Alain Berset présente les objectifs de la Suisse à la COP28

- EN- DE- FR - IT
Dubaï, 01.12.2023 - Vendredi 1er décembre 2023, le président de la Confédération, Alain Berset, a représenté la Suisse lors de la rencontre des chefs d’état ouvrant la 28e conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP28), qui se tient à Dubaï (Émirats arabes unis). La conférence de cette année portera surtout sur la manière dont l’objectif de limiter le réchauffement de la planète à 1,5 degré pourra être respecté. Pour la première fois, les États participants dresseront ensemble un « bilan mondial » des progrès accomplis dans la mise en oeuvre de l’accord de Paris.

« Ce premier bilan mondial que nous dresserons ensemble fait de la COP28 un moment charnière », a déclaré Alain Berset : « C’est le dernier moment pour agir et être en mesure de remplir notre objectif de limiter le réchauffement mondial à 1,5 degré d’ici à la fin du siècle ». Selon diverses sources scientifiques, la température moyenne mondiale a augmenté de 1,1 degré par rapport aux niveaux préindustriels. Si le monde se réchauffe d’un degré, la Suisse, du fait de sa situation géographique, se réchauffe de deux degrés. La fonte de la cryosphère, et donc des glaciers, s’accélère. En 2022 et 2023, deux années aux conditions extrêmes, le volume des glaciers suisses a diminué de 10 %.

Sans une action rapide et concertée de la communauté internationale, la situation ne fera qu’empirer, a souligné le président de la Confédération. L’objectif de 1,5 degré ne peut être atteint que si tous les pays s’engagent. La Suisse oeuvre pour que le bilan mondial relève aussi les lacunes en matière de réduction des émissions de CO2, d’adaptation aux changements climatiques et de financement dans le domaine du climat et pour que des mesures visant à y remédier soient formulées.

À Dubaï, elle plaide pour que des décisions soient prises en vue de sortir du charbon d’ici 2040 et du pétrole et du gaz d’ici 2050. Autre sujet à l’ordre du jour : le fonds pour les pertes et dommages décidé lors de la COP27. Le jour de l’ouverture, les États se sont mis d’accord sur les grandes lignes du fonds, qui doit notamment soutenir les pays les plus pauvres et les plus touchés par le changement climatique. La Suisse salue le fait que le fonds puisse être rapidement opérationnel. Elle aurait toutefois souhaité que tous les pays à fortes émissions et qui en ont les moyens financiers soient invités à y contribuer.

Dans ce contexte et afin de réaliser l’objectif de doubler le financement de l’adaptation, la Suisse allouera, au cours des quatre prochaines années, 135 millions de francs au Fonds vert pour le climat, 15 millions au Fonds d’adaptation au changement climatique, 15 millions au volet climat de la Banque africaine de développement, 5 millions au Fonds pour l’Amazonie et 1 million au réseau de Santiago. Ce réseau d’institutions de l’ONU et d’ONG soutient les pays frappés par des catastrophes en leur fournissant une assistance technique, par exemple dans la mise en place de systèmes d’alerte précoce.

Alain Berset et Albert Rösti à la COP28
Le président de la Confédération participera jusqu’à samedi 2 décembre à des discussions sur le financement climatique et au lancement du « club climat » du G7. Il profitera en outre de la COP28 pour s’entretenir en bilatéral avec des représentants d’autres États. Le conseiller fédéral Albert Rösti, chef du Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC), se rendra lui aussi à Dubaï, probablement vendredi 8 décembre, pour y représenter la Suisse. Il participera aux négociations ministérielles et au processus décisionnel de la conférence et signera notamment des accords bilatéraux avec plusieurs pays partenaires en vue de projets de réduction des émissions.

Secrétariat général DFI
http://www.edi.admin.ch

Footer

Le Conseil fédéral




Advert