Chaque oiseau mérite sa chance

    -     Deutsch
Les merles (ci-dessus un juvénile) et les moineaux domestiques étaient en 2020 l

Les merles (ci-dessus un juvénile) et les moineaux domestiques étaient en 2020 les patients les plus fréquents. photo © Station ornithologique suisse

En 2020, environ 1700 oiseaux ont été amenés au centre de soins de la Station ornithologique suisse, soit plus que jamais auparavant. Les moineaux domestiques, les merles et les martinets noirs sont les patients à plumes les plus courants. Le personnel de la station de soins s’occupe des oiseaux et les aide à retrouver leur liberté.

Sempach. - En cette fin d’année, le centre de soins de la Station ornithologique tire aussi le bilan. Il en ressort que 2020 a été la deuxième année record consécutive après 2019. Cette année, environ 1700 oiseaux blessés, affaiblis ou orphelins ont été amenés à la station, soit 200 de plus qu’en 2019. Cette augmentation est certainement due en partie à une plus grande sensibilité du public cette année en raison du contexte inhabituel. Au printemps dernier, un nombre exceptionnellement élevé de personnes ont contacté la Station ornithologique suisse pour poser des questions sur les oiseaux.

Plus de la moitié des oiseaux malchanceux reçus par la station de soins en 2020 étaient de jeunes oiseaux. Il y avait aussi parmi les arrivants de nombreux oiseaux blessés qui avaient été trouvés et amenés par des personnes attentives. Les oiseaux bénéficient de soins professionnels et sont relâchés dans la nature dès qu’ils sont tirés d’affaire. Cependant, certains d’entre eux ont des blessures si graves qu’ils n’ont aucune chance de se rétablir malgré leur prise en charge.

Les blessures se produisent souvent lorsque les oiseaux entrent en collision avec une vitre ou un véhicule. Ces collisions sont l’un des plus grands problèmes de conservation des oiseaux dans les zones urbaines. Bien des blessures et des décès pourraient être évités si des mesures étaient prises lors de la construction de bâtiments et si les vitres déjà posées étaient rendues visibles aux oiseaux grâce à des marquages.

Comme l’année précédente, les moineaux domestiques et les merles figurent parmi les espèces d’oiseaux les plus fréquemment accueillies. En troisième place, on trouve les martinets noirs : de nombreux jeunes oiseaux se précipitent hors de leur nid à la recherche de fraîcheur pendant les chaudes journées d’été. Comme les martinets noirs nichent souvent directement sous les toits des maisons, la température dans le nid peut atteindre des valeurs très élevées en cas de fort ensoleillement.

En comparaison avec les mois de printemps et d’été, où les gazouillis et les pépiements des nombreux patients à plumes constituent un bruit de fond constant, le calme est presque contemplatif pendant l’hiver dans la station de soins. Néanmoins, il reste encore des oiseaux blessés à soigner, qui, espérons-le, pourront être libérés pour la nouvelle année.