Groupe BASF au deuxième trimestre 2022

  -  Deutsch  -  Français

Groupe BASF au deuxième trimestre 2022 :

BASF enregistre à nouveau un résultat fort malgré des prix toujours élevés des matières premières et de l’énergie

  • Croissance du chiffre d’affaires de 16,3% à 23,0 milliards d’euros
  • EBIT avant effets exceptionnels à 2,3 milliards d’euros, sans changement par rapport au même trimestre de l’année précédente
  • Résultat après impôts et participations minoritaires à 2,1 milliards d’euros, en hausse de 26,3% par rapport au même trimestre de l’année précédente
  • Flux de trésorerie des activités d’exploitation à 1,2 milliard d’euros, en baisse par rapport au même trimestre de l’année précédente (T2 2021: 2,5 milliards d’euros)
  • Perspectives 2022 révisées à la hausse, comprises entre 86 milliards d’euros et 89 milliards d’euros pour le chiffre d’affaires et entre 6,8 milliards d’euros et 7,2 milliards d’euros pour l’EBIT avant effets exceptionnels

« Malgré la persistance à un niveau élevé des prix des matières premières et de l’énergie, nous avons de nouveau enregistré un résultat fort au deuxième trimestre », a déclaré Martin Brudermüller, président du directoire de BASF, qui a présenté avec Hans-Ulrich Engel, directeur financier de BASF, les résultats du deuxième trimestre 2022. BASF avait publié des chiffres provisoires dès le 11 juillet.

Par rapport au même trimestre de l’année précédente, le groupe BASF a enregistré une hausse de 3,2 milliards d’euros de son chiffre d’affaires, qui s’établit à 23,0 milliards d’euros. Ceci correspond à une hausse de 16,3%. Cette évolution a résulté principalement des fortes augmentations de prix que BASF est parvenue à mettre en oeuvre dans pratiquement tous les segments.

Le résultat des activités d’exploitation (EBIT) avant effets exceptionnels s’est élevé à 2,3 milliards d’euros, chiffre comparable à celui enregistré au fort trimestre de l’année précédente. Le résultat d’Agricultural Solutions et de Nutrition & Care s’est nettement accru, tandis que celui du segment Industrial Solutions a légèrement augmenté. L’EBIT avant effets exceptionnels du segment Autres activités s’est nettement amélioré. En revanche, les segments Chemicals et Materials ont enregistré un EBIT avant effets exceptionnels nettement à la baisse, tout comme le segment Surface Technologies.

L’EBIT a progressé de 34 millions d’euros pour atteindre 2,4 milliards d’euros. Le résultat des activités d’exploitation avant amortissements et effets exceptionnels (EBITDA avant effets exceptionnels) a augmenté au deuxième trimestre 2022 de 76 millions d’euros pour ressortir à 3,3 milliards d’euros et l’EBITDA de 197 millions d’euros pour ressortir à 3,4 milliards d’euros.

Évolution du flux de trésorerie au deuxième trimestre 2022

Le flux de trésorerie des activités d’exploitation s’est élevé au deuxième trimestre 2022 à 1,2 milliard d’euros, ce qui correspond à une baisse de 1,3 milliard d’euros par rapport au même trimestre de l’année précédente. Le flux de trésorerie disponible au deuxième trimestre 2022 s’est élevé à 336 millions d’euros, après s’être établi à 1,8 milliard d’euros au deuxième trimestre 2021.

Évolution des segments de BASF au deuxième trimestre 2022

Par rapport au deuxième trimestre 2021, le segment Chemicals a enregistré une nette hausse de son chiffre d’affaires de 27,2%, pour ressortir à 4,3 milliards d’euros, à laquelle les deux domaines d’activité ont contribué. Cette hausse est due essentiellement à une augmentation considérable des prix dans ces deux domaines, notamment en raison de la répercussion de la progression des prix des matières premières et de l’énergie, sans affaiblissement de la demande.

L’EBIT avant effets exceptionnels a atteint 853 millions d’euros, se maintenant ainsi à un niveau élevé, mais reculant nettement par rapport au résultat exceptionnellement fort enregistré au même trimestre de l’année précédente. Cette évolution est due principalement au net recul du résultat de Petrochemicals, provoqué notamment par l’augmentation des coûts fixes à la suite de la hausse des prix de l’énergie et des effets de change.

