Demande d’encouragement de l’innovation stable en dépit de la crise du coronavirus

    -     Deutsch
De nombreuses entreprises et institutions de recherche suisses misent sur l’innovation même pendant la crise du coronavirus. Elles reçoivent à cet égard le soutien d’Innosuisse, l’Agence suisse pour l’encouragement de l’innovation. Au cours des six premiers mois de 2020, Innosuisse a ainsi déjà encouragé 208 projets d’innovation pour une contribution totale de 63 millions de francs.

Grâce au soutien d’Innosuisse, des entreprises et universités suisses ont pu maintenir leurs activités d’innovation fondées sur la science au cours des six premiers mois de l’année. Fin juin 2020, l’agence avait reçu 359 demandes de projets d’innovation. Elle en a évalué 385 et approuvé 208 pour un volume d’encouragement total de 63 millions de francs (sans compter la contribution aux frais de recherche indirects de 9 millions). Ce montant est supérieur de 60% à celui du premier semestre 2019, qui était encore faible. En outre, 354 chèques d’innovation ont été remis à Innosuisse par des entreprises suisses; là aussi, cela représente une augmentation de quelque 38% par rapport au premier semestre 2019. Les chèques d’innovation permettent aux PME de tester la faisabilité de leur idée avec un partenaire de recherche.

Annalise Eggimann, directrice d’Innosuisse, déclare: Le plus grand nombre de demandes pour des projets d’innovation a été enregistré durant les mois d’avril et de mai, en dépit du confinement. Nous espérons vivement que cette tendance va se poursuivre, car l’innovation aide à surmonter la crise. Innosuisse souhaite pouvoir soutenir de nombreux projets d’innovation de qualité au second semestre également. Nous y sommes prêts».

Plus de 500 demandes de changements liés au Coronavirus ont été enregistrées pour les projets d’innovation
La pandémie de COVID-19 a entraîné des retards et des coûts supplémentaires dans de nombreux projets d’innovation en cours. Dans ces cas, Innosuisse a proposé des mesures d’assouplissement ciblées. A la date limite de soumission, fin juin 2020, Innosuisse avait reçu 532 demandes de changements pour des projets d’innovation en raison de la crise du coronavirus. Des décisions ont depuis été prises pour près de la moitié d’entre eux. Les coûts supplémentaires qui en découlent pour Innosuisse devraient s’élever à terme à environ 15 millions de francs.

Au cours du premier semestre 2020, Innosuisse a également déjà délivré 257 bons de mentoring à 204 PME suisses. Ces dernières peuvent ainsi faire appel à un ou une mentor pour les aider à mettre en place leur projet d’innovation et ainsi à renforcer leur activité d’innovation.

En dépit de la crise du coronavirus, l’offre de coaching d’Innosuisse a également enregistré une légère augmentation de la demande au premier semestre par rapport à un premier semestre 2019 déjà très fort: 240 start-up ont soumis une demande de coaching auprès d’Innosuisse. Parmi ces candidatures, 140 ont été acceptées, dont 98 pour l’Initial coaching et 42 pour le Core coaching.

Consolider la force d’innovation des entreprises suisses sur le long terme
Pour Annalise Eggimann, la demande d’encouragement de l’innovation est un signe prometteur: «La crise du coronavirus aboutit à un changement de l’économie et de la société sur le long terme, dont l’innovation est la clé. Grâce à nos instruments d’encouragement, nous con-solidons durablement la force d’innovation des entreprises suisses ainsi que leur compétitivité. Nous sommes très reconnaissants de pouvoir également compter sur le soutien du monde politique en ces temps difficiles. Nous sommes notamment heureux que le Conseil des Etats ait proposé d’augmenter notre budget d’encouragement de 130 millions de francs pour la période 2021 à 2024».

A propos d’Innosuisse : Innosuisse est l’Agence suisse pour l’encouragement de l’innovation. Elle a pour mission d’encourager l’innovation fondée sur la science dans l’intérêt de l’économie et de la société suisses. Innosuisse prend en charge entre autres jusqu’à 50% des coûts des projets d’innovation menés par des partenaires industriels suisses, des PME, des start-up et des organisations privées ou publiques en collaboration avec un partenaire de recherche.