Nouveau rôle de la pharmacie

Nouveau rôle de la pharmacie

Hypertension, hypercholestérolémie, tabagisme: autant de facteurs susceptibles d’augmenter le risque des maladies cardiovasculaires, première cause de mortalité en Suisse et dans le monde. Or les patients contrôlent mieux ces facteurs lorsqu’un pharmacien est impliqué dans leur prise en charge. C’est la conclusion d’une récente revue systématique.

Cette revue démontre que les patients parviennent à abaisser leur pression artérielle, réduire leur taux de cholestérol ou leur risque de fumer quand le pharmacien intervient, seul ou en collaboration avec d’autres professionnels de la santé (médecin, infirmière). Ces interventions revêtent de nombreuses formes: éduquer et conseiller le patient sur sa prise médicamenteuse, mesurer la pression artérielle ou rédiger des opinions pharmaceutiques au médecin.

Des données importantes pour la Suisse
Les résultats de cette revue systématique sont pertinents pour la Suisse dans le contexte du vieillissement de la population et de l’importance grandissante des maladies chroniques. Ces tendances nécessitent une adaptation du système de santé et une évolution des modes de collaboration entre les différents professionnels de la santé. Le Parlement a d’ailleurs récemment adopté le projet de réseau de soins intégrés visant à une collaboration renforcée des fournisseurs de soins.

Cette revue a également soulevé un très vif intérêt aux Etats-Unis. Les services de santé y connaissent actuellement une réforme et le rôle des professionnels de soins dans la prise en charge des maladies chroniques, qu’ils soient médecin, pharmacien ou infirmier, est au centre des réflexions.