Création ou révision de 25 professions pour tenir compte des besoins actuels de l’économie

Les offres de la formation professionnelle sont continuellement réexaminées en fonction des besoins du marché du travail et adaptées si nécessaire. Au premier semestre 2022, le Secrétariat d’état à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI) a approuvé et édicté au total 25 professions révisées ou nouvellement créées: cinq au niveau de la formation professionnelle initiale et vingt au niveau de la formation professionnelle supérieure. Les nouvelles professions de maître en planification dans la thermique du bâtiment et de Digital Collaboration Specialist ont notamment vu le jour sous l’influence des mégatendances que sont le développement durable et la numérisation.

En Suisse, les organisations du monde du travail sont les organes responsables des professions et sont de ce fait chargées des contenus de formation. La création de nouvelles professions est dictée par les besoins des milieux économiques en personnel et en cadres qualifiés présentant un profil professionnel spécifique. Ces besoins sont quant à eux définis en partie par les mégatendances telles que le développement ou la numérisation. La profession de maître en planification dans la thermique du bâtiment (formation professionnelle supérieure: examen professionnel supérieur) a par exemple été créée pour s’adapter aux exigences du changement climatique. Les personnes qui exercent cette profession sont chargées de planifier les installations thermiques dans le cadre de nouvelles constructions ou de rénovations. Elles assument la responsabilité des projets, à savoir les conseils aux clients, la réception, la conception et l’optimisation de l’exploitation. Elles s’assurent ainsi que les installations thermiques fonctionnent correctement et qu’elles sont conçues de manière efficace du point de vue énergétique.

Dans le domaine de la numérisation, le titre de Digital Collaboration Specialist (formation professionnelle supérieure: examen professionnel) correspond aussi à une nouvelle profession. Les personnes possédant ce titre soutiennent la transformation numérique des entreprises. Leur tâche principale consiste à préparer les clients et les collaborateurs à l’ère numérique. Elles travaillent dans des entreprises concernées par la transformation numérique. Dans les moyennes et grandes entreprises, elles travaillent généralement comme spécialistes de la mise en oeuvre des stratégies numériques.

La Confédération, en particulier le SEFRI, est responsable de l’édiction des ordonnances sur la formation professionnelle, de l’approbation des règlements d’examen relatifs aux examens fédéraux et de celle des plans d’études cadres relatifs aux filières de formation des écoles supérieures ainsi que de la reconnaissance des filières de formation et des études postdiplômes des écoles supérieures. Si les cantons sont responsables de l’exécution et de la mise en oeuvre au niveau de la formation professionnelle initiale, ce sont les organisations du monde du travail et les écoles supérieures qui assument ces tâches dans la formation professionnelle supérieure.

Dans ce contexte, toutes les formations professionnelles initiales sont réexaminées tous les cinq ans au moins par le SEFRI en tenant compte des évolutions économiques, technologiques, écologiques et didactiques et des adaptations sont entreprises si nécessaire. Les offres de formation et les diplômes de la formation professionnelle supérieure sont également régulièrement contrôlés et adaptés aux nouvelles évolutions.


This site uses cookies and analysis tools to improve the usability of the site. More information. |