Comment les habitants de Suisse ont vécu le semi-confinement

Une étude menée par l’EPFL, l’Institut de recherche Idiap et l’Institut de Psychologie de l’Université de Lausanne, permet de constituer une photographie inédite du vécu des habitants de Suisse durant la période de semi-confinement due au Covid-19. Entre inégalités de genre, doutes sur l’avenir et espoirs de changement. Décryptage.

Du 8 avril au 10 mai 2020, en pleine période de semi-confinement imposée par le Conseil fédéral en raison de la pandémie de coronavirus, des chercheuses du Laboratoire de sociologie urbaine (LASUR) et du Laboratoire des relations humaines-environnementales dans les systèmes urbains (HERUS) à l’EPFL, en partenariat avec l’Institut de recherche Idiap et l’Institut de Psychologie de l’Université de Lausanne, ont diffusé en Suisse sur les réseaux sociaux et au sein de différents canaux un questionnaire en français, allemand, italien et anglais sur les nouvelles adaptations de vie des habitants. Leur objectif? Evaluer leurs conditions de vie professionnelle et personnelle et construire de meilleures stratégies de solidarité à l’avenir. Les résultats de l’enquête viennent d’être publiés sur le site: www.coronacitizensci­ence.ch / . 

Le questionnaire a récolté 6919 réponses, un succès qui permet aux chercheurs d’en tirer beaucoup d’enseignements. Des entretiens semi-directs menés auprès de 60 personnes et la participation de 216 personnes à l’application mobile «Civique», une option offerte à la fin du questionnaire, complètent ces données. L’application permettait aux habitants de prendre part de manière plus active, et à plusieurs semaines d’intervalles, au projet de recherche. Ils ont partagé par exemple leur vécu personnel et des photos de leur lieu de vie, métamorphosé petit à petit par le télétravail et l’école à la maison. 

En parallèle, cinq groupes de discussion, les «Citizen Think Tanks» ont été mis en place après la période de semi-confinement. Cinq groupes de six à dix personnes, issues de la société civile, ont élaboré des scénarios d’avenir «post-covid» souhaitables ou probables au sujet des thématiques suivantes: le logement, la mobilité, le tourisme, la gouvernance digitale et l’économie locale. 

Adapter son logement
Selon le questionnaire, 55% des sondés se sont retrouvés en télétravail et 40% ont cohabité avec au moins une personne en télétravail. Si seuls 8% des répondants ont indiqué manquer de confort dans leur logement, sa réorganisation et son adaptation aux recompositions du ménage et de la vie professionnelle ont représenté le défi le plus largement partagé. De manière générale, l’idée d’un télétravail généralisé sur une longue durée n’était pas souhaité.

Les femmes péjorées 
Force est de constater que de nombreuses inégalités de genre sont survenues ou ont été amplifiées durant cette période. Ainsi, alors que seuls 3% des répondants au questionnaire ont indiqué avoir perdu leur emploi, 70% d’entre eux étaient des femmes. Les femmes estimaient également en majorité que leurs conditions de travail étaient plus difficiles, une grande partie de ces répondantes exerçant dans le secteur médico-social, plus exposé aux risques d’infection. Les personnes travaillant dans ce secteur sont celles qui se sont senties les plus utiles durant la crise, mais également celles qui auraient souhaité le plus souvent recevoir une compensation pour leur travail, sous forme de jours de récupération, de congé ou à travers un soutien financier.

En outre, une femme sur deux a indiqué avoir été en charge exclusive de l’école à la maison, contre un homme sur dix. De manière intéressante, une part plus importante d’hommes que de femme déclare partager cette tâche. «Les hommes peuvent avoir eu l’impression de prendre en charge les devoirs scolaires, ou de l’avoir fait plus souvent qu’avant, sans que cela coïncide avec le ressenti de leur conjointe ou à une répartition effective», précise Laurie Daffe, postdoctorante au LASUR, soulignant qu’un tel cas de figure revient souvent en sociologie du genre, qui a notamment mis en évidence le poids différencié de la «charge mentale» entre hommes et femmes. 

Enfin, les jeunes actives diplômées sont celles qui ont le plus déclaré devoir assumer trop de tâches domestiques. «Cette catégorie a tendance à se montrer plus attentive à la répartition des tâches dans le couple, mais ce résultat peut aussi provenir du fait que les classes supérieures ont plus souvent recours au travail domestique rémunéré en temps normal», analyse Garance Clément, postdoctorante au LASUR. «Ce sont cependant bien ces travailleuses domestiques, qui ont souvent perdu leur source de revenus durant la crise, qui ont été les plus pénalisées.» 

Nouveau modèle de société
L’étude visait également à dessiner de nouvelles perspectives sociétales à travers une participation active des sondés. Ceux-ci ont ainsi formulé le désir de réinvestir leur vie de quartier et leur voisinage, afin de construire un réseau de solidarité en cas de nouvelle crise. L’envie de revenir à plus d’autosuffisance alimentaire à l’échelle de la Confédération et de renforcer les circuits courts a aussi été formulée. Sur l’application mobile, la fermeture des frontières pour prévenir les contagions était l’option considérée comme la moins désirable. 

Comme l’ont montré d’autres études menées lors du confinement, en termes de mobilité, le désir de réduire les déplacements automobiles et les déplacements dans le cadre du travail ont été plébiscités. Une évolution qui dépend notamment de la flexibilité des employeurs, selon les sondés. «Lors de l’élaboration des scénarios de mobilité, nous avons aussi relevé une tension entre d’un côté la volonté d’aller vers un modèle de société qui valorise d’autres modes de transports que la voiture individuelle et, de l’autre, la crainte que les transports en commun soient délaissés par peur des contaminations», relève Laurie Daffe. 

Tourisme plus responsable 
Les participants à l’enquête ont également indiqué se réjouir à 30% de revoir leur famille et à moins de 20% de voyager, dès que le semi-confinement serait terminé. A cet égard, les «think tanks» ont mis en évidence que le tourisme valorisant des modes de déplacement plus lents, plus actifs et plus écologiques et le tourisme local constituaient pour les participants des scénarios de voyages souhaitables pour l’avenir. «Cette tendance s’est d’ailleurs en partie confirmée cet été», relève Laurie Daffe. «Mais un certain fatalisme et la crainte d’un retour aux habitudes pré-Covid, comme les voyages en avion, par exemple, faisaient partie des réserves partagées par les citoyens chargés de l’élaboration de ces scénarios.»

A noter enfin que pour contenir la propagation de la maladie, les enquêtés se prononcent en faveur d’une faible emprise des technologies sur leurs activités quotidiennes, privilégiant plutôt l’auto-responsabilisation et la prise de contact directe avec l’entourage en cas d’exposition à la maladie.

Tension
«De manière générale, nous avons observé chez les répondants une tension entre d’un côté l’envie d’un changement sociétal, d’un virage écologique et d’un réinvestissement du local, et, de l’autre, un regard plutôt désabusé sur l’avenir», résume Garance Clément. «Les gens sont à la recherche de moyens d’action collectifs pour traduire ces espoirs en réalisations concrètes, car ils ne sont pas entièrement convaincus que les autorités publiques seront en mesure de changer complètement la donne.» 

Références

Coronacitizenscience (publication de tous les résultats)