Seuls les sols sains sont des sols fertiles

    -     Deutsch
Des carottes saines dans un sol fertile (photo: Gabriela Brändle, Agroscope)

Des carottes saines dans un sol fertile (photo: Gabriela Brändle, Agroscope)

Zurich-Reckenholz, 18.01.2018 - Le sol est le support de croissance de nos plantes, de nos cultures également, il filtre notre eau, il recycle et stocke les éléments nutritifs et sert d’habitat à un grand nombre de petits organismes. Toutefois, il ne peut remplir ces fonctions et bien d’autres encore que s’il est exploité de manière durable et dans le respect des conditions locales. Le 18 janvier, lors de la 5ème conférence d’Agroscope sur la durabilité, de nouvelles pistes ont été présentées pour l’exploitation des sols. Au cours des 24 dernières années, 85 000 hectares de terres cultivées ont disparu. Avant de pouvoir stopper les pertes de sols de qualité, il faut d’abord savoir où ils se trouvent. C’est pourquoi Agroscope, en collaboration avec d’autres institutions et offices fédéraux, poursuit le développement de la plateforme nationale d’information sur les sols, NABOdat.

L’agriculture au sein de l’espace vital

Pour conserver des sols de valeur, il faut les exploiter correctement. Les sols fertiles n’ont un potentiel de production élevé que si leur mode d’exploitation est durable. D’autre part, ils contribuent à réguler les cycles d’énergie et de matières et constituent des habitats à part entière. Le climat et la topographie, au même titre que l’exploitation agricole ont un impact sur les propriétés du sol et les processus qui s’y déroulent et donc sur les fonctions qui y sont disponibles.

Le sol, un équilibre difficile

Des sols agricoles de haute qualité avec un excellent potentiel de production offrent une large gamme de fonctions pédologiques de haut niveau lorsqu’ils sont exploités raisonnablement. Des sols agricoles avec un potentiel de production moindre sont plus limités en termes de cultures possibles et de rendements. Si ces limites ne sont pas respectées et que la productivité est néanmoins augmentée, c’est la qualité du sol qui est mise en danger. Les fonctions pédologiques peuvent être perturbées et les risques écologiques accrus. La situation dans le Seeland bernois en est un exemple. Les sols tourbeux ont été drainés pour les besoins de la production maraîchère. Avec le drainage, les matériaux organiques liés dans le sol ont été décomposés par les microorganismes du sol. Par conséquent, ces sols organiques ont perdu de la matière pendant des décennies et leur horizon s’est affaissé. Les sols étant aujourd’hui davantage soumis à l’influence des eaux souterraines, ils sont plus rapidement inondés, ce qui perturbe leur utilisation agricole. Par ailleurs, les fonctions de régulation dans le domaine de l’eau et du climat ont été lourdement impactées. Un meilleur drainage à lui seul ne suffit donc pas.

Une solution globale

Exploiter et protéger le sol, c’est aussi stimuler sa fertilité et sa productivité dans le respect des conditions locales. De telles mesures permettent en outre d’améliorer les prestations écosystémiques des sols (pour en savoir plus cliquez sur le lien avec plus de détails sur les projets de recherche d’Agroscope).