Le segment Materials a enregistré une forte hausse de son chiffre d’affaires de 29,9%, à 4,9 milliards d’euros, par rapport au même trimestre de l’année précédente. Cette progression résulte tout particulièrement de l’importante croissance du chiffre d’affaires de Monomers. Performance Materials a également nettement progressé, l’évolution positive de son chiffre d’affaires étant principalement due à la nette hausse des prix, à la suite de la répercussion de l’augmentation des prix des matières premières. Par rapport au deuxième trimestre 2021, l’EBIT avant effets exceptionnels a fortement reculé à 668 millions d’euros. L’augmentation des marges dans les deux domaines n’est pas parvenue à compenser l’accroissement des coûts fixes.

Par rapport au deuxième trimestre 2021, le chiffre d’affaires du segment Industrial Solutions a enregistré une nette augmentation, pour s’établir à 2,6 milliards d’euros, ce qui correspond à une hausse de 12,1%. Cette progression s’explique essentiellement par la forte augmentation du chiffre d’affaires de Performance Chemicals. Dispersions & Resins est parvenue à enregistrer une légère hausse de son chiffre d’affaires, due essentiellement à l’accroissement considérable des prix dans tous les secteurs d’activités et dans toutes les régions. Ce dernier s’explique notamment par la hausse des prix des matières premières, de l’énergie et des transports. L’EBIT avant effets exceptionnels du segment s’est établi à 323 millions d’euros, progressant légèrement par rapport au chiffre atteint au même trimestre de l’année précédente. Cette progression est due à la nette augmentation du résultat de Performance Chemicals, provoquée dans l’ensemble par l’accroissement des marges favorisé par la hausse des prix.

Le chiffre d’affaires du segment Surface Technologies a reculé de 7,6% par rapport au même trimestre de l’année précédente et s’est établi à 5,4 milliards d’euros. La nette progression du chiffre d’affaires de Coatings n’est pas parvenue à compenser le fort recul du domaine Catalysts. Le recul du chiffre d’affaires par rapport au même trimestre de l’année précédente est principalement imputable à la diminution considérable des ventes enregistrée par Catalysts. Cette dernière a été provoquée par une baisse de la demande dans le secteur de l’automobile, elle-même favorisée par un approvisionnement insuffisant en semi-conducteurs et les confinements mis en place en Chine. Par rapport au deuxième semestre 2021, l’EBIT avant effets exceptionnels a fortement chuté, pour s’établir à 227 millions d’euros, par rapport à 289 millions d’euros au même trimestre de l’année précédente. Cette chute s’explique par le net recul de l’EBIT avant effets exceptionnels enregistré par Coatings, dû notamment à l’augmentation des coûts fixes.

Le segment Nutrition & Care a enregistré une hausse de son chiffre d’affaires de 30,9%, à 2,1 milliards d’euros, par rapport au deuxième trimestre 2021. Les deux domaines ont nettement contribué à cette évolution. La croissance du chiffre d’affaires a résulté essentiellement de la nette hausse des prix dans tous les secteurs d’activités, générée par la répercussion de l’augmentation des prix des matières premières et de l’énergie. L’EBIT avant effets exceptionnels du segment a nettement progressé par rapport au même trimestre de l’année précédente, pour ressortir à 213 millions d’euros. La forte augmentation de l’EBIT avant effets exceptionnels de Care Chemicals est à l’origine de cette progression.

Le chiffre d’affaires du segment Agricultural Solutions a fortement augmenté par rapport au deuxième trimestre 2021, pour s’établir à 2,5 milliards d’euros, ce qui correspond à une progression de 25,3%. Celle-ci s’explique notamment par des prix plus élevés dans toutes les régions ainsi que par des effets de change positifs, notamment dus au dollar américain. La forte augmentation des volumes a également contribué à l’évolution du chiffre d’affaires. L’EBIT avant effets exceptionnels s’est établi à 223 millions d’euros, progressant ainsi nettement par rapport au chiffre atteint au même trimestre de l’année précédente. Cette progression est principalement imputable à l’évolution positive du chiffre d’affaires, qui a largement compensé l’augmentation des coûts.

Dans le segment Autres activités , le chiffre d’affaires a considérablement augmenté par rapport au deuxième trimestre 2021, pour atteindre 1,1 milliard d’euros. Cette augmentation s’explique principalement par l’accroissement du chiffre d’affaires sur le marché des matières premières. L’EBIT avant effets exceptionnels a fortement progressé par rapport au chiffre atteint au même trimestre de l’année précédente et est ressorti à moins 168 millions d’euros.

