Chevaux en Suisse: des résultats réjouissants et de nouveaux défis

    -     Deutsch
Le Réseau suisse de recherche équine a décerné des prix aux meilleurs travaux de

Le Réseau suisse de recherche équine a décerné des prix aux meilleurs travaux de recherche. (photo Agroscope)

Berne, 19.04.2018 - Au cours des vingt dernières années, les systèmes de détention des chevaux ont radicalement changé. Les box avec aire de sortie attenante et la détention en groupe dominent désormais. Cette dernière a fortement augmenté, surtout en Suisse alémanique et un peu moins en Suisse romande. C'est ce qu'a montré une étude représentative sur la situation des chevaux, dont les résultats ont été dévoilés lors de la 13e Réunion annuelle du Réseau de recherche équine suisse le 19 avril 2018, organisée à Avenches par le Haras national suisse d'Agroscope et ses partenaires. Une trentaine de chercheurs et de chercheuses ont présenté leurs derniers résultats de recherche à la communauté suisse de recherche équine et à un public de connaisseurs dans le Théâtre du Château d'Avenches.


Les chevaux sont des animaux sociaux et ont besoin de beaucoup de mouvement. Cette nouvelle de la recherche comportementale a été entendue par le monde du cheval. Les systèmes de détention ont radicalement changé, la détention en box individuel a diminué de façon marquée et les systèmes de détention comme la détention en groupe, qui répondent mieux au besoin de mouvement des chevaux, se sont imposés. Ces systèmes de détention entraînent cependant de nouveaux défis, tels que la prise de nourriture sans être dérangé et l’alimentation adaptée aux besoins spécifiques de chaque individu du groupe. Les systèmes de distribution du fourrage, qui ralentissent l’ingestion, sont utilisés dans le cas d’un tiers des équidés étudiés. Ils représentent une approche intéressante pour une alimentation plus conforme aux besoins des chevaux, tout en limitant les risques de surpoids. Cependant, des études relatives aux effets à long terme de ces systèmes de «slow feeding» sur la santé et le comportement font défaut.

Utilisation modérée, sans mors et pieds nus

Il ressort de la même étude que seule environ la moitié des équidés enregistrés sont utilisés pour l’équitation, l’attelage ou l’élevage et que seulement 15 % participent à des compétitions, toutes disciplines confondues. Apparemment, de nombreux chevaux sont gardés uniquement pour le plaisir et sans ambitions d’utilisation conventionnelle. Il est également intéressant de noter que 37 % des équidés utilisés ne sont pas ferrés. De plus, près de 30 % sont toujours ou occasionnellement montés sans mors. Ces résultats indiquent un besoin croissant de connaissances pour les soins corrects des sabots des chevaux pieds nus ou pour l’éducation du cheval sans mors.

De précieuses données pour la santé, la génétique et la détention de chevaux

Il est impressionnant de constater à quel point la numérisation apporte elle aussi son lot de nouvelles applications en recherche équine. Elle fournit par exemple des données pour le suivi des paramètres vitaux du cheval, tels que la fonction cardiaque, la respiration et la température corporelle. Ces données peuvent être ensuite utilisées de nombreuses façons, aussi bien en médecine vétérinaire que pour optimiser l’entraînement des chevaux. Grâce à l’utilisation de données GPS, le comportement social des étalons en groupe a pu être analysé. De plus, une comparaison de photographies numérisées avec des données généalogiques a fourni un nouvel instrument très utile et pouvant servir à la surveillance de la diversité des petites populations de races de chevaux locales.

Le cheval - miroir de la société

Une fois de plus, cette réunion a fait preuve de multidisciplinarité et a montré les nombreuses facettes de la recherche équine suisse. Nicoline Schaub a illustré l’évolution au fil du temps - entre 1916 et 1960 - en présentant les célèbres affiches de chevaux d’Iwan E. Hugentobler, placardées dans les rues de nombreuses villes suisses pendant plus de 60 ans. Ulrich Fritz a entraîné le public au début des temps modernes avec sa conférence «Le cheval dans les escaliers» et a décrit comment la haute société se mettait autrefois en scène par le bais du cheval et de l’équitation.

Le cheval occupe une place spéciale dans notre société

L’invité de la conférence, Mario Nottaris de la Télévision suisse alémanique (SFR), a mis en exergue la place particulière qu’occupe le cheval dans notre société. Il tire ce constat notamment par ses expériences lors des reportages sur le scandale de détention de chevaux en Thurgovie. Il reste convaincu qu’aucune autre espèce animale n’engendre autant d’émotions et de réactions de la part de la société civile. Il est d’avis que les institutions telles que le Haras national suisse sont cruciales dans leur rôle de médiateur entre le monde urbain et rural. De par leur mission de transmission de connaissances, ils contribuent ainsi à une meilleure compréhension entre ces deux mondes.

Un grand nombre des travaux de recherche présentés lors de cette journée sont publiés dans les Archives suisses de médecine vétérinaire (ASMV) de même que dans Agroscope Science à l’adresse www.netzwerkpferdeforschung.ch.

Les meilleurs travaux de recherche récompensés

Cette année encore, le réseau de recherche équine suisse a récompensé les meilleures présentations et les meilleurs posters. Les travaux suivants ont été primés (voir pdf en annexe). 

 
 
 

This site uses cookies and analysis tools to improve the usability of the site. More information. |