Un regard vers l’avenir

    -     English  -  Deutsch

À quoi pourrait ressembler la station-service du futur - Quels services pourrait-elle offrir - Quels carburants pourraient être proposés et de quelle provenance - Des réponses possibles à ces questions sont données par l’Union Pétrolière, sur le stand du Salon de l’automobile de Genève qu’elle anime avec ses partenaires, l’institut de recherche Empa, Hyundai et AMAG.

En 2019, l’association des importateurs suisses de pétrole est invitée pour la deuxième fois consécutive au traditionnel Salon de l’automobile, où elle présentera la station-service comme élément central de la mobilité. Grâce à ses infrastructures et à sa logistique, l’industrie pétrolière joue un rôle clé dans la mobilité du futur. Les quatre projets lauréats d’un concours de design lancé par l’Union Pétrolière en automne 2018 montrent, entre autres, à quoi pourrait ressembler la station-service du futur. Ils seront récompensés en présence du jury et dévoilés au public le 6 mars. De plus, le projet qui s’est vu décerner le premier prix sera présenté en réalité augmentée, ce qui permettra aux visiteurs de s’en faire une excellente représentation.

Pour la mobilité, nous devrions autant que possible n’utiliser que des énergies renouvelables qui ne peuvent pas être utilisées dans d’autres secteurs pour l’instant - par exemple l’électricité temporairement excédentaire des centrales solaires, des parcs éoliens et des centrales électriques au fil de l’eau. L’électricité excédentaire peut être convertie en hydrogène ou en carburants liquides - appelés carburants synthétiques - et stockée. Ces sources d’énergie sont surtout adaptées, en tant que carburants neutres en CO2, aux trajets longue distance et au transport de marchandises. Les carburants synthétiques peuvent d’ores et déjà alimenter les moteurs diesel et essence existants. L’Empa réalise et étudie de tels concepts à Dübendorf, dans son démonstrateur de mobilité « move », et teste la production et l’utilisation de tels carburants dans la réalité.

Présentée en coopération avec AMAG sur le stand de l’Union Pétrolière, une Volkswagen Coccinelle construite en 1965 surprend les visiteurs. La Coccinelle a démocratisé la mobilité individuelle : produite à 21 529 464 exemplaires, elle est incontestablement la voiture la plus vendue de notre époque. Présente à la station-service du futur, la Coccinelle représente les millions de voitures de tout âge qui circulent aujourd’hui quotidiennement sur nos routes. Celles-ci pourraient à l’avenir fonctionner avec des carburants synthétiques et être neutres en CO2 tout en utilisant l’infrastructure existante.

Les visiteurs pourront faire un premier pas vers l’avenir de ce carburant en testant sur un simulateur la recharge de la pile à combustible Hyundai NEXO, déjà disponible en série et alimentée à l’hydrogène. Un vélo électrique du groupe Linde et alimenté à l’hydrogène sera lui aussi exposé.

Au sujet de l’Union Pétrolière

Les 27 membres de l’Union Pétrolière représentent environ 95 % des importations suisses de pétrole brut et de produits pétroliers. Ils exploitent, entre autres, un réseau d’environ 3400 stations-service et shops. Plus d’informations sur toujours-en-mouvement.ch.

Au sujet de l’Empa

L’Empa est l’institut de recherche interdisciplinaire du Domaine des EPF consacré aux sciences des matériaux et à la technologie. En tant que passerelle entre la recherche et l’application pratique, il développe des solutions pour relever les principaux défis de l’industrie et de la société et contribue ainsi de manière significative au renforcement de la capacité d’innovation et de la compétitivité de l’économie suisse.

Au sujet de Hyundai

Zéro émission : Hyundai utilise depuis 20 ans la technologie des piles à combustible Hyundai s’appuie depuis 20 ans sur la technologie des piles à combustible pour l’e-mobilité, parallèlement au stockage d’énergie dans les batteries. Dès le début de l’année 1998, le signal de départ pour le développement de véhicules à pile à combustible fonctionnant à l’hydrogène a été donné. Avec le lancement sur le marché du premier véhicule de série au monde fonctionnant avec une pile à combustible en 2013, Hyundai est toujours en tête dans cette technologie d’entraînement.