Deuxième trimestre 2021: Excellent deuxième trimestre pour BASF en raison de l’augmentation des prix et des volumes

    -     Deutsch
Deuxième trimestre 2021:

Excellent deuxième trimestre pour BASF en raison de l’augmentation des prix et des volumes

  • Croissance du chiffre d’affaires de 56 % à 19,8 milliards d’euros
  • EBIT avant effets exceptionnels en forte hausse à 2,4 milliards d’euros
  • Flux de trésorerie des activités d’exploitation à 2,5 milliards d’euros, en augmentation de 295 millions d’euros par rapport au même trimestre de l’année précédente
  • Perspectives 2021 revues à la hausse et comprises entre 74 et 77 milliards d’euros pour le chiffre d’affaires et entre 7,0 et 7,5 milliards d’euros pour l’EBIT avant effets exceptionnels


« L’évolution dynamique des activités des deux trimestres précédents s’est poursuivie : l’augmentation des prix et des volumes nous permet aujourd’hui d’enregistrer un excellent deuxième trimestre », a déclaré Martin Brudermüller, président du directoire de BASF, qui a présenté avec Hans-Ulrich Engel, directeur financier de BASF, les résultats du deuxième trimestre. BASF avait publié dès le 9 juillet des chiffres provisoires pour ce trimestre et revu à la hausse ses perspectives pour l’ensemble de l’année 2021.

« Dans toutes les régions et dans tous les segments, nous avons enregistré des hausses de volumes et de prix par rapport au deuxième trimestre 2020 », a indiqué Martin Brudermüller.

Par rapport au deuxième trimestre 2020, le chiffre d’affaires a progressé de 7,1 milliards d’euros pour s’établir à 19,8 milliards d’euros. La progression du chiffre d’affaires de 56 % est essentiellement due à l’augmentation des prix et des volumes tous segments confondus.

La hausse des prix a été constatée notamment dans les segments Surface Technologies, Chemicals et Materials, tandis que l’augmentation des ventes a été enregistrée en particulier dans les segments Surface Technologies, Materials et Industrial Solutions. Des effets de change négatifs ont produit un effet contraire.

Le résultat des activités d’exploitation (EBIT) avant effets exceptionnels s’est établi au deuxième trimestre 2021 à un niveau nettement supérieur à celui antérieur à la pandémie (qui était de 1 milliard d’euros au deuxième trimestre 2019) et a augmenté de plus de 2 milliards d’euros par rapport au même trimestre de l’année précédente, pour s’établir à 2,4 milliards d’euros. Cette évolution a résulté principalement de la forte augmentation de l’EBIT avant effets exceptionnels des segments Chemicals et Materials. Surface Technologies et Industrial Solutions aussi ont nettement contribué à l’augmentation du résultat. L’EBIT avant effets exceptionnels des Autres activités ainsi que des segments Nutrition & Care et Agricultural Solutions a en revanche considérablement baissé. L’EBIT s’est accru de 59 millions d’euros au deuxième trimestre 2020 à 2,3 milliards d’euros. Le résultat des activités d’exploitation avant amortissements et effets exceptionnels (EBITDA avant effets exceptionnels) a augmenté de 2,0 milliards d’euros par rapport au deuxième trimestre 2020 pour ressortir à 3,2 milliards d’euros. L’EBITDA a augmenté de 2,1 milliards d’euros pour s’établir à 3,2 milliards d’euros.

« À l’origine de la forte progression du résultat se trouve essentiellement la nette augmentation des résultats de nos activités en amont dans le secteur des produits chimiques de base, résultant elle-même de la hausse des prix et des volumes », a expliqué Martin Brudermüller. « Dans nos segments en aval, nous sommes également parvenus à accroître les volumes et les prix en raison de la forte demande. »

Évolution du flux de trésorerie au deuxième trimestre 2021

Le flux de trésorerie des activités d’exploitation du deuxième trimestre 2021 a dépassé de 295 millions d’euros la valeur enregistrée au même trimestre de l’année précédente, pour s’établir à 2,5 milliards d’euros. Cette amélioration est essentiellement due à la nette augmentation du résultat après impôts et participations minoritaires, qui est ressorti à 1,7 milliard d’euros. Le flux de trésorerie disponible s’est établi à 1,8 milliard d’euros, ce qui correspond à une augmentation de 254 millions d’euros par rapport au deuxième trimestre 2020.

Évolution du résultat des segments de BASF au deuxième trimestre 2021

Le segment Chemicals a enregistré une nette hausse de son chiffre d’affaires de 91 %, à 3,4 milliards d’euros, par rapport au même trimestre de l’année précédente. Cette évolution du chiffre d’affaires est essentiellement due à une forte augmentation des prix, résultant principalement d’une forte demande sur fond de faible disponibilité des produits. L’EBIT avant effets exceptionnels s’est établi à 990 millions d’euros, enregistrant ainsi une hausse majeure par rapport au deuxième trimestre 2020. Cette progression est due à la forte augmentation de l’EBIT avant effets exceptionnels de Petrochemicals. L’EBIT avant effets exceptionnels du segment Intermediates s’est également nettement amélioré.

Par rapport au deuxième trimestre 2020, le chiffre d’affaires du segment Materials a enregistré une augmentation de 75 % pour s’établir à 3,7 milliards d’euros. Cette progression est principalement due à une hausse considérable des ventes, due à l’augmentation de la demande. L’EBIT avant effets exceptionnels s’est nettement accru dans les deux secteurs, pour ressortir au total à 792 millions d’euros.

