Douglas: forts dégâts de gel et nouveaux ennemis

- EN- DE- FR - IT
Forts symptômes de rougissement des aiguilles sur un douglas. (Photo: S. Blaser,
Forts symptômes de rougissement des aiguilles sur un douglas. (Photo: S. Blaser, WSL)
2023 aura mis le douglas suisse à rude épreuve: à partir de la mi-avril, les forestiers ont remarqué une coloration rougeâtre frappante des aiguilles. Des analyses ont montré qu’il s’agissait probablement de dégâts dus au gel. En outre, la liste des ravageurs du douglas s’est encore allongée avec la découverte au cours de l’été 2022 de la cécidomyie du douglas, un moucheron gallicole envahissant originaire d’Amérique du Nord. C’est ce que rapporte Protection de la forêt suisse dans son nouveau bulletin d’actualité.

Originaire d’Amérique du Nord, le sapin de Douglas, ou douglas, est considéré comme une essence d’avenir importante pour la sylviculture suisse, car il résiste mieux à la sécheresse que les conifères locaux. Il s’est toutefois avéré qu’il est assez sensible au gel. Ainsi, au début de cette année, Protection de la forêt suisse a reçu de nombreux signalements de forts rougissements d’aiguilles chez le douglas. Sur tout le Plateau, des perchis et des futaies ont été touchés, souvent à grande échelle.

Les scientifiques de Protection de la forêt suisse ont examiné les pousses atteintes et ont pu exclure que des champignons pathogènes soient la cause des symptômes. Près de la moitié des douglas étudiés étaient certes infestés par le typographe (Ips typographus), mais celui-ci n’a pas pu se multiplier dans le bois de douglas. Le gel en février et mars est donc la cause la plus probable du rougissement des aiguilles, qui a principalement affecté les pousses les plus jeunes. La deuxième quinzaine de février 2023 a été particulièrement clémente, mais le froid s’est brusquement ré-installé à la fin du mois. Cette alternance de gel et de dégel pourrait être la cause des dégâts. Des observations antérieures de dégâts de gel prononcés sur des résineux laissent supposer que les douglas endommagés se rétabliront dans les années à venir.

En 2022, Protection de la forêt suisse a découvert pour la première fois des cécidomyies du douglas du genre Contarinia dans le canton de Bâle-Campagne. Par la suite, divers suivis ont montré que ces moucherons gallicoles envahissants originaires d’Amérique du Nord étaient déjà largement répandus dans le nord de la Suisse. Leur présence en Europe est connue depuis 2015 et a été documentée simultanément en Belgique, en France et aux Pays-Bas, puis l’année suivante en Allemagne.


L’éclosion des cécidomyies du douglas à la fin du printemps coïncide avec le débourrement des douglas. Les femelles pondent leurs oeufs sur des aiguilles fraîchement débourrées. À la fin de leur développement, les larves forent à travers les aiguilles pour éclore, ce qui provoque la formation de galles caractéristiques et donc d’épaississements, de déformations et de décolorations marquées des aiguilles. La surface des aiguilles s’en trouve réduite et les aiguilles tombent prématurément, ce qui peut avoir un impact négatif sur la croissance des douglas. En Amérique du Nord, la région d’origine de la cécidomyie du douglas, les dégâts sont particulièrement importants lorsque le ravageur est associé à d’autres organismes nuisibles. Le rouge cryptogamique (Nothophaeocryptopus gaeumannii), un champignon, et le chermès du douglas (Adelges cooleyi) sont déjà endémiques en Suisse et ont souvent été trouvés en même temps que les cécidomyies du douglas dans le cadre du suivi en 2022. «Nous supposons que la cécidomyie du douglas va continuer à se répandre en Suisse et qu’elle pourra probablement s’établir dans toutes les régions où le douglas est cultivé», explique Simon Blaser de Protection de la forêt suisse. À cela s’ajoute le stress croissant dû au réchauffement et à la fréquence accrue des épisodes de sécheresse. L’avenir nous dira si le douglas passe le test d’aptitude en tant qu’arbre d’avenir pour la Suisse.

  • Blaser, S., Ruffner, B., Mittelstrass, J., Dubach, V., Queloz, V. (im Druck). First detection of invasive Douglas fir needle midges from the genus Contarinia Rondani (Diptera: Cecidomyiidae) in Switzerland. BioInvasions Records.


  • Le WSL et le SLF mettent gratuitement à disposition du matériel visuel et sonore pour une utilisation dans le cadre d’articles de presse en rapport avec ce communiqué de presse. La reprise de ce matériel dans des bases de données d’images, de sons et/ou de vidéos ainsi que la vente de ce matériel par des tiers ne sont pas autorisées.