Changement climatique et... forêt

- EN- DE- FR - IT
Pins morts près de Viège au printemps 2017. (Photo: Andreas Rigling, WSL)
Pins morts près de Viège au printemps 2017. (Photo: Andreas Rigling, WSL)
Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage WSL

Le changement climatique modifiera considérablement la forêt suisse. Cela pourrait remettre en question des services forestiers importants pour la société, par exemple la production de bois ou la protection contre les dangers naturels. Le WSL étudie ces modifications, élabore des scénarios et propose des solutions à la sylviculture et à la population.

Le changement climatique progresse beaucoup plus rapidement dans l’espace alpin que dans d’autres régions du monde. À l’avenir, de nombreuses essences ne prospéreront plus de manière optimale sur leurs sites actuels, notamment l’épicéa, important sur le plan économique, et régionalement, le hêtre, aujourd’hui prédominant sur le Plateau, ou le pin, très répandu en Valais. Cela aura des conséquences sur le rendement et les recettes du bois, sur l’effet protecteur de la forêt contre les dangers naturels, sur la biodiversité et sur le paysage. Le risque que la forêt de demain soit moins à même de fournir des prestations importantes pour la population augmente rapidement.


Depuis les années 1990, les pins sylvestres dépérissent en Valais parce que le climat devient trop sec pour eux. Des scientifiques du WSL ont lancé en 2003 une étude sur les processus écosystémiques dans la forêt de Finges, une pinède sèche près de Loèche. Ils irriguent notamment certaines parcelles expérimentales à l’aide de gicleurs. Ils doublent ainsi les précipitations naturelles, soit environ 600 mm par an, et donc la quantité d’eau du sol à disposition des arbres. Un essai au cours duquel l’irrigation a été arrêtée au bout de 10 ans a montré que les pins ont profité de la disponibilité accrue en eau. Pendant plusieurs années, ils ont poussé davantage que ne le laissait prévoir le climat sec. Les pins transmettent même leur «expérience» à la génération suivante: si les parents étaient habitués à la sécheresse, leurs descendants s’en sortaient mieux avec moins d’eau.

Avec l’avancée du changement climatique et la multiplication des étés caniculaires, une nouvelle menace est apparue: l’augmentation des températures de l’air assèche non seulement le sol, mais aussi l’air. Cette sécheresse atmosphérique met les arbres à rude épreuve et «aspire» également plus d’eau. Les arbres perdent donc plus d’eau par évaporation, même si le sol est relativement humide. Les scientifiques du WSL étudient ce phénomène dans le cadre d’une nouvelle expérience grandeur nature, unique au monde. Sur le même site du Bois de Finges, ils ont installé des buses de vapeur d’eau en plus des gicleurs afin de manipuler de manière combinée la sécheresse de l’air et celle du sol, et ainsi de mieux comprendre comment ces deux facteurs agissent sur les arbres et la forêt.

Le changement climatique progresse plus vite que l’écosystème forestier ne peut s’adapter pour continuer à fournir ses services à la société. Afin de conseiller les services forestiers sur les essences d’arbres qui seront les plus appropriées à l’avenir, et à quels endroits, des scientifiques du WSL ont lancé un grand projet en 2020: en collaboration avec les forestiers locaux, ils ont planté 55 000 jeunes arbres de diverses essences sur 57 parcelles réparties dans toute la Suisse. Le WSL suivra leur développement au cours des 30 à 50 prochaines années et identifiera ainsi les essences les mieux armées face au futur climat.

Les forêts ne peuvent fournir du bois et stocker du dioxyde de carbone (CO2) que si elles poussent. Or, l’augmentation de la sécheresse estivale réduit la croissance et la survie des arbres. Le réseau d’observation TreeNet mesure l’approvisionnement en eau des arbres quasiment en temps réel, ce qui en fait un système d’alerte précoce pour la sécheresse. Ses données aident à classer les conditions météorologiques extrêmes et leurs effets, et donc de faire des prévisions sur les effets du changement climatique sur la forêt. L’application web FORTE est une application de TreeNet. Elle permet de vérifier si les forêts suisses souffrent de sécheresse du sol, quel est le risque d’infestation par les insectes, et quelles en sont les conséquences sur la croissance des différentes essences. Quant à FORTE Future, elle montre comment la répartition potentielle des essences devrait évoluer avec le changement climatique.


    Forêt et changement climatique: https://www.wsl.ch/fr/foret/forets-et-changements-climatiques/


    État actuel des forêts: https://www.nccs.admin.ch/nccs/fr/home/le-nccs/themes-prioritaires/fonctions-de-la-foret-et-changement-climatique/etat-actuel-des-forets.html

    Répartition potentielle des essences en réaction au changement climatique: https://www.nccs.admin.ch/nccs/fr/home/le-nccs/themes-prioritaires/fonctions-de-la-foret-et-changement-climatique/projections-sur-les-forets-futures.html




Le WSL et le SLF mettent gratuitement à disposition du matériel visuel et sonore pour une utilisation dans le cadre d’articles de presse en rapport avec ce communiqué de presse. La reprise de ce matériel dans des bases de données d’images, de sons et/ou de vidéos ainsi que la vente de ce matériel par des tiers ne sont pas autorisées.



Advert