Le caoutchouc dans l’environnement

    -     English  -  Deutsch
Environ 97 % de toutes les particules de micro-caoutchouc présentes dans l&rsquo

Environ 97 % de toutes les particules de micro-caoutchouc présentes dans l’environnement proviennent de l’abrasion des pneus. Photo : unsplash/Imthaz Ahamed

Quand la bande de roulement du pneu est usée, de nouveaux pneus sont nécessaires. La vie de tous les jours pour de nombreux conducteurs. Mais où ces centimètres de bande de roulement de pneu "disparaissent-ils" - En tant que micro-caoutchoucs, ils finissent principalement dans le sol et l’eau et, dans une faible mesure, dans l’air. Et la quantité de ces particules dans notre environnement est loin d’être négligeable, comme l’ont calculé les chercheurs de l’Empa.

Tout le monde parle des microplastiques. Mais la quantité de microplastiques dans l’air et l’eau est faible comparée à un autre polymère qui pollue notre air et notre eau - et donc notre organisme : les micro-caoutchoucs. Ce sont les particules les plus fines provenant de l’abrasion des pneus, qui pénètrent dans le sol et l’air par la surface de la route ou provient de l’érosion du gazon synthétique. Les chercheurs de l’Empa ont calculé qu’au cours des 30 dernières années, de 1988 à 2018, environ 200 000 tonnes de micro-caoutchouc se sont accumulées dans notre environnement en Suisse. C’est un chiffre impressionnant qui a souvent été négligé dans les discussions sur les microplastiques.

Des chercheurs du département "Technologie et société" de l’Empa, autour de Bernd Nowack, ont identifié les pneus pour voitures et camions comme la principale source de micro-caoutchoucs. "Nous avons quantifié l’abrasion des pneus, mais aussi l’érosion des zones vertes artificielles comme le gazon artificiel ", explique M. Nowack. Cependant, cela ne joue qu’un rôle secondaire, car seulement trois pour cent des particules de caoutchouc émises proviennent de granulés de caoutchouc provenant de zones vertes artificielles. L’abrasion des pneus est responsable des 97 % restants. Parmi les particules rejetées dans l’environnement, près des trois quarts demeurent sur les côtés gauche et droit de la route dans les cinq premiers mètres, 5 % dans les sols restants et près de 20 % dans les plans d’eau. L’équipe a basé ses calculs sur des données d’importation et d’exportation de pneus, puis a modélisé le comportement du caoutchouc sur les routes et dans les eaux usées des routes. Depuis l’an 2000, les directives relatives au recyclage de l’eau et à la prévention de la pollution des sols ont été considérablement renforcées. Grâce à des mesures telles que la construction de stations d’épuration des eaux usées des routes (SABA), une partie des micro-caoutchoucs peut maintenant être retirée de l’eau.

Une partie des micro-caoutchoucs est d’abord transportée par voie aérienne dans les cinq premiers mètres à gauche et à droite de la route, déposée et partiellement retransporté par des turbulences. Christoph Hüglin du département "Pollution de l’air / Technique de l’environnement" de l’Empa estime cependant que l’impact sur l’homme est faible, comme le montre une étude réalisée en 2009. "La proportion d’abrasion des pneus dans les poussières fines inhalées se situe également dans une fourchette de faible pourcentage dans les endroits proches de la circulation", explique Christoph Hüglin.

Les chercheurs soulignent toutefois que les microplastiques ne devraient pas être utilisés pour dénoter les micro-caoutchoucs. "Ce sont des particules différentes qui peuvent difficilement être comparées les unes aux autres ", explique M. Nowack. Et il y a aussi d’énormes différences de quantité : Selon les calculs de Nowack, seulement 7 % des microparticules à base de polymères rejetées dans l’environnement sont faites de plastique, tandis que 93 % sont faites d’abrasion de pneus. "La quantité de micro-caoutchouc dans l’environnement est énorme et donc très pertinente ", explique M. Nowack.