Étude de cas: Les légionelles n’aiment pas la chaleur

    -     Deutsch
Photo: peterschreibermedia/123RF.com

Photo: peterschreibermedia/123RF.com

Il est connu que les légionelles peuvent contaminer les réseaux d’eau potable des immeubles. À présent, une étude de cas publiée dans Aqua & Gas par Eawag et la haute école de Lucerne montre comment on peut lutter contre elles par diverses stratégies de température.

Les légionelles sont des bactéries présentes entre autres dans les réseaux d’eau potable et qui peuvent provoquer chez l’homme une pneumonie mortelle (légionellose). En Suisse, le réglage de températures élevées à la sortie du chauffe-eau/réservoir d’eau chaude est la principale stratégie pour éviter la contamination aux légionelles dans les réseaux d’eau potable des immeubles.

Dans une étude de cas réalisée dans le cadre du projet fédéral LeCo , l’Eawag et la haute école de Lucerne ont étudié quels effets exercent plusieurs interventions techniques en lien avec la production et la distribution de l’eau chaude sur la concentration de bactéries Legionella-pneumophila (L. pneumophila) dans un réseau d’eau potable contaminé.

L’étude montre qu’une température modérée (45 °C; pour économiser de l’énergie) associée à un réchauffement périodique à haute température (70 °C; circuit de légionellose) ne suffit pas pour contrôler l’agent pathogène dans le système étudié. En revanche, une température élevée tous les jours à la sortie du chauffe-eau (60 °C) s’est avérée efficace pour maintenir la concentration de L. pneumophila sous les seuils critiques. Les résultats montrent qu’une simple adaptation de la température dans le réservoir d’eau chaude peut suffire pour lutter efficacement contre les légionelles dans les réseaux d’eau potable.

Lisez l’article complet dans le numéro 9 2021 de la revue Aqua & Gas.


This site uses cookies and analysis tools to improve the usability of the site. More information. |