Une délégation scientifique iranienne en visite en Suisse

    -     English  -  Deutsch
Une délégation iranienne de haut rang réunissant des recteurs d’université et emmenée par Hossein Salar Amoli, ministre suppléant au Ministère pour la science, la recherche et la technologie (MSRT), visite la Suisse cette semaine. Outre une rencontre formelle à Berne au Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation, la délégation se rend dans des universités et des hautes écoles spécialisées à Bâle, Genève, Lausanne et Zurich. Le voyage doit permettre aux participants de sonder les possibilités de coopération avec des partenaires suisses.

La visite de la délégation scientifique iranienne en Suisse s’inscrit dans le contexte de la feuille de route sur l’approfondissement des relations bilatérales entre la Suisse et l’Iran, signée par le président de la Confédération Johann Schneider-Ammann en février 2016.

Dans le cadre d’un échange formel à Berne, la délégation rencontrera la secrétaire d’État Martina Hirayama, ainsi que des représentants de la Conférence des recteurs swissuniversities, du Fonds national suisse de la recherche scientifique, de la Zürcher Hochschule für angewandte Wissenschaften (ZHAW), de l’Institut tropical et de santé publique suisse et de l’Office fédéral de la santé publique. Les discussions porteront sur les développements, les priorités et les objectifs d’internationalisation des deux pays en matière de formation et de recherche.

L’intérêt principal des membres de la délégation iranienne réside dans la recherche médicale et les sciences de l’environnement. L’objectif premier des hôtes iraniens est d’explorer les possibilités d’une future coopération avec des partenaires suisses dans ces domaines et dans le cadre des instruments d’encouragement existant dans les deux pays. C’est dans cette perspective que la délégation se rendra dans différentes hautes écoles suisses afin de rencontrer directement des partenaires potentiels.

Par ailleurs, un atelier est organisé à Winterthour sur les thèmes de la santé psychique, des maladies non transmissibles et des technologies de l’environnement. Cet atelier est proposé par la Zürcher Hochschule für angewandte Wissenschaften (ZHAW) dans le cadre de son mandat de Leading House pour l’Asie du Sud et l’Iran. Il s’agit, là encore, d’identifier de possibles projets de coopération de recherche entre la Suisse et l’Iran.

Les relations entre la Suisse et l’Iran dans le secteur de la recherche sont bonnes, mais le nombre effectif de collaborations reste modeste. La collaboration bilatérale revêt principalement la forme de coopérations directes entre chercheurs et entre universités.

Au cours des dernières années, plusieurs hautes écoles suisses ont signé des accords de coopération avec des institutions iraniennes. Depuis 2011, le Fonds national suisse de la recherche scientifique a encouragé 16 projets suisses incluant un élément de coopération avec l’Iran. Les domaines concernés sont principalement les mathématiques, les sciences naturelles, les sciences de l’ingénieur et les sciences humaines et sociales.

Depuis 1961, la Confédération a alloué 90 bourses d’excellence à des jeunes chercheurs iraniens. Plus de 600 étudiants iraniens sont actuellement inscrits dans une haute école suisse, ce qui constitue, en chiffres absolus, le troisième plus grand groupe d’Asie.