20 ans de cartographie de l’érosion des sols - une belle réussite

    -     Deutsch
Le semis direct de maïs dans une culture intermédiaire morte offre une protectio

Le semis direct de maïs dans une culture intermédiaire morte offre une protection optimale contre l’érosion (photo: Agroscope).

Zürich-Reckenholz, 12.07.2018 - En Suisse et dans le monde entier, l’érosion des sols est considérée comme l’une des plus grandes menaces qui pèsent sur les sols en tant que ressources. La cartographie des dommages causés par l’érosion à long terme, réalisée par Agroscope, montre que l’érosion des terres assolées peut être considérablement réduite par des mesures pratiques.


Le risque d’érosion est élevé en Suisse. La raison: le relief vallonné et les fortes précipitations sur une grande partie de la surface agricole utile. C’est ce que montre la carte des risques d’érosion de la Suisse co-développée par Agroscope sur le géoportail de la Confédération (voir lien en annexe).

L’exploitation des sols adaptée au site est donc l’une des mesures de protection contre l’érosion les plus importantes. Les observations sur le terrain et la cartographie sont les mieux adaptées pour montrer l’étendue, la répartition spatiale, les causes, les dommages consécutifs et l’évolution de l’érosion du sol dans le temps ainsi que l’efficacité des mesures de protection.

La plus longue série de données sur l’érosion des sols

Depuis octobre 1997, Agroscope effectue un suivi à long terme de l’érosion des sols sur les terres assolées de la région du Frienisberg dans le canton de Berne.

Après chaque évènement pluvieux majeur, les dommages causés par l’érosion sont cartographiés de manière détaillée sur un total de 203 parcelles agricoles. Un total de 128 cartes uniformément arpentées à l’échelle de la région sont disponibles.

Il s’agit d’un ensemble de données unique en Suisse et en Europe sur l’ampleur et l’évolution de l’érosion des sols.

Le taux des pertes de sol varie d’une année à l’autre

L’érosion des sols varie beaucoup d’une année à l’autre, en fonction des conditions météorologiques de la région et du mode d’exploitation des différentes parcelles. C’est pourquoi, une cartographie à long terme est absolument nécessaire, mais les évaluations statistiques et les analyses des tendances sont difficiles. Afin de réaliser une comparaison, les données de deux décennies (octobre 1997 - septembre 2007 et octobre 2007 - septembre 2017) ont été réunies.

L’érosion du sol a diminué de façon significative

Les pertes moyennes par érosion moyenne dans l’ensemble de la zone étudiée (265 ha) s’élevaient à près de 200 t/an au cours des dix premières années et à seulement 59 t/an au cours des dix années suivantes. Entre les deux périodes, on observe donc une réduction marquée de l’érosion des sols de plus des deux tiers. Le nombre de dommages importants causés par l’érosion des sols a également nettement diminué. L’analyse des données relatives aux précipitations ne montre aucune différence entre les deux périodes.

Les mesures de protection des sols ont un impact

Au cours des vingt dernières années, les progrès techniques et les stratégies d’incitation des cantons et de la Confédération ont conduit à des changements dans les procédés de travail du sol et la rotation des cultures. Ce sont deux des principaux facteurs ayant une incidence sur l’érosion.

Au niveau du travail du sol, la proportion de méthodes culturales de conservation (semis direct, semis sous litière, semis en bandes fraisées, semis en ligne) parmi les principales cultures a augmenté grâce à la participation à des programmes (Programme de promotion des sols du canton de Berne 2010-2015, contributions à l’efficience des ressources de la Confédération 2014-2017). En chiffres: la proportion des méthodes culturales de conservation est passée d’une moyenne de 6 % au cours des dix premières années à 60 % au cours des dix années suivantes et représentait 75 % des terres assolées ouvertes en 2017.

La sensibilisation des agriculteurs par un consultant du Service de la protection des sols et un agro-entrepreneur novateur de la région ainsi que les nombreuses activités scientifiques ont dû avoir un impact significatif sur la diffusion généralisée de ces mesures de protection contre l’érosion.

Dans l’ensemble de la Suisse, la part des procédés de travail de conservation du sol ne s’élevait qu’à 23 % en 2017. Les prélèvements effectuées dans la zone d’étude montrent que la protection contre l’érosion est possible et très efficace dans des conditions pratiques.

Bibliographie

Prasuhn, V., Doppler, T., Spycher, S., Stamm. C. (2018): Pflanzenschutzmitteleinträge durch Erosion und Abschwemmung. Agrarforschung Schweiz 9(2), 44-51

Prasuhn, V., Chervet, A. (2017): Erosionsschutz in der Region Frienisberg - eine Erfolgsgeschichte. - Bodenbericht 2017, VOL Bern, Fachstelle Bodenschutz, 38-42.

Prasuhn, V. (2017): Langzeitmonitoring von Bodenerosion in der Schweiz - Ergebnisse von 20 Jahren Erosionsschadenkartierungen. Berichte der Deutschen Bodenkundlichen Gesellschaft (DBG). 6 S.

This site uses cookies and analysis tools to improve the usability of the site. More information. |