Biodiversité : avis du Conseil fédéral sur le rapport de la CdG-E

    -     Deutsch
Lors de sa séance du 26 mai 2021, le Conseil fédéral a pris position sur le rapport du 19 février 2021 de la Commission de gestion du Conseil des États (CdG-E) « Protection de la biodiversité en Suisse ». Dans ce contexte, il se réfère également à sa volonté d’enrayer le déclin de la biodiversité au moyen d’un contre-projet indirect à l’initiative populaire « Pour l’avenir de notre nature et de notre paysage (Initiative biodiversité) ».

La biodiversité est en mauvais état en Suisse comme dans le monde entier : les animaux, les plantes et les milieux naturels subissent une pression croissante. Préoccupé par cette évolution négative, le Conseil fédéral se félicite du fait que la CdG-E s’est penchée sur les mesures prises par la Confédération en faveur de la biodiversité. Il souhaite renforcer la protection de la nature, car la biodiversité et les services écosystémiques qui y sont liés constituent les fondements de la société et de l’économie. Il est conscient du besoin en ressources nécessaires à la biodiversité ainsi que de l’urgence et de l’importance de ce thème.

Avec son contre-projet indirect à l’initiative populaire « Pour l’avenir de notre nature et de notre paysage (Initiative biodiversité) », le Conseil fédéral entend mettre sous protection 17 % du territoire national, promouvoir la mise en réseau des milieux naturels, assainir les aires protégées partout où cela est nécessaire et renforcer la nature dans les villes et les agglomérations. En outre, il souhaite développer les surfaces exploitées par l’agriculture dédiées à la conservation et au développement de la biodiversité (surfaces de promotion de la biodiversité). Il a ainsi posé les jalons nécessaires pour enrayer le déclin de la diversité biologique. Le contre-projet est en consultation jusqu’au 9 juillet 2021.

Comme le recommande la CdG-E, le Conseil fédéral entend par ailleurs examiner comment la promotion de la biodiversité peut être améliorée de manière globale et en particulier dans l’agriculture. La réalisation de cet objectif nécessite des mesures transsectorielles.

Si certaines recommandations de la CdG-E sont déjà remplies, d’autres sont en cours d’application. Une analyse sera réalisée en 2022 afin de déterminer dans quelle mesure la première phase de mise en oeuvre du plan d’action relatif à la Stratégie Biodiversité Suisse a produit des effets depuis 2017. Elle servira de base à l’élaboration des mesures destinées à la deuxième phase du plan d’action, qui commercera en 2024. La deuxième phase prévoit d’impliquer davantage l’agriculture, étant donné que celle-ci dépend des prestations fournies par la biodiversité.

M. Hans Romang, chef de la division Biodiversité et paysage, Office fédéral de l’environnement OFEV, +41 58 469 07 60

Conseil fédéral
https://www.admin.ch/gov/fr/accueil.html

Office fédéral de l'environnement OFEV
http://www.bafu.admin.ch/fr

Secrétariat général DETEC
https://www.uvek.admin.ch/uvek/fr/home.html


This site uses cookies and analysis tools to improve the usability of the site. More information. |