Un impact énorme - malgré le COVID

    -     English  -  Deutsch
Photo page de titre: des chercheurs de l’Empa et de l’EPF de Zurich

Photo page de titre: des chercheurs de l’Empa et de l’EPF de Zurich ont produit un matériau nanostructuré agissant comme un concentreur lumineux de rayons solaires pouvant être appliqué sur des textiles. On pourrait ainsi produire du courant et, par exemple, charger son smartphone ou d’autres appareils.

Laissez-vous surprendre par l’étendue des domaines qu’aborde l’Empa dans la recherche appliquée en science des matériaux et dans les développements technologiques en parcourant les articles sur ses différents thèmes de recherche et projets.

L’année dernière, rien, pour ainsi dire, ne s’est passé comme prévu et, de surcroît, presque tout a changé. Le COVID nous a immédiatement posé une série de défis puis contraints à rester sur le qui-vive. A l’Empa, nous avons rapidement compris qu’il s’agissait avant tout de protéger nos collaborateurs, et que c’était également la meilleure manière d’assurer notre travail. Tout fermer, tout arrêter sous la menace du virus SARS-CoV-2 n’était pas envisageable. En revanche, il était possible d’adopter sur le champ un plan de sécurité bien réfléchi et d’y former l’ensemble du personnel.

Le premier défi a été de répondre aux nombreuses interrogations que posait le masque, une mesure de protection qui demandait à être clarifiée. Puis le travail a démarré par le rapide développement et le transfert des méthodes de test, puis s’est logiquement poursuivi par notre collaboration avec nombre de partenaires industriels et la task force COVID-19. De nombreuses industries des MEM et de la chimie ont maintenu leurs activités liées à des projets européens et Innosuisse de même que leur collaboration directe avec l’Empa. Ainsi, en 2020, nous avons pu enregistrer un nouveau record de collaborations industrielles. Les publications scientifiques des chercheurs et chercheuses de l’Empa ont également atteint un nouveau sommet avec plus de 850 articles. Le «moteur d’innovation» qu’est l’Empa a réagi au quart de tour.

L’effort concerté que nous consacrons au travail scientifique fondé sur des données - qu’il s’agisse de comprendre la structure atomique des matériaux, d’apprentissage automatique ou de «jumeaux numériques» - nous a ouvert de nouveaux horizons. Plus de 20 pourcent de nos chercheurs et chercheuses travaillent selon ce modèle, suscitant un intérêt croissant de nos partenaires extérieurs.

L’année dernière, nous avons malheureusement dû renoncer à la Journée des portes ouvertes qui devait marquer notre 140 anniversaire. En revanche, nous avons pu boucler un projet caressé de longue date, un livre intitulé «Bien plus que des matériaux - Une brève histoire de l’Empa». Il relate notre mutation en institut de recherche de pointe et nous offre une halte de réflexion dans notre marche vers l’avenir.

Un avenir que nous avons étudié et défini dans un plan de développement portant sur les quatre prochaines années, établi en commun avec nos nombreux partenaires. Outre l’étude de technologies et matériaux durables et résilients centrés sur l’être humain, il prévoit le développement à Dübendorf d’un campus Empa au bilan net de CO2 nul, projet phare de la transition énergétique et climatique. La première étape sera lancée cette année avec un nouveau bâtiment de laboratoires et multifonctionnel. Nous comptons ainsi donner son élan à la prochaine génération de chercheurs et chercheuses de l’Empa, pour le plus grand bien du pays.