Un dépistage régulier du virus peut réduire les taux d’infection

- EN- DE- FR
Des dizaines de milliers de tests : la campagne du canton des Grisons est la plu
Des dizaines de milliers de tests : la campagne du canton des Grisons est la plus grande de Suisse. Image: Canton des Grisons/Mattias Nutt

Depuis février 2021, le canton des Grisons utilise un test PCR volontaire basé sur la salive parmi les travailleurs mobiles pour contenir la pandémie de COVID 19 et réduire les taux d’infection. Les chercheurs de l’Empa ont dirigé l’analyse des données des huit premières semaines du programme d’essai. Ils ont observé une réduction du taux d’incidence de 20 à 50 %, selon le secteur économique, et une réduction notable du taux de positivité chez les personnes régulièrement testées. Cela suggère que la propagation du virus peut effectivement être contenue par des tests de masse réguliers.

À son apogée, la pandémie actuelle de COVID-19 a pratiquement paralysé la vie sociale et économique. Bien que les "lockdowns" et la "distanciation sociale" se soient avérés efficaces pour réduire les taux d’infection et les décès associés au COVID, ils ont entraîné des coûts importants et des conséquences médicales et psychologiques imprévisibles à long terme. Plutôt que de restreindre la mobilité de l’ensemble de la population et de fermer les magasins et les boutiques, il serait plus souhaitable de stopper la propagation du virus en isolant uniquement les personnes réellement infectées.

Ce qui semble simple en théorie est toutefois compliqué en pratique. En effet, le COVID-19 est largement propagé par des individus infectés asymptomatiques ou pré-symptomatiques, qui ne savent donc pas qu’ils sont porteurs d’un agent pathogène potentiellement mortel. Par conséquent, la détection précoce des personnes infectées mais asymptomatiques est essentielle pour contenir la pandémie.

L’un des moyens d’y parvenir est d’encourager une grande partie de la population à se soumettre à des tests répétés au moyen de tests PCR (réaction en chaîne par polymérase), puis de demander aux personnes identifiées de se mettre en quarantaine. Ces tests sont capables de détecter des quantités même infimes d’ARN viral avant que le virus ne provoque des symptômes caractéristiques tels que la toux, la fièvre ou autres.

En février 2021, le canton des Grisons a lancé un programme de dépistage volontaire ciblant les travailleurs mobiles des écoles et des établissements de santé du canton. Dans le cadre du programme de dépistage, près de 50 000 personnes sont testées chaque semaine. Cela représente plus de 30 % de la population active mobile du canton et fait de la campagne de test du canton des Grisons la campagne de test la plus importante de Suisse.

L’année dernière, Hossein Gorji, chercheur à l’Empa, et ses collègues de l’EPFZ ont développé un modèle mathématique pour évaluer l’efficacité des stratégies de lutte possibles, y compris les tests de masse. Les chercheurs de l’Empa travaillent maintenant avec le canton des Grisons pour analyser les données recueillies dans le cadre de la campagne de tests de masse du canton.

Bien que les données soient encore limitées, comme le reconnaît Hossein Gorji, les résultats sont extrêmement encourageants : parmi les personnes régulièrement testées, les chercheurs ont observé une réduction du taux d’incidence, c’est-à-dire du nombre de personnes infectées pour 100 000 habitants, comprise entre 20 et 50 %. Les différences assez significatives pourraient être attribuées à différents secteurs économiques : Les valeurs de réduction les plus faibles ont été observées dans l’industrie du tourisme, les plus élevées chez les employés travaillant dans les bureaux et les usines. C’est tout à fait logique, explique Hossein Gorji, car dans le tourisme et la gastronomie, les employés ont encore relativement beaucoup d’interactions sociales liées au travail - et donc une probabilité plus élevée de contracter la maladie auprès de personnes qui ne participent pas au programme de test.

Cet effet est particulièrement prononcé dans des régions telles que les Grisons ; le canton reçoit environ 200 000 touristes pendant la saison d’hiver, dont 20 % sont venus de l’étranger l’hiver dernier. Une première analyse des données des tests effectués dans les écoles semble le confirmer : le nombre d’infections chez les écoliers a également diminué de manière significative après l’introduction des tests de masse. Les tests de masse semblent donc effectivement contribuer à contenir la pandémie. Ou, comme le dit Hossein Gorji, chercheur à l’Empa : "Les tests répétés nous donnent une longueur d’avance sur le virus, car nous pouvons identifier et isoler les propagateurs "cachés" du virus."

Quels enseignements les chercheurs ont-ils tirés du programme d’essai des Grisons - Tout d’abord, les données ont montré que les tests de masse fonctionnent lorsqu’ils sont répétés. Trois éléments sont essentiels, explique Hossein Gorji, qui prépare actuellement une publication scientifique sur les données recueillies dans les Grisons : Il faut inviter le plus grand nombre de personnes possible à se faire tester régulièrement ; les tests doivent être évalués - et les porteurs du virus identifiés - le plus rapidement possible. Et les tests devraient être poursuivis sur une plus longue période - sinon la transmission du virus pourrait remonter relativement vite jusqu’au niveau de transmission précédent les campagnes de tests.