Lutter contre les maladies transmises par le sol en respectant l’environnement

    -     Deutsch
Vue microscopique du champignon nuisible Chalara elegans sur une racine de mâche

Vue microscopique du champignon nuisible Chalara elegans sur une racine de mâche. Cet agent pathogène peut causer des dommages importants à de nombreuses espèces de légumes. (photo: Agroscope)

Wädenswil, 29.05.2018 - Les cultures maraîchères suisses produisent près de 14% de la valeur ajoutée de l’agriculture sur environ 1% de la surface agricole utile. Si des maladies phytosanitaires s’y propagent, les pertes sont donc élevées. C’est pourquoi les spécialistes d’Agroscope ont mis au point des mesures contre les maladies transmises par le sol. Il s'agit notamment de mesures non chimiques telles que l’utilisation de micro-organismes utiles ou de moyens destinés à l’amélioration des sols.


Dans la production maraîchère suisse, un secteur agricole important, les ravageurs sont régulièrement responsables de lourdes pertes et ce, de plus en plus souvent.

Les maladies transmises par le sol en sont un exemple important. Des champignons nuisibles qui survivent dans le sol et attaquent les racines de leurs plantes-hôtes en sont la cause. Dans le pire des cas, cela peut entraîner la mort de la plante. Ces problèmes n’ont cessé d’augmenter ces dernières années. Il y a plusieurs raisons à cela. L’une d’entre elles est l’introduction constante en Suisse de nouveaux agents pathogènes vivant dans le sol.

Mesures préventives et lutte directe

Les maladies transmises par le sol sont très difficiles à maîtriser. C’est pourquoi des stratégies de lutte alternatives sont en cours d’élaboration sur le site d’Agroscope Wädenswil afin de réduire ces organismes problématiques. Dans ce contexte, il est particulièrement important d’avoir une approche globale de la production maraîchère de plein champ. L’objectif est d’évaluer les mesures préventives telles que l’hygiène  (rotation, nettoyage des machines, enfouissement des résidus de récolte, etc.), afin d’empêcher la propagation des maladies transmises par le sol et de réduire la pression des maladies. Des stratégies de lutte directe sont également développées et testées. L’accent est mis sur l’utilisation de micro-organismes utiles réprimant les maladies et sur l’application d’engrais organiques et d’amendements. Ces différentes approches sont combinées avec des mesures de technique culturale.

Utiliser et promouvoir les microorganismes utiles

Certains champignons et bactéries, appelés antagonistes, peuvent combattre directement les agents pathogènes. Ils disposent d’une grande variété d’armes. Ces microorganismes sont maintenant utilisés de manière ciblée pour protéger les plantes. L’utilisation d’engrais organiques contenant de la cellulose et de la chitine tente de promouvoir les micro-organismes antagonistes présents naturellement dans le sol, mais aussi d’augmenter et de stabiliser l’effet des micro-organismes volontairement introduits dans le sol.

Détériorer les conditions de vie des ravageurs

Des mesures techniques ciblées, telles que la mise en place des cultures sur des buttes (meilleure aération, conditions plus sèches), rendent les conditions environnementales moins favorables aux ravageurs. En même temps, leurs antagonistes naturels et les plantes elles-mêmes bénéficient de meilleures conditions de vie.

La clé du succès, c’est la combinaison

Pour obtenir un succès durable, toutes ces méthodes doivent être appliquées de manière combinée. Les plantes cultivées sont plus saines et les pertes dans la production de légumes de plein champ sont réduites de manière écologique et durable.

Grâce au développement de telles stratégies de lutte, les producteurs maraîchers disposent désormais d’un ensemble de mesures non chimiques contre les maladies transmises par le sol.
Recherche à l’écoute de la pratique dans et pour les cultures maraîchères   
Sur le site d’Agroscope Wädenswil, une équipe de chercheurs-euses se concentre sur les problématiques de la pratique maraîchère en Suisse en axant ses travaux sur l’application. L’accent est mis avant tout sur les problèmes de protection phytosanitaire. L’objectif est de développer des solutions directement applicables et durables pour les producteurs maraîchers.

www.agroscope.ch/gemuesebau