année précédente. Ce recul du chiffre d’affaires est dû essentiellement à la nette baisse des prix suite à la diminution des prix des matières premières et de l’énergie dans pratiquement tous les segments, ainsi qu’à la baisse des prix des métaux précieux dans le segment Surface Technologies. Des effets de change négatifs ont contribué au recul du chiffre d’affaires dans tous les segments. De nettes progressions des ventes dans les segments Chemicals, Materials, Nutrition & Care et Industrial Solutions ont eu des répercussions positives sur le chiffre d’affaires et ont largement compensé la diminution des volumes dans les segments Agricultural Solutions et Surface Technologies.

Le résultat des activités d’exploitation avant amortissements et effets exceptionnels (EBITDA avant effets exceptionnels) s’est élevé à 2,7 milliards d’euros, un chiffre supérieur de 5,7 % au résultat attendu en moyenne par les analystes. Par rapport au premier trimestre 2023, l’EBITDA avant effets exceptionnels a reculé de 153 millions d’euros, soit de 5,3 %. Les segments Nutrition & Care, Materials, Industrial Solutions et Chemicals sont parvenus à accroître, dans certains cas très sensiblement, l’EBITDA avant effets exceptionnels, essentiellement en raison de la baisse des coûts fixes et de l’augmentation des marges bénéficiaires, principalement générée par la progression des volumes. En dépit de ces augmentations de résultat, l’EBITDA avant effets exceptionnels du groupe BASF a légèrement baissé. Ceci s’explique notamment par le net recul du résultat du segment Autres activités, dû principalement à la hausse des provisions pour primes. Les segments Agricultural Solutions et Surface Technologies ont aussi enregistré une baisse de l’EBITDA avant effets exceptionnels par rapport au premier trimestre 2023.

L’EBITDA s’est élevé à 2,7 milliards d’euros, par rapport à 2,8 milliards d’euros à la même période de l’année précédente. La marge d’EBITDA avant effets exceptionnels s’est établie à 15,4 %, contre 14,3 % au même trimestre de l’année précédente. L’EBIT a reculé de 177 millions d’euros par rapport au même trimestre de l’année précédente et s’est établi à 1,7 milliard d’euros. Les amortissements se sont élevés à 965 millions d’euros (même trimestre de l’année précédente : 944 millions d’euros).

Par rapport au premier trimestre de l’année 2023, le résultat après impôts a baissé de 193 millions d’euros, pour s’établir à 1,4 milliard d’euros. Les participations minoritaires se sont élevées à 43 millions d’euros, atteignant ainsi à peu de chose près le niveau de l’année précédente. Le résultat après impôts et participations minoritaires s’est ainsi élevé à 1,4 milliard d’euros (même trimestre de l’année précédente : 1,6 milliard d’euros).

Évolution du flux de trésorerie au premier trimestre 2024

Le flux de trésorerie des activités d’exploitation s’est élevé à moins 0,5 milliard d’euros contre moins 1,0 milliard d’euros au même trimestre de l’année précédente. Cette amélioration a résulté essentiellement d’une diminution des engagements dans le capital d’exploitation. Le flux de trésorerie disponible, exposé aux effets saisonniers associés à la constitution usuelle de créances dans le segment Agricultural Solutions, a progressé à moins 1,5 milliard d’euros au premier trimestre 2024, après s’être établi à moins 1,9 milliard d’euros au même trimestre de l’année précédente.

Proposition de dividende pour l’exercice 2023 de 3,40 euros par action

Comme annoncé, le directoire et le conseil de surveillance de BASF SE proposent à l’Assemblée générale un dividende identique à celui de l’année précédente, à hauteur de 3,40 euros par action. Il correspond à un versement de 3,0 milliards d’euros aux actionnaires de BASF SE. Sur la base du cours enregistré à la fin de l’année 2023, l’action BASF présente, avec cette proposition de dividende, un rendement élevé du dividende de 7,0 %. BASF fait partie de l’indice boursier DivDAX, qui contient les 15 entreprises correspondant aux plus hauts rendements de dividende du DAX 40.

Le dividende sera versé à tous les actionnaires qui détiennent des actions de BASF à la date de l’Assemblée générale, le 25 avril 2024. Le jour de détachement du droit, c’est-à-dire le 26 avril 2024, l’action de BASF sera négociée avec une décote équivalente au montant du dividende, soit 3,40 euros. Pour autant que l’Assemblée générale approuve la proposition de dividende, le versement aura lieu le 30 avril 2024.

Perspectives du groupe BASF pour 2024

Les estimations formulées dans le rapport BASF 2023 concernant les conditions cadres économiques mondiales pour l’année 2024 demeurent inchangées :
  • Croissance du produit intérieur brut : +2,3 %
  • Croissance de la production industrielle : +2,2 %
  • Croissance de la production chimique : +2,7 %
  • Cours du change moyen du dollar américain : 1,10 USD pour 1 ¤
  • Prix du pétrole (brent) de 80 USD/baril en moyenne annuelle


Les prévisions publiées dans le rapport BASF 2023 du groupe BASF pour l’exercice 2024 restent également inchangées :
  • EBITDA avant effets exceptionnels entre 8,0 milliards d’euros et 8,6 milliards d’euros
  • Flux de trésorerie disponible compris entre 0,1 milliard d’euros et 0,6 milliard d’euros
  • Émissions de CO2 comprises entre 16,7 millions de tonnes et 17,7 millions de tonnes


Un sentiment d’incertitude continue de peser sur l’évolution de l’économie mondiale. La conjoncture mondiale dans le secteur chimique s’est légèrement améliorée au premier trimestre 2024. Elle a enregistré une croissance nettement supérieure à celle de la production industrielle totale, les secteurs clients ayant légèrement accru leurs stocks, dont les niveaux étaient très faibles.