«Falling Walls 2020»: Trois scientifiques de l’Empa en finale

    -     English  -  Deutsch
Les trois finalistes: Marie-Claude Bay, Tanmay Dutta et Jing Wang, Images: Empa,

Les trois finalistes: Marie-Claude Bay, Tanmay Dutta et Jing Wang, Images: Empa, ETH Zürich

À l’occasion de l’anniversaire de la chute du mur de Berlin, le 9 novembre, cette année encore, plusieurs scientifiques seront honorés pour avoir réalisé une percée scientifique particulière grâce à leurs recherches. Parmi les 600 finalistes de la «Falling Walls Conference» de cette année, on trouve trois scientifiques de l’Empa.

Depuis le 20e anniversaire de la chute du mur de Berlin, une conférence est organisée chaque année pour récompenser les percées scientifiques susceptibles de faire tomber les murs dans la recherche et la société. Des institutions scientifiques de premier plan du monde entier ont une fois de plus soumis leurs percées dans dix catégories différentes : Life Sciences, Physical Sciences, Engineering & Technology, Social Sciences and Humanities, Science in the Arts, Digital Education, Science and Innovation Management, Emerging Talents, Science Start-Ups, Science Engagement Initiatives. Parmi les 600 finalistes nommés, trois scientifiques de l’Empa et de l’EPF de Zurich ont été nommés.

Marie-Claude Bay du département «Materials for Energy Conversion» et Tanmay Dutta du département «Magnetic and Functional Thin Films» sont finalistes dans la catégorie "Talents émergents". Jing Wang du département «Advanced Analytical Technologies» de l’Empa, qui est également professeur à l’EPF de Zurich, est finaliste dans la catégorie «Engineering & Technology».

Dans le cadre de ses recherches, Marie-Claude Bay cherche une méthode pour charger à la fois ultra rapidement et sûrement de nouvelles batteries solides. Dans la nouvelle batterie à électrolyte solide de l’Empa, l’électrolyte céramique (solide) doit être nettoyé par traitement thermique de manière à créer une interface optimale entre l’anode et l’électrolyte. Seule cette surface ultra-pure de l’électrolyte permet un processus de charge extrêmement rapide, c’est-à-dire le mouvement des ions entre la cathode et l’anode avec le moins de résistance possible.

Les recherches de Tanmay Dutta visent à aider à stocker les énormes quantités de données dont nous avons besoin aujourd’hui et à l’avenir, par exemple grâce à l’intelligence artificielle - avec le moins de pertes possibles et sous la forme physique la plus petite et la plus rapide possible. Les Skyrmions sont des structures nanomagnétiques spéciales qui pourraient servir de base pour le stockage de données à l’avenir. Cependant, ces derniers sont souvent instables et se déforment, ce qui entraîne une perte de données et une latence (transmission de données plus lente). Ces problèmes pourraient bientôt être résolus par des recherches sur de nouvelles skyrmions ferrimagnétiques.

Le groupe de recherche de Jing Wang a développé un capteur optique pour détecter les virus du SRAS-CoV2 dans l’air. Cela devrait permettre de mieux comprendre et de quantifier les voies de distribution du virus et de mettre en place des systèmes d’alerte précoce.

Entre le 1er et le 10 novembre, de nombreux panels de discussions digitales et des conférences de différents domaines scientifiques auront lieu pendant la «Berlin Science Week». Vous pouvez vous inscrire et participer aux différents événements en ligne avec les lien ci-dessous.

Les gagnants seront annoncés le mercredi 4 novembre. Le 9 novembre, ils présenteront leurs avancées lors de la Grande Finale.