Trace d’un orgue prestigieux

Cour intérieure du collège Corpus Christi College à Oxford,

Cour intérieure du collège Corpus Christi College à Oxford, dont la chapelle hébergait l’orgue. (Image: wikimedia commons)

Un chercheur a retrouvé la trace d’un orgue disparu dans la tourmente de la guerre civile anglaise. Cette découverte prouve que la chapelle du réputé collège Corpus Christi d’Oxford abritait autrefois un orgue d’une valeur inestimable et contribue à ressusciter un instrument tombé dans l’oubli.

La découverte est le fruit du hasard: C’est en examinant la comptabilité du collège Corpus Christi à Oxford qu’Alex Shinn, doctorant en musicologie à l’Université de Fribourg découvre qu’en 1617, pour le centième anniversaire du Collège, un orgue est commandé pour la chapelle. C’est Thomas Dallam, l’un des plus fameux facteurs d’orgues du pays à qui l’on doit notamment celui de Westminster Abbey, qui le fabriquera. Comme beaucoup d’autres orgues anglais, celui de Corpus Christi disparaît toutefois dans la tourmente de 1653, quand Oliver Cromwell, fort de sa victoire lors de la guerre civile, instaure un régime militaire qui, sous l’influence du puritanisme renforce les restrictions déjà en vigueur vis-à-vis des institutions ecclésiastiques.

La thèse de doctorat d’Alex Shinn contribue à reconstituer l’histoire de ces instruments disparus. Elle vise aussi à retrouver les traces de la musique jouée à cette période et examine comment elle a pu continuer à se développer et survivre malgré les circonstances difficiles - notamment dans des endroits comme le collège Corpus Christi.

Des instruments porteurs de symboles


Dans le cadre de sa thèse (sous la direction de François Seydoux, maître-assistant à l’institut de musicologie de l’Université de Fribourg, organiste reconnu pour ses recherches dans le domaine des orgues anciens), Alex Shinn a consacré ses recherches à la musique liturgique en Angleterre durant le siècle suivant la Réforme. La liturgie latine et la musique polyphonique, comme tout le décorum associé à la tradition catholique, font alors l’objet d’attaques répétées. Initiées à l’époque Henri VIII, elles se précisent sous le règne de son successeur Edouard VI, quand la tendance calviniste étend son influence sur le pays.

Les orgues en particulier, en tant que pièces maîtresses d’un cérémonial contesté, sont la cible des puritains. A Oxford et à Cambridge notamment, un grand nombre de chapelles se résignent à voir leur orgue démonté ou déplacé. Mais comme le montrent les études d’Alex Shinn, ces réformes ne sont pas partout suivies avec la même ardeur. La résistance semble plus forte à Oxford, où les tenants de la tradition catholique sont plus nombreux et célèbrent encore secrètement des messes suivant la liturgie romaine.
Dans une certaine mesure, le terrain est donc prêt pour renouer avec ces traditions. Dès Elisabeth I et plus encore sous James 1er, la détente se fait sentir et un certain nombre d’églises reconstruisent leurs orgues à partir de 1600. C’est dans ce climat plus pacifique que le collège Corpus Christi commande cet orgue prestigieux à Thomas Dallam. Mais cette entente ne dure pas – sous la domination de Cromwell (1653-1658) l’orgue est démonté et sombre dans l’oubli, jusqu’à ce qu’Alex Shinn retrouve sa trace.

Alex Shinn mène parallèlement à ses recherches en musicologie une carrière d’organiste et de pianiste professionnel. La ville de Fribourg qui compte un grand nombre de vieux orgues représente pour Shinn l’endroit idéal pour des études portant sur ces instruments historiques.