Perspectives du groupe BASF pour 2022

Les prévisions en matière de conjoncture économique mondiale pour l’année 2022 ont été ajustées comme suit par BASF (anciennes hypothèses du rapport BASF 2021 entre parenthèses ; hypothèses de croissance actuelles arrondies) :

  • Croissance du produit intérieur brut : +2,5% (+3,8%)
  • Croissance de la production industrielle : +3,0% (+3,8%)
  • Croissance de la production chimique : +2,5% (+3,5%)
  • Cours du change moyen du dollar américain : 1,07 USD pour 1 ¤ (1,15 USD pour 1 ¤)
  • Prix du pétrole (brent) de 110 USD/baril en moyenne annuelle (75 USD/baril)

Pour le deuxième semestre 2022, BASF prévoit un ralentissement progressif du développement économique, qui sera ressenti à l’échelle mondiale, mais qui sera nettement plus marqué en Europe. Pour ses prévisions, l’entreprise exclut toutes nouvelles limitations provoquées par l’instauration de nouveaux confinements en Chine et tout arrêt de la production qui résulterait d’une pénurie de gaz en Europe.

Étant donné l’évolution très positive des activités au premier semestre 2022, les prévisions du groupe BASF pour l’exercice 2022 ont été ajustées comme suit, sur la base des hypothèses précédemment citées (les prévisions publiées dans le rapport BASF de 2021 sont indiquées entre parenthèses) :

  • Augmentation du chiffre d’affaires à une valeur comprise entre 86 milliards d’euros et 89 milliards d’euros (74 milliards d’euros et 77 milliards d’euros).
  • EBIT avant effets exceptionnels entre 6,8 milliards d’euros et 7,2 milliards d’euros (6,6 milliards d’euros et 7,2 milliards d’euros)
  • Retour sur capitaux investis (Return on Capital Employed, ROCE) compris entre 10,5% et 11,0% (11,4% et 12,6%)
  • Réduction des émissions de CO2 à une valeur comprise entre 18,4 millions de tonnes et 19,4 millions de tonnes (19,6 millions de tonnes et 20,6 millions de tonnes)

Les développements actuels, notamment en raison de la guerre en Ukraine et de ses répercussions sur les prix de l’énergie et des matières premières et sur la disponibilité des matières premières, notamment en Europe, pourraient entraîner des contraintes supplémentaires, qui n’ont pas été prises en compte dans les hypothèses mentionnées ci-dessus. Des risques pourraient en résulter, notamment en raison d’interruptions de la production sur des sites européens majeurs, provoquées par de nouvelles restrictions d’approvisionnement en gaz de l’Europe par la Russie. Dans ce cas, la perte de capacités européennes pourrait être partiellement compensée par l’augmentation des capacités de production des sites situés en dehors du territoire européen. D’autres risques pourraient également survenir dans le cadre de l’évolution de la pandémie de coronavirus et de la mise en oeuvre de nouvelles mesures visant à réduire le nombre de contaminations. Des opportunités pourraient se présenter, même en cas de ralentissement économique, en raison de la persistance des marges élevées. BASF contre le ralentissement économique par la mise en place de mesures de réduction des coûts.

À propos de BASF

La chimie pour un avenir pérenne, telle est la mission que s’est fixée la société BASF. Nous allions succès économique, protection de l’environnement et responsabilité sociale. Environ 111 000 collaboratrices et collaborateurs du groupe BASF contribuent au succès de nos clients dans presque tous les secteurs et pays du monde. Notre gamme de produits comprend six segments : Chemicals, Materials, Industrial Solutions, Surface Technologies, Nutrition & Care et Agricultural Solutions. En 2021, BASF a enregistré un chiffre d’affaires mondial de 78,6 milliards d’euros. Les actions BASF sont négociées à la Bourse de Francfort (BAS) ainsi qu’aux États-Unis en tant qu’American Depositary Receipts (BASFY). Vous trouverez de plus amples informations sur www.basf.com.

Déclarations de nature prévisionnelle et prévisions

Ce communiqué de presse contient des déclarations de nature prévisionnelle. Ces déclarations reposent sur les estimations et prévisions actuelles du directoire ainsi que sur les informations dont il est actuellement en possession. Les déclarations de nature prévisionnelle ne peuvent être comprises comme garantie des évolutions et résultats à venir qui y sont cités. Les évolutions et résultats à venir dépendent bien plus de toute une série de facteurs, comportent différents risques.


This site uses cookies and analysis tools to improve the usability of the site. More information. |