Les femmes sont moins performantes que les hommes: au coeur d’une illusion

    -     Deutsch
Pour une même performance, une femme est encore jugée comme moins compétente qu’un homme, notamment dans les domaines stéréotypiquement masculins. L’Université de Fribourg a participé à une étude européenne qui vient d’illustrer cet effet en étudiant la manière dont des tours de magie, un domaine principalement investi par les hommes, sont évalués.

L’équipe de recherche a présenté des tours de magie, en vidéo, à des participantes et des participants. Les scènes étaient filmées uniquement au niveau des mains, de façon à ce qu’on ne puisse pas deviner l’identité de la personne qui les effectue. A la première moitié des personnes interrogées, les tours étaient présentés comme étant effectués par Nathalie et à l’autre moitié par Nicolas. Les résultats montrent clairement que les tours (soi-disant) effectués par Nathalie ont été jugés moins bons et moins impressionnants que ceux effectués par Nicolas.

Pas d’évolution en près de 50 ans
Dans la première expérience de l’étude, 64 personnes ont été testées, dont 33 femmes. Sur l’ensemble, les personnes évaluant Nathalie ont donc jugés les tours comme moins bons que celles jugeant Nicolas. Etonnamment, par contre, lorsque, dans la deuxième expérience, les personnes interrogées ont dû justifier leur réponse et expliquer comment les tours étaient réalisés, l’effet disparaissait et tous les tours étaient jugés meilleurs que dans la première expérience. Selon les auteurs de l’étude, il est, en effet, plus difficile d’évaluer un tour négativement lorsque nous ne pouvons pas l’expliquer.

L’étude, dirigée à Fribourg par Pascal Gygax, co-directeur de l’équipe de psycholinguistique et psychologie sociale appliquée, résulte d’une collaboration avec Besançon, Paris et Londres. En 1968, une étude menée par Philip Goldberg aux Etats-Unis avait montré un effet similaire en demandant à 40 femmes d’évaluer des articles de journaux, écrits soit par John T. McKay ou Joan T. McKay. Ces nouveaux résultats montrent ainsi qu’un mécanisme discriminant déjà étudié dans les années 1960 est toujours d’actualité en 2019.

L’article, publié dans le périodique Social Psychological Bulletin, est accessible en ligne.

Source

Unicom Communication & Médias
Avenue de l’Europe 20
CH-1700 Fribourg
+41 26 300 70 34
communication [at] unifr (p) ch
www.unifr.ch/unicom/fr