2022 était un été normal du 21e siècle

  -  Deutsch  -  Français
La chaleur et la sécheresse entraînent des pertes de récolte considérables. © Ga

La chaleur et la sécheresse entraînent des pertes de récolte considérables. © Gabriele Brändle (Agroscope)

Chaleur, sécheresse, risque d’incendie - les conditions comme celles de 2022 deviendront bientôt la norme avec le changement climatique. L’été 2022 sera même l’un des plus frais du 21e siècle si les émissions de gaz à effet de serre ne sont pas nettement réduites dans les prochaines décennies. C’est ce qu’écrivent des chercheurs sur le climat de l’Université de Berne dans un chapitre supplémentaire qui vient d’être ajouté à la brochure « Hitzeund Trockensommer in der Schweiz » publiée en 2022.

Le semestre estival 2022 a été le troisième plus chaud de Suisse depuis le début des mesures, après 2003 et 1947. La sécheresse a surtout été très marquée jusqu'à la mi-août. Pour l'ensemble du Plateau suisse, le semestre d'été a été pauvre en précipitations, mais ne fait pas partie des 20 années les plus sèches. Les pertes de récolte en agriculture ont été considérables et le risque d’incendie élevé. L’été 2022 a également été marqué par une surmortalité exceptionnellement élevée et persistante. A l’heure actuelle, on ne connaît pas le rôle de la chaleur dans les nombreux décès.

L'été 2022 a été l’un des plus chauds et, jusqu'en août, l'un des plus secs à ce jour. Mais à l’avenir, les étés comme celui de 2022 deviendront la norme. Si les émissions de gaz à effet de serre diminuent très rapidement dans le monde entier, l’été 2022 restera légèrement plus chaud que la moyenne. Dans tous les autres scénarios, l’été de cette année sera dans la moyenne, voire l’un des plus frais du siècle.

Des chercheurs dirigés par la climatologue Noemi Imfeld, de l’université de Berne, ont analysé les étés chauds et secs de 1947, 2003, 2018 et maintenant 2022 et présentent au grand public les causes et conséquences dans la brochure ’ Hitzeund Trockensommer in der Schweiz ’ . Comparés aux futurs scénarios climatiques, il apparaît que les records estivaux existants deviendront la norme à l’avenir.

Source: Académie suisse des sciences naturelles (SCNAT)


This site uses cookies and analysis tools to improve the usability of the site. More information. |