Ces chercheurs de l’Empa sont des «influenceurs» dans leur domaine

      -      English  -  Deutsch  -  Français
Roman Fasel dirige le département ’nanotech@surfaces’ de l’Emp

Roman Fasel dirige le département ’nanotech@surfaces’ de l’Empa. Son travail de pionnier dans la synthèse des nanorubans de graphène permet d’obtenir des structures de nanorubans conductrices et atomiquement précises. Image: Gian Vaitl / Empa

Chaque année, les scientifiques les plus cités sont sélectionnés. Ils sont considérés comme particulièrement influents dans leur domaine. Cette année, l’Empa compte trois de ces chercheurs exceptionnels - deux anciennes connaissances et un nouveau venu.

"Les influenceurs" n’existent pas seulement sur les réseaux sociaux, mais aussi dans la recherche. Cependant, l’influence des chercheurs ne se mesure pas par les "followers" ou les "likes", mais par la fréquence à laquelle leurs travaux sont cités par d’autres chercheurs. Seuls les auteurs du 1% des articles scientifiques les plus cités dans diverses disciplines reçoivent le titre de "Highly Cited Researcher" de la société d’analyse "Clarivate".

Cette année, pour la première fois, trois chercheurs de l’Empa figurent dans ce "who’s who" scientifique : en 2021, les chercheurs de l’Empa Bernd Nowack, Maksym Kovalenko et Roman Fasel seront distingués comme "Highly Cited Researchers". Bernd Nowack, spécialiste de l’environnement, dirige un groupe de recherche du département "Technologie et société" de l’Empa qui étudie notamment l’impact environnemental de différents nanomatériaux. "Il suffit d’avoir une idée avant les autres et d’en faire quelque chose de complet, alors on vous cite beaucoup", dit Bernd Nowack. "Et à l’Empa, nous disposons d’un environnement qui nous donne la liberté nécessaire pour poursuivre nos propres intérêts de recherche - même si d’autres ne pensent pas encore à y faire de la recherche." Ses travaux très appréciés sur les microplastiques et la propagation des nanomatériaux dans l’environnement ont permis ÜBernd Nowack de figurer sur la liste du classement pour la huitième fois consécutive.

Le collègue de Bernd Nowack, Maksym Kovalenko, qui est également professeur à l’ETH Zurich, recherche de nouveaux matériaux pour des applications en optoélectronique et en énergie. Il a réussi à obtenir près de 5 000 citations d’autres chercheurs rien que cette année. Deux de ses articles ont été cités plus de 3 000 fois chacun, ce qui est exceptionnel. Maksym Kovalenko figure pour la quatrième fois parmi les "Highly Cited Researchers".

En tant que nouveau venu cette année, Roman Fasel a également pu obtenir une place sur la liste exclusive. Le chercheur de l’Empa et professeur de chimie, de biochimie et de pharmacie à l’Université de Berne est l’un des pionniers, avec son équipe, dans le domaine nouveau de la synthèse dite "on-surface" de composés carbonés tels que les nanomatériaux à base de carbone graphénique..

Ce prix est publié chaque année par la société d’analyse "Clarivate". Environ 160 000 publications du monde entier dans 21 domaines des sciences naturelles et sociales sont utilisées pour établir le classement. La fréquence des citations fournit des informations sur l’influence des chercheurs dans leur domaine. Parmi les nominés figurent 24 lauréats du prix Nobel, dont cinq de cette année. Seuls environ 0,05 % de tous les articles scientifiques de l’ensemble de données ont été cités plus de 1000 fois. Sur les quelque 8 millions de chercheurs dans le monde - selon les estimations de l’ONU - seuls 6 602 font partie des "chercheurs les plus cités".

En 2021, un total de 102 chercheurs suisses figurent sur la liste de Clarivate, ce qui représente 1,5 % de l’ensemble des scientifiques les plus cités. La Suisse occupe la dixième place dans la comparaison par pays, soit une position de moins que l’année précédente. Les États-Unis sont en tête du classement depuis des années, avec 2 622 chercheurs, soit 39,7 % de l’ensemble des chercheurs récompensés. La Chine occupe la deuxième place avec 935 chercheurs (14,2 %), suivie par la Grande-Bretagne, l’Australie et l’Allemagne.

Ajusté à la population, le classement change un peu ; ici, l’Australie est en tête avec un peu moins de 13 chercheurs particulièrement influents par million d’habitants, suivie par les Pays-Bas (rang 6) avec 11,87 et (très près derrière) la Suisse avec 11,81. Les États-Unis arrivent juste en dessous de 8, et la Chine, en raison de son immense population, seulement 0,67 excellent chercheur par million d’habitants.


This site uses cookies and analysis tools to improve the usability of the site. More information. |