Enorme succès pour les Portes ouvertes 2019

    -     English
© EPFL / Jamani Caillet

© EPFL / Jamani Caillet

Le campus de l’EPFL était en liesse ce week-end à l’occasion des Portes ouvertes organisées pour le 50è anniversaire de l’Ecole. Près de 40’000 visiteurs ont parcouru le site sous un soleil radieux. 

Un programme alléchant associant démonstrations, visites de labos, conférences, ateliers et courses de drones a attiré la foule aux Portes ouvertes 2019 de l’EPFL. La météo aidant, ce sont près de 40’000 personnes, dont énormément d’enfants, qui sont venus découvrir ce que l’Ecole polytechnique de Lausanne, devenue fédérale il y a 50 ans, a dans le ventre.

Les organisateurs ne cachent pas leur satisfaction. «Près de 1500 collaborateurs et étudiants ont accepté avec enthousiasme de participer à la fête, que ce soit pour animer des stands ou guider les visiteurs - et toujours avec le sourire!» se réjouit Maureen Décosterd, cheffe du service Mediacom Evénements.

Quant à la fréquentation, mesurée à la fois par les services de sécurité et des tapis de comptage développés par une start-up de l’Ecole (Technis), elle a été légèrement supérieure aux attentes. Ce malgré le fait que la manifestation s’est déroulée sur le week-end prolongé du Jeûne fédéral, et que le CERN, à Genève, ouvrait lui aussi ses portes le même week-end. 

Les Portes ouvertes de l’EPFL sont devenues une véritable tradition. Elles sont organisées tous les trois à cinq ans, en fonction d’événements particuliers tels que, cette fois-ci, le cinquantième anniversaire de la fédéralisation de l’Ecole, intervenue en 1969. Et le public répond toujours présent, avide de découvrir cet environnement devenu mondialement connu de par la qualité de son enseignement, de sa recherche, et de l’innovation qui en découle.

«Notre statut d’école publique nous oblige à régulièrement rendre compte à la population de notre activité, souligne Martin Vetterli, président de l’EPFL. Nous sommes particulièrement ravis de pouvoir le faire sous la forme d’une belle fête populaire telle que celle-ci, et de voir que le public répond présent!»