Au deuxième trimestre 2021, le chiffre d’affaires du segment Industrial Solutions s’est établi à 2,4 milliards d’euros, enregistrant une nette augmentation par rapport au même trimestre de l’année précédente, notamment dans le secteur Dispersions & Pigments. Cette progression du chiffre d’affaires résulte principalement de l’augmentation des ventes dans la plupart des domaines d’activités des deux secteurs. Par rapport au deuxième trimestre 2020, l’EBIT avant effets exceptionnels a nettement augmenté dans les deux secteurs, pour s’établir à 307 millions d’euros. Après la clôture de la cession de l’activité pigments mondiale de BASF, le secteur Dispersions & Pigments a été rebaptisé Dispersions & Resins au 1er juillet 2021.

Le segment Surface Technologies a enregistré une forte hausse de son chiffre d’affaires par rapport au deuxième trimestre 2020, essentiellement dans le secteur Catalysts. Cette augmentation du chiffre d’affaires de 90 %, pour atteindre un montant de 5,9 milliards d’euros, a résulté de la nette hausse des prix et des volumes. L’EBIT avant effets exceptionnels a atteint 289 millions d’euros, enregistrant dans les deux secteurs une nette augmentation par rapport au même trimestre de l’année précédente, en raison essentiellement de la progression des ventes. La nette hausse de la contribution du secteur des métaux précieux a favorisé l’évolution du résultat de Catalysts.

Par rapport au même trimestre de l’année précédente, le segment Nutrition & Care a enregistré une hausse de 2 % de son chiffre d’affaires, qui s’établit à 1,6 milliard d’euros. Celle-ci résulte de la forte croissance du chiffre d’affaires de Care Chemicals. En revanche, Nutrition & Health a accusé une nette baisse de son chiffre d’affaires. Par rapport au deuxième trimestre 2020, l’EBIT avant effets exceptionnels a nettement reculé dans les deux secteurs en raison de la réduction des marges et de l’augmentation des coûts fixes et s’est établi à 138 millions d’euros.

S’établissant à 2,0 milliards d’euros, le chiffre d’affaires du segment Agricultural Solutions a enregistré une nette hausse par rapport au deuxième trimestre 2020. Cette évolution a résulté essentiellement de l’augmentation des volumes dans toutes les régions et de la hausse des prix. Des effets de change négatifs, notamment en Amérique du Nord et du Sud, ont grevé le chiffre d’affaires. L’EBIT avant effets exceptionnels s’est établi à 75 millions d’euros, enregistrant un net recul par rapport au même trimestre de l’année précédente, et ce, malgré la hausse du chiffre d’affaires. Cette situation est due essentiellement à des effets de change ainsi qu’à l’augmentation des coûts fixes.

Dans le segment Autres activités , le chiffre d’affaires a considérablement augmenté par rapport au même trimestre de l’année précédente, pour atteindre 793 millions d’euros. Cette augmentation s’explique principalement par l’accroissement du chiffre d’affaires sur le marché des matières premières. L’EBIT avant effets exceptionnels a nettement reculé par rapport à la valeur enregistrée au même trimestre de l’année précédente. Cette évolution est essentiellement due à l’augmentation des dotations aux provisions pour composantes variables de la rémunération (bonus), à la suite d’un fort deuxième trimestre 2021.

Perspectives du groupe BASF pour 2021

Les prévisions en matière de conjoncture économique mondiale pour l’année 2021 ont été ajustées comme suit (anciennes prévisions du communiqué trimestriel de BASF pour le premier trimestre 2021 entre parenthèses) :

  • Croissance du produit intérieur brut : +5,5 % (+5,0 %)
  • Croissance de la production industrielle : +6,5 % (+5,0 %)
  • Croissance de la production chimique : +6,5 % (+5,0 %)
  • Cours du change moyen du dollar américain : 1,20 USD pour 1 EUR (1,18 USD pour 1 EUR)
  • Prix du pétrole (brent) de 65 USD/baril en moyenne annuelle (60 USD/baril)


Étant donné la forte évolution des activités au premier semestre 2021, la poursuite de la reprise de l’économie mondiale ainsi que la nette amélioration des perspectives de résultat des segments Chemicals et Materials, les prévisions pour l’exercice 2021 ont été ajustées comme suit (anciennes prévisions du communiqué trimestriel de BASF pour le premier trimestre 2021 entre parenthèses) :

  • Augmentation du chiffre d’affaires à une valeur comprise entre 74 milliards d’euros et 77 milliards d’euros (68 milliards d’euros et 71 milliards d’euros).
  • EBIT avant effets exceptionnels entre 7,0 milliards d’euros et 7,5 milliards d’euros (5,0 milliards d’euros et 5,8 milliards d’euros)
  • Retour sur capitaux investis (Return on Capital Employed, ROCE) compris entre 12,1 % et 12,9 % (9,2 % et 11,0 %)
  • Augmentation du chiffre d’affaires des produits Accelerator à une valeur comprise entre 21,0 milliards d’euros et 22,0 milliards d’euros (19,0 milliards d’euros et 20,0 milliards d’euros)
  • Stabilisation des émissions de CO2 à une valeur comprise entre 20,5 millions de tonnes et 21,5 millions de tonnes (inchangée)


Pour le deuxième semestre 2021, BASF prévoit une évolution essentiellement stable de la conjoncture dans le secteur industriel et base ses prévisions sur l’absence de restrictions radicales de l’activité économique par la mise en oeuvre de mesures de lutte contre la pandémie de coronavirus.

Vous trouverez des informations complémentaires dans le rapport financier semestriel de BASF pour 2021, accessible en ligne à l’adresse basf.com/halbjahresfinanzbericht.

 

This site uses cookies and analysis tools to improve the usability of the site. More information. |